SANTE/ SYSTEMES DE SANTE/ NOUVELLES PATHOLOGIES : santé, nouvelles pathologies et perspectives
25 janvier 2020  >  By:   >  A LA UNE, SANTE PUBLIQUE/ TECHNOLOGIES MEDICALES  >  No Comment   //   112 Views

 

« Coronavirus en Chine/ Conseils aux populations : L’Organisation Mondiale de la Santé émet les conseils suivants pour réduire le risque général de transmission des infections respiratoires aiguës :

  • Éviter tout contact étroit avec les personnes atteintes d’infections respiratoires aiguës ;
  • Se laver fréquemment les mains, surtout à la suite d’un contact direct avec une personne malade ou son environnement ;
  • Éviter tout contact non protégé avec des animaux d’élevage ou des animaux sauvages ;
  • Les personnes présentant des symptômes d’infection respiratoire aiguë doivent respecter les règles d’hygiène applicables en cas de toux (se tenir à distance d’autrui, se couvrir la bouche ou le nez à l’aide d’un mouchoir en papier ou de ses vêtements lorsqu’on tousse ou éternue, se laver les mains) ;
  • Dans les établissements de santé, renforcer les pratiques standard de lutte contre les infections, en particulier dans les services d’urgence.

 

Résultat de recherche d'images pour "coronavirus, chine, 2020"

 

Pour l’instant, l’OMS ne recommande aucune mesure sanitaire particulière concernant les voyageurs et il n’y a donc pas de restriction de voyage et commerce. En présence de symptômes évocateurs d’une affection respiratoire pendant ou après un voyage, les voyageurs sont invités à consulter un médecin, à qui ils feront part de leurs antécédents de voyage. »

 

Résultat de recherche d'images pour "La Chine met en quarantaine 56 millions de personnes"

 

—————————

 

Résultat de recherche d'images pour "coronavirus, chine, 2020"

 

1 – Un nouveau coronavirus entraîne une épidémie en Chine : 56 millions de personnes sont mises en quarantaine

 

Un virus inconnu est apparu dans le centre de la Chine et entraîne la propagation d’une nouvelle épidémie inquiétante. La Chine a pris des mesures drastiques de quarantaine qui concernent plus de 50 millions de personnes tandis que les premiers cas sont signalés un peu partout dans le monde. Le 31 décembre 2019, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a alerté sur plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan (Province Hubei de Chine). Mais ce virus ne ressemblait à aucun virus connu. Le 7 janvier 2020, les autorités chinoises ont confirmé qu’il s’agissait bien d’un nouveau virus – baptisé temporairement « 2019-nCoV » – de la famille des coronavirus.

 

La famille des coronavirus provoque des infections respiratoires chez l’homme et chez l’animal qui peuvent aller du simple rhume, au syndrome ­respiratoire aigu sévère (SRAS), et au, à l’origine du ­syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS). Depuis la première notification de cas à Wuhan le 31 décembre 2019, au moins 1 300 cas d’infection par le 2019-nCoV ont été signalés (95 % en Chine), 20 % sont des cas graves et 41 personnes en sont déjà mortes selon Commission nationale de la santé.

 

Résultat de recherche d'images pour "coronavirus, china, hospitals, 2020"

 

Soulignons que de nombreux travailleurs médicaux ont été contaminés par le virus ce qui a poussé la Commission nationale de la santé à réviser les normes et spécifications de protection des travailleurs médicaux et à renforcer les mesures de prévention et de contrôle contre la maladie dans les hôpitaux. « Lors de l’épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003, le personnel médical avait représenté 19 % des 4 948 cas signalés sur la partie continentale de la Chine » rappelle le Quotidien du PeupleUne vidéo – non identifiée, non confirmée mais plausible – relayée sur Twitter montre une travailleuse médicale chinoise à Wuhan qui annonce le chiffre faramineux de 90 000 personnes infectées à Wuhan par le virus qui mute déjà…

 

Alors que le virus se propage de plus en plus vite, le président chinois a qualifié la situation de « grave ». Après l’envoi de 450 médecins militaires à Wuhan, les autorités chinoises se mobilisent pour construire en seulement 10 jours, un hôpital spécialisé qui devrait accueillir dès le 3 février 2020, 1 000 patients infectés par le coronavirus. Dans un deuxième temps, cet hôpital accueillera 1 000 lits supplémentaires. Kei, notre correspondant en Chine à Shangaï, nous indique que les masques sont en rupture de stock, les magasins, les pharmacies ont été dévalisés par les habitants qui se cloitrent chez eux et ont annulé les festivités du nouvel an.

 

Résultat de recherche d'images pour "coronavirus, chine, 2020"

 

_ Le virus se propage dans le monde

Profitant de la mondialisation des échanges et des déplacements, il n’a fallu que quelques dizaines de jours pour que le virus 2019-nCoV soit détecté hors de Chine.

 _ Plusieurs cas d’infections de voyageurs provenant de la ville de Wuhan, le foyer, ont été détectés dans plusieurs pays : Corée, Thaïlande, Japon, République de Corée, Taïwan, Hong Kong, Singapour, Vietnam, Australie et aux Etats-Unis.

 _ Plusieurs cas de personnes infectées par ce coronavirus en France

La France n’échappe à la la contamination puisqu’en seulement quelques heures, trois cas ont été confirmés : un à Bordeaux et deux à Paris, alors que les contrôles aux aéroports étaient quasi inexistants.

La France et le premier pays européen contaminé.

 

Résultat de recherche d'images pour "coronavirus, china, hospitals, 2020"

 

_ Quelle est l’origine de ce nouveau virus ?

Comme la plupart des virus capables d’engendrer des épidémies massives et mortelles, ils trouvent leur origine dans la promiscuité avec les animaux souvent entassés, même si cela reste encore une hypothèse pour cette épidémie. Cela dit, la quasi-totalité des cas confirmés de contamination ont un lien direct ou indirect avec un marché de produits frais de fruits de mer et de volailles vivantes à Wuhan.

 

« Lors des enquêtes préliminaires, des échantillons environnementaux prélