SOMALIE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : violences criminelles et destructrices pour retarder un peuple
9 juin 2018  >  By:   >  A LA UNE, DEMAIN L’AFRIQUE, ECONOMIE  >  No Comment   //   793 Views

_ Un pays en construction malgré tout

« Somalie/ Développement urbain inclusif : Sous l’effet notamment de l’amélioration des conditions sécuritaires, des perspectives économiques et des déplacements de population, Mogadiscio connaît l’un des rythmes d’urbanisation les plus rapides du monde. Selon la dernière édition du bulletin économique de la Banque mondiale consacré à la Somalie (a), les villes sont à l’origine de 70 % du produit intérieur brut du pays. Le rapport note également que la résilience aux aléas naturels récurrents exige de lourds investissements de long terme pour améliorer les services et les infrastructures en milieu urbain ainsi que les conditions de vie des citadins. »

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, development, new projects, somalia"

Welcome To New Mogadishu, Somalia/

——————————

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, development, projects, New Mogadishu, somalia"

(Project : The Mall – Mixed-Use Complex in Mogadishu)

1 – Somalie : la résilience urbaine au cœur des priorités du gouvernement

 

LES POINTS MARQUANTS

. Le gouvernement somalien redouble d’efforts pour renforcer la résilience urbaine et atténuer ainsi l’instabilité.

. Avec l’appui de la Banque mondiale, les autorités locales deviennent le fer de lance d’un développement urbain inclusif.

. Un projet d’infrastructure à plus grande échelle financé par la Banque mondiale est actuellement en préparation.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, government, politic, Somalia, 2018"

 

Avec le plus long littoral de l’Afrique continentale, un secteur privé florissant, une main-d’œuvre jeune et un patrimoine naturel encore intact, la Somalie dispose indéniablement de puissants atouts économiques. D’autant que les membres de la diaspora reviennent au pays avec les capitaux indispensables pour étayer la croissance et le développement. Le potentiel est là, mais encore faut-il le concrétiser. Car le développement économique repose notamment sur un développement urbain résilient. Les populations, les institutions, les entreprises et les systèmes urbains doivent pouvoir survivre, s’adapter et se développer en dépit des perturbations chroniques et des chocs brutaux (sécheresses, inondations, insécurité…). Qu’en est-il des villes éthiopiennes ?

 

Cette question a pris toute son acuité au premier semestre de cette année, lorsque le pays a connu sa pire sécheresse depuis des décennies. Environ 6,7 millions de personnes, soit plus de la moitié de la population, ont eu besoin d’aide humanitaire et de soutien pour rebondir. Dans le même temps, plus de 680 000 personnes ont été déplacées, obligées pour la plupart de fuir la campagne pour la ville. L’urbanisation, la concurrence autour de ressources rares et la faiblesse des structures de gouvernance ont intensifié la vulnérabilité des citadins pauvres.

 

Confrontées à ces défis, les autorités somaliennes ont réagi en déployant le Projet de planification d’investissements urbains (SUIPP) (a) avec le soutien de la Banque mondiale. Les collectivités locales ont pris les devants en identifiant un certain nombre d’investissements susceptibles de renforcer la résilience urbaine dans leurs territoires respectifs. Le projet évalue leur faisabilité et, une fois les opérations prioritaires sélectionnées, prépare les avant-projets. Il aide également les municipalités à superviser la phase de construction, en renforçant les capacités de gestion financière et de passation de marchés. Administré par la Banque mondiale par le biais du Fonds multipartenaires (MPF), le projet améliore l’aptitude des dirigeants locaux à concevoir et mettre en place des projets de développement urbain.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, development, projects, New Mogadishu, somalia"

 

Il prépare le terrain pour une opération d’infrastructure à plus grande échelle, également soutenue par la Banque mondiale. Une fois sur les rails, le Projet pour la résilience urbaine fera des autorités locales les fers de lance de l’agenda urbain et, en finançant la réfection des infrastructures de base, créera des emplois.

 

L’administration régionale du Benadir (BRA), qui gère les capitaux et met en œuvre le projet en cours, a fait de l’agenda urbain sa priorité. Privilégiant la réfection des routes communautaires, elle a réalisé des études de faisabilité, conçu des avant-projets et conduit des études sur les garde-fous sociaux et environnementaux dans le but d’améliorer l’efficacité des transports et le temps de transit dans les 17 districts concernés, qui ont choisi eux-mêmes, à l’issue d’un processus consultatif, les axes à rénover. Ces chantiers vont offrir des emplois à court terme vitaux pour les habitants pauvres et marginalisés de Mogadiscio, dont un grand nombre sont des déplacés. 

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, development, projects, New Mogadishu, somalia"

 

_ Développement urbain inclusif

Sous l’effet notamment de l’amélioration des conditions sécuritaires, des perspectives économiques et des déplacements de population, Mogadiscio connaît l’un des rythmes d’urbanisation les plus rapides du monde. Selon la dernière édition du bulletin économique de la Banque mondiale consacré à la Somalie (a), les villes sont à l’origine de 70 % du produit intérieur brut du pays.

 

Le rapport note également que la résilience aux aléas naturels récurrents exige de lourds investissements de long terme pour améliorer les services et les infrastructures en milieu urbain ainsi que les conditions de vie des citadins. Parce qu’il peut renforcer la productivité de l’économie, atténuer la vulnérabilité des populations et améliorer les capacités des autorités locales, le secteur urbain joue un rôle clé dans le développement.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, development, projects, New Mogadishu, somalia"

 

Les projets d’infrastructure ont un impact avéré et concret sur le plan social, humain et économique dans les communautés qui en bénéficient. En améliorant l’accès aux services et aux débouchés économiques, la répartition des ressources et la participation aux décisions de la communauté, ils peuvent également changer la donne pour les hommes et les femmes concernés. Une étude de l’impact socioéconomique des investissements d’infrastructure à plus grande échelle permet de veiller à ce que tous les membres de la communauté bénéficient de retombées équitables.

 

Omar Hussein, chef du projet au BRA, revient sur la nécessité de privilégier un développement urbain sans exclus : « Nous ne passons à la phase de mise en œuvre qu’à partir du moment où toutes les personnes concernées ont été associées aux décisions. Pour prendre la mesure des besoins de développement urbain à Mogadiscio, nous avons consulté les associations professionnelles, les femmes, les jeunes, les chefs religieux et tous les groupes touchés qui, ensemble, ont choisi les routes à rénover dans leur district. »

 

La ville, vers laquelle affluent les déplacés, doit également impérativement se préparer aux catastrophes naturelles récurrentes. L’amélioration des infrastructures, notamment d’adduction d’eau, et la réfection des grands axes reliant les districts renforceront les capacités de réaction et de redressement des populations. Avec le projet SUIPP, le BRA a clairement mis l’accent sur les capacités de planification stratégique, les moyens techniques et opérationnels, les systèmes fiduciaires, les mécanismes de transparence et de responsabilité ainsi que la gestion sociale et environnementale. Grâce aux investissements ainsi balisés, les zones urbaines de Somalie se donnent les moyens de renforcer leur stabilité.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, projects, government, economy, politic, Somalia, 2018"

 

_ Appropriation par le pays

Depuis que la Banque mondiale a repris ses activités en Somalie en 2013, les autorités du pays mettent en place les projets qu’elle finance. Conscient que l’État doit jouer un rôle clé dans la réduction des risques de catastrophe, le gouvernement fait du développement urbain une priorité stratégique dans l’ensemble du pays. Le fait de passer par les systèmes nationaux renforce par ailleurs les capacités des autorités somaliennes à concevoir, mettre en œuvre et s’approprier des projets de développement urbain.

 

À travers le Fonds multipartenaires, le Groupe de la Banque mondiale appuie plusieurs initiatives de renforcement de l’État, dont la plupart sont mises en œuvre par le gouvernement fédéral de Somalie et les administrations régionales. C’est le cas notamment du Projet de réforme de la gestion des finances publiques (a), qui introduit une gestion informatisée pour améliorer la transparence des opérations, et de la Facilité de financement spéciale pour le développement local (a), qui soutient, par l’entremise du ministère des Finances, la construction d’infrastructures dans le pays.

 

ARTICLE 07 septembre 2017/ MOGADISCIO, 7 septembre 2017

 

http://www.banquemondiale.org/fr/news/feature/2017/09/07/somali-authorities-make-urban-resilience-a-priority

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, government, politic, Somalia, 2018"

 

—————————–

 

Image associée

 

2 – Somalie : à Mogadiscio, les premiers projets immobiliers naissent des ruines de la guerre

 

En Somalie, deux décennies de guerre ont laissé en ruines les élégantes villas coloniales. Mais du chaos commencent à émerger dans la capitale Mogadiscio de nouveaux projets immobiliers, souvent conçus par des membres de la diaspora de retour dans leur pays. Située sur le littoral de l’océan Indien et longtemps présentée comme l’une des villes les plus dangereuses du monde, Mogadiscio jouit d’un calme relatif depuis le retrait des shebab de la ville à la mi-2011.

 

Les attaques encore régulièrement menées par ces militants islamistes affiliés à Al-Qaïda n’ont pas dissuadé certains de ceux qui se sont enrichis à l’étranger de revenir chez eux, pour investir dans l’immobilier. A environ sept kilomètres de la capitale, dans une ancienne zone rurale, les maisons poussent comme des champignons. Dans le lotissement de Daru Salaam, 50 habitations sont déjà achevées, selon l’entreprise de construction, et d’autres suivront.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, Daru Salaam, Daru Salaam, projects, New Mogadishu, somalia"

 

Le projet, d’un coût estimé à 20 millions de dollars (18 millions d’euros) et financé par la Salaam Somali Bank, avait été lancé au début 2015 et présenté comme une contribution à la reconstruction du pays. « C’est un nouveau quartier où les Somaliens vont pouvoir s’acheter des maisons à des prix abordables, pour quitter les endroits surpeuplés de Mogadiscio et venir s’installer avec leur famille ici », souligne Mohamed Abdullahi Ali, chargé des relations publiques à la Salaam. « D’après nos plans, nous allons construire 500 logements résidentiels qui permettront d’abord de loger 500 familles. Puis nous construirons d’autres maisons », ajoute-t-il.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, development, projects, New Mogadishu, somalia"

 

_ La Somalie ‘fait des progrès’

A Mogadiscio, des dizaines de milliers de personnes forcées de quitter leur foyer vivent encore dans des abris de fortune, faits de bouts de plastique et de tissus séchés, parfois au milieu même des bâtiments détruits par les combats. Plus d’un million de personnes ont encore besoin d’aide d’urgence dans un pays ravagé par la famine en 2011, selon l’ONU. Les explosions de voitures piégées et les assassinats restent aussi monnaie courante. Les shebab contrôlent toujours de larges zones rurales, d’où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides dans la capitale, malgré les efforts du gouvernement, soutenu par les 22.000 soldats de la force de l’Union africaine.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, Daru Salaam, Daru Salaam, projects, New Mogadishu, somalia"

 

Mais les rues de Daru Salaam offrent une vision bien différente de la ville. Pour ses futurs habitants, le nouveau lotissement représente un endroit sûr dans lequel vivre. « Je suis revenu dans cette ville pour acheter une nouvelle maison dans le quartier de Daru Salaam (…) Les maisons sont bien construites », raconte Abdiqadar Jimale Roble, 34 ans, qui avait quitté la Somalie pour la Suède à l’âge de 12 ans, quand son pays avait commencé à sombrer dans la guerre civile au milieu des années 1990. « J’ai quitté la Somalie pendant longtemps, mais je suis revenu parce que tout le monde a besoin de son pays et parce que (la Somalie) fait des progrès », explique-t-il. « Il fallait que je prenne part à ces avancées, et tout le monde devrait avoir une maison dans son pays. »

 

L’immobilier est aussi vu comme une opportunité pour certains de faire fructifier l’argent gagné à l’étranger. Sadia Sheikh Ahmed, qui a également grandi en Suède après avoir fui la Somalie, a aidé des membres de sa famille à acheter des maisons à Daru Salaam.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, projects, government, economy, politic, Somalia, 2018"

 

_ ‘La sécurité est très bonne’

« Au début, nous voulions acheter deux maisons, mais maintenant nous et nos proches en avons acheté huit, qui devraient être terminées prochainement », dit-elle. Une maison de deux étages coûte 130.000 dollars (118.000 euros), alors qu’un simple bungalow revient à 70.000 dollars (63.000 euros). Ces sommes restent énormes dans ce qui est encore l’un des pays les plus pauvres du monde, avec un PIB par habitant de 284 dollars, selon la Banque mondiale, contre une moyenne de 1.300 dollars pour les pays d’Afrique subsaharienne. Mais le lotissement de Daru Salaam n’en reste pas moins symbolique des changements que connaît Mogadiscio.

 

« La sécurité ici est très bonne et il n’y a eu aucun problème », assure Fuad Ahmed Warsame, le directeur commercial du promoteur immobilier Daru Salaam, qui construit le lotissement dont le nom signifie « maison de paix ». Le promoteur a son siège social au centre de Mogadiscio, dans le marché de Bakaara, le coeur commercial de la capitale, lieu du fameux « Black Hawk Down » du 3 octobre 1993, la bataille au cours de laquelle deux hélicoptères américains avaient été abattus et 18 soldats tués. L’activité commerciale florissante du marché a depuis longtemps fait oublier les traces des balles. « Notre plan c’est de construire un nouveau quartier dans un bon environnement, et avec une nouvelle architecture », conclut M. Warsame.

 

03 janvier 2016/ Par AFP/ Mis à jour le 03 janvier 2016/

 

http://www.jeuneafrique.com/depeches/290893/economie/somalie-a-mogadiscio-premiers-projets-immobiliers-naissent-ruines-de-guerre/

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, development, projects, New Mogadishu, somalia"

 

—————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, aden abdulle international airport"

 

3 – Le Président Turc en Somalie pour lancer des projets de développement

 

Le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, a visité la Somalie aujourd’hui (25 Janvier) pour lancer plusieurs projets de développement, y compris un nouveau terminal de l’Aéroport International Aden Abdulle à Mogadiscio, la capitale balnéaire de la Somalie. Le Président Erdogan était accompagné lors de sa deuxième visite au pays de la Corne de l’Afrique par sa femme, sa fille et plusieurs ministres.

 

Le Président Somalien Hassan Sheikh Mohamud a remercié son homologue turc pour les investissements de son pays en Somalie, qui s’emploie actuellement à reconstruire l’infrastructure critique et les institutions après des décennies de conflit interne. « Vous nous avez fourni ce terminal et beaucoup d’autres choses, y compris un soutien moral. Les Somaliens se souviendront toujours de votre générosité « , a déclaré le Président Hassan Sheikh.

 

La Turquie, en partenariat avec le Gouvernement Fédéral de la Somalie, a construit plusieurs hôpitaux, des routes et des bâtiments – y compris le nouveau terminal de l’aéroport qui a été inauguré aujourd’hui. Des lieux de culte ont également été restaurés et de nombreux Somaliens suivent actuellement leurs études en Turquie. « Je suis très heureux et ravis d’inaugurer le nouveau terminal de l’aéroport de Mogadiscio. Je pense qu’il va aider le peuple somalien qui éprouvait des difficultés « , a déclaré le Président Erdogan.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, projects, Recep Tayyip Erdogan, somalia, 2017, 2018"

 

Un fonctionnaire du gouvernement somalien a dit que les deux présidents ont également signé de nouveaux accords de développement axés sur la coopération militaire et sécuritaire, les initiatives de la jeunesse et des sports, le transport maritime, le soutien à la police et la coopération entre la Radio Nationale Turque TRT et la Télévision Nationale Somalienne.

 

La Représentante Spéciale adjoint de la Présidente de l’Union Africaine pour la Somalie, Lydia Wanyoto Mutende, a représenté la Mission de l’UA (AMISOM) lors du lancement. Les forces nationales somaliennes, en collaboration avec l’AMISOM, ont repris le contrôle de la plupart des centres urbains de la Somalie et de l’infrastructure critique des extrémistes militants d’Al-Shabaab. 

 

« Au nom de l’Union Africaine, je tiens à féliciter le Gouvernement Fédéral de la Somalie en ce jour très important où nous obtenons un tout nouveau et ultra-moderne terminal pour les voyages internationaux. Mais aussi, au nom de l’Union Africaine et de la Somalie, je tiens à dire que cela a été fait dans un environnement très calme, tout le monde est heureux et nous allons voir de nombreux développement venir Somalie.  » Erdogan a d’abord visité la Somalie en 2011, quand il était le Premier Ministre de la Turquie. Il est salué par les Somaliens pour avoir été le premier leader au niveau mondial à mettre les pieds dans le pays en 20 ans.

 

Source : amisom-au.org/

 

http://amisom-au.org/fr/2015/01/turkish-president-in-somalia-to-launch-development-projects/

 

Image associée

 

—————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "Somalie, sécheresse, président de Somalie, 2017 2018"

 

4 – Somalie : les pertes massives de bétail dues à la sécheresse compromettent la sécurité alimentaire – FAO

 

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a mis en garde mercredi contre les pertes massives de bétail en Somalie dus à la sécheresse. Dans certaines régions, 60% des troupeaux ont été décimés. Ces pertes massives de bétail ont gravement compromis les moyens d’existence des pasteurs et menacent d’exacerber l’insécurité alimentaire du pays, qui demeure critique dans les zones pastorales du nord et du centre. « La Somalie est, par tradition, caractérisée par une économie agropastorale.

 

Les pertes massives de bétail ont gravement touché l’économie et les populations somaliennes », a déclaré Daniele Donati, Représentant de la FAO en Somalie. « Il est crucial que nous continuions à soutenir les ménages pastoraux afin de renforcer leur résilience face aux chocs liés au climat en fournissant une assistance vétérinaire et alimentaire opportune à leurs animaux », a-t-il ajouté.

 

Résultat de recherche d'images pour "Somalie, bétail, sécheresse, Somalie, 2017 2018"

 

Vu que les prévisions de pluies sont inférieures à la moyenne pour la période avril-juin, la FAO estime qu’un soutien urgent est nécessaire pour renforcer la résilience des communautés pastorales et éviter une détérioration des moyens d’existence et de la sécurité alimentaire. Dans les régions pastorales septentrionales et centrales du pays, l’impact négatif, en particulier sur le bétail, des sécheresses prolongées de 2016 et 2017 a accru le nombre de personnes en insécurité alimentaire sévère d’environ 3% à 1,8 million, soit presque 30% de la population de ces zones.

 

La situation générale de la sécurité alimentaire en Somalie s’est améliorée dans une certaine mesure début 2018 principalement en raison d’une aide humanitaire soutenue et de grande ampleur. Le nombre de Somaliens souffrant d’insécurité alimentaire grave a baissé de l’ordre de 15% par rapport à fin 2017, mais reste cependant 170% au-dessus des niveaux d’avant-crise.

 

Résultat de recherche d'images pour "Somalie, sécheresse, Somalie, 2017 2018"

 

_ Fort impact sur l’économie

Les pertes massives de troupeaux en Somalie ont entraîné une réduction de l’offre sur le marché, ce qui a entraîné une flambée des prix du bétail et des produits dérivés de l’élevage, notamment le lait. Elles ont également entraîné une chute des exportations d’animaux. L’économie du pays s’en est trouvée durement touchée, le secteur de l’élevage représentant environ 40% du produit intérieur brut (PIB) et employant 65% de la population active.

 

Les familles dans les zones pastorales subissent déjà le choc de l’impact économique négatif. Un choc qui se reflète dans les niveaux élevés d’endettement des ménages qui limitent aussi fortement leur accès à la nourriture. Dans les régions du nord et du centre, cet endettement a augmenté de 400% au cours de l’année 2017 en raison des achats à crédit d’eau et de nourriture et des emprunts pour financer la migration du bétail.

 

Résultat de recherche d'images pour "Somalie, sécheresse, Somalie, 2017 2018"

 

_ Aider 2,7 millions de Somaliens en milieu rural

Pour répondre aux besoins urgents des éleveurs touchés par la crise, la FAO a soigné 38,3 millions de têtes de bétail en 2017 grâce aux services de santé animale (traitement des parasites, maladies et blessures. L’agence onusienne a également fourni des apports alimentaires à plus de 900.000 animaux et livré plus de 53 millions de litres d’eau. En 2018, la FAO entend aider 2,7 millions de Somaliens en milieu rural et a besoin de 236 millions de dollars pour soutenir les interventions sur le bétail, aider les agriculteurs à assurer une bonne récolte et accorder des transferts d’argent aux familles les plus vulnérables afin qu’elles puissent se nourrir tout en rétablissant leur propre production alimentaire.

 

21 mars 2018/ Développement économique

 

https://news.un.org/fr/story/2018/03/1009071

 

Résultat de recherche d'images pour "Somalie, sécheresse, Somalie, 2017 2018"

 

—————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "Somalie, sécheresse, président de Somalie, 2017 2018"

 

5 – Somalie : Mogadiscio à nouveau frappée dans un contexte de tensions politiques

 

La capitale somalienne a été secouée par l’explosion d’une voiture piégée ce jeudi 22 mars. L’attentat a fait au moins 14 morts et une dizaine de blessés. Il a été revendiqué par les islamistes shebabs. Véhicules éventrés, échoppes détruites, murs calcinés, les shebabs ont de nouveau frappé. Leur objectif était incertain selon les autorités. Néanmoins, plusieurs éléments étaient réunis pour obtenir un grand nombre de victimes. La voiture chargée d’explosifs était garée en face de l’hôtel Weheliye, un lieu très prisé notamment par les politiciens et entrepreneurs. Un bâtiment également situé dans ce que l’on présente comme l’artère la plus fréquentée de la capitale, la Makka al-Mukarama.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, terrorism, government, politic, somalia, 2018"

 

Dans leurs revendications, les shebabs affirment avoir aussi tué des militaires et des agents des renseignements. Les autorités assurent que la plupart des victimes sont des civils. L’attaque survient dans un contexte propice à l’instabilité en Somalie, avec une lutte de pouvoir entre le président de l’Assemblée et le Premier ministre. « Chaque camp a mobilisé des élus pour évincer l’autre. Cette tension politique s’est diffusée dans l’appareil sécuritaire », explique Rashid Abdi, de l’International Crisis Group.

 

La tension est montée au point que des militaires ont été déployés autour du Parlement. Une crise somalienne alimentée par celle du Golfe avec, d’un côté, les Emirats donnant des signes de soutien du président de l’Assemblée, et de l’autre le Qatar, penchant plutôt du côté du Premier ministre. Selon Rashid Abdi, « tout cela détourne l’attention des forces de sécurité et facilite les attaques terroristes ».

 

Par RFI / Publié le 22-03-2018 / Modifié le 22-03-2018/

 

http://www.rfi.fr/afrique/20180322-somalie-mogadiscio-shebabs-terrorisme

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, terrorism, government, politic, somalia, 2018"

 

——————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, Amisom, 2017, 2018"

 

6 – Somalie : la ville de Muqoroki aux mains des combattants d’Al shabaab

 

Le groupe islamiste somalien Al Shabaab a repris une petite ville du centre du pays désertée par les troupes gouvernementales, ont annoncé samedi des habitants. De nouveaux combats ont à nouveau éclaté vendredi soir dans la ville de Muqokori, à environ 300 kilomètres au nord de la capitale Mogadiscio, près d’un mois après que les troupes gouvernementales ont renversé les insurgés.

 

“Al Shabaab a attaqué de divers côtés. Après une heure de combats, les forces gouvernementales sont parties et al Shabaab a pris le contrôle “, a déclaré à Reuters Hussein Nur, un ancien de la région. 47 soldats du gouvernement seraient morts dans les combats, selon l’annonce du groupe militant. “Nous avons leurs cadavres”, a déclaré Abdiasis Abu Musab, le porte-parole des opérations militaires d’Al Shabaab, ajoutant qu’ils avaient capturé quatre véhicules et des dizaines d’armes. 

 

Image associée

 

Une information non-confirmée par l’armée qui dément l’information selon laquelle elle aurait fui devant al shabaab. Les soldats se seraient repliés pour des raisons stratégiques. “Il n’y avait que quelques soldats et ils ont quitté la ville pour des raisons tactiques”, a déclaré le commandant Abdullahi Aden à Reuters, ajoutant que leurs positions étaient renforcées.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, Muqoroki city, Al shabaab, 2018"

 

Les militants d’Al Shabaab essaient de renverser le gouvernement central somalien soutenu par l’Occident et gouverner le pays de la Corne de l’Afrique selon une interprétation stricte de la loi islamique. Le groupe a été expulsé de Mogadiscio en 2011 et a depuis été chassé de la plupart de ses autres bastions à travers le pays. Mais ils restent une menace redoutable, attaquant fréquemment des cibles civiles et militaires à Mogadiscio et dans d’autres villes de Somalie. D’autres combattants de groupe rebelle ont également attaqué une base militaire dans la région semi-autonome du Puntland ce même vendredi, tuant plusieurs soldats.

 

Avec reuters/ 02/06/2018

 

http://fr.africanews.com/2018/06/02/somalie-la-ville-de-muqoroki-aux-mains-des-combattants-d-al-shabaab/

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, Al shabaab, 2018"

 

—————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, Amisom, 2017, 2018"

 

7 – Somalie : série d’attaques lancées par les shebabs contre les bases de l’Amisom

 

En Somalie, les shebabs ont lancé une série d’attaques contre les troupes de l’Union africaine (Amisom) et l’armée somalienne dans la région de la Bas-Shabelle, au sud de Mogadiscio. Les terroristes affirment avoir lancé une demi-douzaine d’attaques. Ils disent avoir tué 59 soldats de la force africaine, dont de nombreux Ougandais, et perdu 14 hommes dans leurs rangs. L’armée ougandaise affirme, de son côté, avoir perdu 4 hommes et tué 22 terroristes. La plupart des attaques seraient des tirs de mortiers contre les diverses bases de l’Amisom installées dans la Bas-Shabelle. Cependant, l’assaut mené ce dimanche 1er avril à 130 km au sud-ouest de Mogadiscio, contre celle de Bulomarer aurait été d’une tout autre ampleur.

 

Selon le major somalien Farah Osman, cité par Reuters, à 9h00 du matin deux voitures-kamikazes ont commencé par exploser contre des véhicules de l’Union africaine et de l’armée somalienne. Des shebabs embusqués ont ensuite tiré, avant de mener l’assaut contre la base.

 

Image associée

 

_ « C’était une bataille infernale », a confié l’officier somalien.

Il raconte que les islamistes ont même réussi à pénétrer dans l’enceinte et à engager un combat rapproché avec les troupes africaines. Pendant ce temps, une bombe a touché un convoi militaire transportant des soldats ougandais venant du village de Golweyn, peut-être pour perturber l’arrivée de renforts sur place. Selon le major somalien Nur Ali, l’opération contre la base de Bulomarer pourrait être une revanche. Samedi soir, l’Amisom et l’armée somalienne avaient en effet conduit des opérations en zone rurale dans la région. La Bas-Shabelle est l’un des bastions des shebabs. Malgré ses 22 000 hommes et la proximité de la zone avec Mogadiscio, l’Amisom n’a toujours pas réussi à en déloger le groupe terroriste.

 

Par RFI / Publié le 01-04-2018 / Modifié le 01-04-2018/

 

http://www.rfi.fr/afrique/20180401-somalie-attaques-shebabs-amisom-mogadiscio-bas-shabelle-bulomarer/

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, shebabs, attacks, Amisom, shebabs, violences, 2017, 2018"

 

—————————–

 

 

8 – Le FMI salue l’excédent budgétaire de la Somalie

 

Une économie résiliente qui a réussi à surmonter les attaques djihadistes et la grave sécheresse. En 2017, la Somalie est parvenue à équilibrer sa balance commerciale, mieux, elle a réalisé un excédent. Dans son dernier rapport sur l‘économie somalienne, le Fonds monétaire international (FMI) se félicite de la politique économique du pays qui affiche des résultats non négligeables. En septembre 2017, la Somalie a en effet réalisé un excédent budgétaire de 3,8 millions de dollars, tandis qu’en décembre, l’excédent se chiffrait à 1,8 millions de dollars, souligne le rapport du FMI.

 

Des sommes qu’on dirait insignifiantes, mais vu le contexte dans lequel évolue ce pays d’Afrique de l’Est, c’est une avancée significative. Le pays reste confronté à une insécurité chronique occasionnée par les attaques djihadistes et combats entre clans rivaux. A cela, il faut ajouter la mauvaise campagne agricole due à la grave sécheresse qui frappe le pays depuis près de deux ans.

 

Image associée

 

Mais, avec les réformes engagées par le gouvernement du président Farmajo en accord avec le FMI, l‘économie somalienne est sur les rails de la relance. Parmi ces restructurations, la mise en œuvre de mesures fiscales vigoureuses, la réforme de la monnaie nationale et le développement du secteur financier. “Nous sommes encouragés par l’engagement des autorités et le rythme des réformes visant à rétablir les principales institutions économiques et financières, et nous saluons leurs efforts pour maintenir le programme de réformes difficiles sur les rails”, écrit le Fonds qui relève que la croissance du pays devrait toutefois rester modérée avec 1,8 % en 2017, contre 2,2 % en 2016.

 

Pour atteindre un idéal de croissance soutenue, le FMI concède que la Somalie a besoin davantage de soutien. C’est dans cette optique qu’elle compte intégrer le pays dans l’initiative PPTE (Pays pauvres très endettés). Un programme qui vise à assister les pays les plus pauvres du monde en rendant leurs dettes internationales “soutenables”.

 

27/02 / 2018

 

http://fr.africanews.com/2018/02/27/le-fmi-salue-l-excedent-budgetaire-de-la-somalie//

 

 

—————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, projects, new mogadishu city, 2017, 2018"

 

9 – Perspectives économiques en Somalie

 

_ Performance économique et perspectives

Au cours des quatre dernières années, la croissance du PIB réel a été modérée, en moyenne à environ 3,4 %. Elle devrait descendre à 2,4 % en 2017, principalement en raison de la sécheresse persistante, et revenir à 3,5 % en 2018 et 2019. En 2017, ses principaux moteurs ont été la construction, les télécommunications et les services financiers. En 2018 et 2019, la remontée de la croissance devrait être stimulée par la reprise du secteur agricole, l’augmentation des investissements du secteur privé et l’amélioration de la sécurité. Contenue par  la dollarisation et la forte baisse des prix pétroliers, l’inflation devrait rester proche de 2,7 % en 2018 et 2019.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, mogadishu city, 2017, 2018"

 

_ Indicateurs macroéconomiques – Évolution

Une meilleure administration de l’impôt et un engagement accru avec le secteur privé ont aidé les recettes intérieures à passer d’environ 0,6 % du PIB en 2012 à 1,8 % en 2016. La petite taille de l’économie formelle et la collecte fiscale limitée par l’insécurité généralisée et des contraintes institutionnelles empêchent l’État de générer des recettes suffisantes et de stabiliser l’environnement macroéconomique.

 

L’État continue de dépendre de l’aide publique au développement, qui représentait 21 % du PIB en 2016 et devrait légèrement diminuer jusqu’en 2018. En continuant d’accumuler des arriérés, la dette extérieure restreint l’accès à l’emprunt extérieur, en particulier concessionnel. Depuis avril 2016, le shilling somalien est resté relativement stable par rapport au dollar EU. La Banque centrale de Somalie n’a émis aucun billet depuis 1991 ; elle n’a aucun contrôle sur le taux de change ni sur l’émission du shilling, qui est imprimé par des acteurs privés.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, aden abdulle international airport"

 

_ Facteurs positifs

Les grandes réalisations comprennent les élections pacifiques de février 2017, qui ont désigné un nouveau président et un parlement fédéral où les femmes et les jeunes sont mieux représentés, et la création de plusieurs États fédéraux autonomes. Les principales réalisations économiques comprennent l’élaboration du premier Plan national de développement (PND) 2017–2019, énonçant les priorités pour la reconstruction et le développement économiques.

 

Le secteur privé a affiché une résilience impressionnante dans les télécommunications, les services financiers et la construction. La diaspora a joué un rôle majeur en investissant des fonds étrangers et en revenant avec des compétences essentielles. La stabilité politique, la mise en œuvre du PND et l’intérêt de la diaspora pour les secteurs clés de croissance devraient stimuler la croissance en 2018. Des programmes sont en cours pour relancer l’éducation, avec pour premiers résultats la scolarisation d’un plus grand nombre d’enfants dans l’enseignement primaire formel.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, projects, terrorism, government, economy, politic, somalia, 2018"

 

_ Facteurs négatifs

Malgré des progrès, la croissance sera freinée, en 2018, par de nombreux défis sécuritaires, politiques et économiques. Le terrorisme continue de menacer la paix et la stabilité dans le pays et chez ses voisins. Les efforts visant les questions constitutionnelles doivent être accélérés, et un règlement fédéral doit être accepté pour définir la répartition des pouvoirs et la meilleure façon d’affecter les ressources et les recettes. Les réformes de la sécurité n’ont pas progressé aussi rapidement que prévu ; la menace de piraterie persiste et freinera l’investissement tant direct étranger que de la diaspora en 2018. Des progrès sont indispensables dans la démocratisation, les droits de l’homme et l’État de droit, de même que de vigoureuses initiatives anticorruption.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, new agriculture"

(Agriculture School Project in Somalia)

La dépendance vis-à-vis de l’élevage et de l’agriculture en tant que grande source de recettes d’exportation reflète l’étroitesse de la base économique. L’économie demeure très vulnérable aux soubresauts du marché, en particulier les fluctuations des prix des produits de base, et aux chocs écologiques. La crise humanitaire exacerbée par la sécheresse prolongée devrait se poursuivre en 2018 et freiner la reprise économique. Le taux de chômage reste élevé chez les moins de 30 ans, à 67 %.

 

Source: Perspectives économiques en Afrique (PEA) 2018

 

https://www.afdb.org/fr/countries/east-africa/somalia/somalia-economic-outlook/

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, projects, terrorism, government, economy, politic, somalia, 2018"

(Turkey’s first military base in Somalia)

—————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, government, politic, Somali president Mohamed Abduulahi Farmaajo, Somalia, 2018"

 

10 – Somalie : le Conseil de sécurité salue les progrès récents du Gouvernement mais reste préoccupé par la situation sécuritaire et humanitaire

 

Dans une déclaration présidentielle adoptée ce matin, le Conseil de sécurité salue les progrès accomplis dans ses réformes par le Gouvernement fédéral somalien, dans le secteur de la sécurité comme sur les plans économiques et politiques. Dans une déclaration présidentielle adoptée ce matin, le Conseil de sécurité salue les progrès accomplis dans ses réformes par le Gouvernement fédéral somalien, dans le secteur de la sécurité comme sur les plans économiques et politiques.

 

Le Conseil de sécurité se félicite de l’élection pacifique d’un nouveau président de la Chambre du peuple et de la reprise des travaux du Parlement fédéral.  Il salue également la reprise du dialogue de haut niveau entre le Gouvernement fédéral somalien et les États membres de la fédération « visant à permettre la réalisation de nouveaux progrès sur les grands axes prioritaires ». Toutefois, préoccupé de constater que les combats survenus récemment dans la région de Sool, dans le nord de la Somalie, ont aggravé la situation humanitaire, le Conseil demande à toutes les parties de permettre et de faciliter le libre passage de l’aide humanitaire.

 

De plus, le Conseil note avec préoccupation que « des pressions internes et externes risquent de porter atteinte à l’unité politique de la Somalie ».  Il importe, souligne-t-il, de faire le nécessaire pour empêcher que les crises et différends régionaux n’en viennent à déstabiliser ce pays. Le Conseil se déclare gravement préoccupé par la menace constante que représentent les Chabab, et réaffirme qu’il appuie une approche globale de la sécurité en Somalie qui soit conforme au droit international humanitaire et au droit international des droits de l’homme.

 

Sur une note positive, le Conseil se félicite des progrès récemment accomplis quant à l’élaboration d’un plan de transition assorti de conditions et d’un calendrier précis prévoyant que les responsabilités en matière de sécurité de la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) seront progressivement transférées aux institutions somaliennes chargées de la sécurité, tel qu’approuvé par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine le 30 avril 2018 et par les partenaires internationaux à la Réunion de haut niveau sur la Somalie, le 2 mai 2018 à Bruxelles.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, government, politic, Somalia, 2018"

 

Notant qu’il est essentiel, pour consolider la paix et la stabilité et pour favoriser le développement durable, d’accélérer la reprise économique de la Somalie, le Conseil salue l’engagement pris par le Gouvernement fédéral somalien en ce qui concerne l’actuel Programme de référence du Fonds monétaire international, et se félicite des résultats obtenus, le 19 avril, lors de la table ronde sur la Somalie.  Il exhorte la Somalie à continuer d’accomplir des progrès en matières fiscale et monétaire en vue d’avancer sur la voie de la normalisation avec les institutions financières internationales et de l’allégement de la dette. Enfin, il note que le Forum de partenariat pour la Somalie aura lieu à Bruxelles, les 25 et 26 juin 2018.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, united nations, 2017, 2018"

 

_ Déclaration du Président du Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité salue les progrès accomplis dans ses réformes par le Gouvernement fédéral somalien, dans le secteur de la sécurité comme sur les plans économiques et politiques.  Il se félicite de l’élection pacifique d’un nouveau président de la Chambre du peuple et de la reprise des travaux du Parlement fédéral. Il tient à dire qu’il importe que le Gouvernement fédéral somalien, le Parlement fédéral somalien et les États membres de la Fédération travaillent de concert dans l’intérêt de tous les Somaliens.

 

Le Conseil prend acte avec préoccupation des combats survenus récemment dans la région de Sool, dans le Nord de la Somalie.  Il prie instamment les parties de respecter sans retard l’engagement qu’elles ont pris auprès de leurs partenaires internationaux de cesser immédiatement les hostilités, en s’abstenant notamment de toute déclaration ou de toute action de nature à accroître les tensions, et les exhorte en outre à retirer leurs forces et à engager le dialogue.  

 

Le Conseil est préoccupé de constater que les combats ont aggravé la situation humanitaire et demande à toutes les parties de permettre et de faciliter le libre passage de l’aide humanitaire, en toute sécurité et sans restrictions, afin qu’elle puisse parvenir rapidement à ses destinataires.

 

Le Conseil salue la reprise du dialogue de haut niveau entre le Gouvernement fédéral somalien et les États membres de la fédération visant à permettre la réalisation de nouveaux progrès sur les grands axes prioritaires, notamment le partage du pouvoir et des ressources, la révision de la Constitution, le fédéralisme budgétaire, les préparatifs des élections qui se tiendront en 2020/2021 selon le principe « une personne, une voix », l’appui aux forces de sécurité régionales et la dernière étape de l’élaboration du modèle fédéral de système judiciaire et pénitentiaire, qui, tous, nécessitent la conclusion d’accords politiques pouvant servir de base pour l’adoption de projets de lois au Parlement fédéral.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, united nations, AMISOM, AMISOM, 2017, 2018"

 

Le Conseil réaffirme son attachement à la souveraineté, à l’intégrité territoriale, à l’indépendance politique et à l’unité de la Somalie. Il note avec préoccupation que des pressions internes et externes risquent de porter atteinte à l’unité politique de la Somalie.  Le Conseil souligne qu’il importe de faire le nécessaire pour empêcher que les crises et différends régionaux n’en viennent à déstabiliser la Somalie, et que l’ensemble des parties prenantes, y compris les partenaires internationaux de la Somalie, se doivent de collaborer, dans un esprit constructif, à l’appui du système fédéral et de ses institutions et de respecter le processus de consolidation de la paix et d’édification de l’État en Somalie.

 

Le Conseil souligne l’importance d’une participation pleine et effective, sur un pied d’égalité, des femmes au processus de règlement politique et à tous les efforts déployés pour maintenir et promouvoir la paix et la sécurité, et exhorte le Gouvernement fédéral somalien et les États membres de la fédération à continuer de promouvoir une plus large représentation des femmes, et une participation accrue de celles-ci, à tous les niveaux de décision, aux institutions somaliennes.

 

Le Conseil se déclare gravement préoccupé par la menace constante que représentent les Chabab, et réaffirme qu’il appuie une approche globale de la sécurité en Somalie qui soit conforme au droit international humanitaire et au droit international des droits de l’homme, selon qu’il convient, et pleinement respectueuse de l’état de droit.

 

Il se félicite des progrès récemment accomplis quant à l’élaboration d’un plan de transition assorti de conditions et d’un calendrier précis prévoyant que les responsabilités en matière de sécurité de la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) seront progressivement transférées aux institutions somaliennes chargées de la sécurité, tel qu’approuvé par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine le 30 avril 2018 et par les partenaires internationaux à la Réunion de haut niveau sur la Somalie, le 2 mai 2018 à Bruxelles.  

 

Le Conseil félicite le Gouvernement fédéral somalien, tout comme les États membres de la fédération, l’AMISOM, les pays fournisseurs de contingents et de personnel de police, et les partenaires internationaux, pour l’esprit de collaboration dont ils ont fait preuve dans l’élaboration de ce plan, et demande que celui-ci soit effectivement mis en œuvre, à commencer par la première phase, avec la pleine participation de toutes les parties concernées. Il souligne qu’il faut faire en sorte que le plan de transition soit doté des ressources nécessaires.

 

Le Conseil rappelle en outre qu’il importe au plus haut point d’accélérer la mise en œuvre de l’accord relatif au dispositif national de sécurité pour jeter les bases d’une transition réussie.  Il exhorte le Gouvernement fédéral et les États membres de la fédération à prioriser les efforts dans ce domaine, notamment en intégrant et en fournissant une aide fédérale aux forces régionales, comme convenu par le Conseil national de sécurité somalien.  Le Conseil invite les partenaires internationaux à appuyer la transition et la mise en œuvre du dispositif, et à coordonner l’aide en matière de sécurité, conformément aux structures existantes de l’approche globale pour la sécurité.

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, united nations, AMISOM, AMISOM, 2017, 2018"

 

Le Conseil note que le rôle de l’AMISOM sera déterminant pour permettre le transfert des responsabilités de la sécurité aux forces somaliennes.  Il rend hommage au courage et aux sacrifices consentis par l’AMISOM et les pays qui lui fournissent des forces de police et des contingents pour promouvoir la paix et la stabilité en Somalie, et attend avec intérêt les recommandations du quatrième Examen conjoint UA-ONU de l’AMISOM sur la manière dont la Mission devrait être configurée pour appuyer la transition.

 

Le Conseil réitère la nécessité de rendre plus prévisible, plus durable et plus flexible le financement des opérations de soutien à la paix dirigées par l’Union africaine et autorisées par lui en vertu de l’autorité qu’il tient du Chapitre VIII de la Charte.  Il demande une fois encore que de nouveaux donateurs et les bailleurs de fonds actuels appuient l’AMISOM et réaffirme que les organisations régionales ont la responsabilité de mobiliser les ressources humaines, financières, logistiques et autres dont elles ont besoin.  Il se félicite des efforts déployés par l’Union africaine et par l’Organisation des Nations Unies pour étudier les options de financement de l’AMISOM.

 

Le Conseil note qu’il est essentiel, pour consolider la paix et la stabilité et pour favoriser le développement durable, d’accélérer la reprise économique de la Somalie de manière à renforcer les moyens de subsistance et créer des emplois.  Il salue l’engagement pris par le Gouvernement fédéral somalien en ce qui concerne l’actuel Programme de référence du Fonds monétaire international, et se félicite des résultats obtenus, le 19 avril, lors de la table ronde sur la Somalie, à l’occasion des Réunions de printemps.  Il exhorte la Somalie à continuer d’accomplir des progrès en matières fiscale et monétaire en vue d’avancer sur la voie de la normalisation avec les institutions financières internationales et de l’allègement de la dette.

 

Le Conseil se déclare profondément préoccupé par la situation humanitaire qui règne en Somalie, notamment le risque perpétuel de famine et les conséquences des récentes inondations.  Il se félicite que les autorités somaliennes aient créé une commission nationale chargée d’aider à coordonner les mesures à prendre face aux inondations.  Il souligne qu’il importe de poursuivre l’action internationale pour résoudre les problèmes humanitaires et renforcer la résilience à long terme.

 

Le Conseil se déclare préoccupé par toutes les violations du droit international humanitaire, les violations des droits de l’homme et les atteintes à ces droits commises en Somalie, notamment la pratique persistante de l’enlèvement et de l’emploi d’enfants soldats et des violences sexuelles et sexistes.  Il souligne combien il est important de protéger les civils et demande à toutes les parties de s’acquitter immédiatement des obligations que leur impose le droit international, y compris le droit international humanitaire et le droit international des droits de l’homme.

 

Le Conseil note que le Forum de partenariat pour la Somalie aura lieu à Bruxelles, les 25 et 26 juin 2018, et attend avec intérêt les nouvelles avancées qui seront faites dans les réformes politiques, économiques et concernant la sécurité.  Il note en outre que le Forum permettra de faire avancer le débat concernant la résilience et l’intervention dans le cadre de la situation humanitaire.  Le Conseil continuera de suivre de près les progrès accomplis et réaffirme son soutien à la paix, à la stabilité et au développement en Somalie.

 

SOMALIE/ CONSEIL DE SÉCURITÉ/ 8280E SÉANCE – MATIN/ CS/13370/ 7 JUIN 2018

 

https://www.un.org/press/fr/2018/cs13370.doc.htm

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, new projects, somalia, 2017, 2018"

 

—————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "somalia, development, new projects, somalia"

Welcome To New Mogadishu, Somalia/

 

 

Leave a reply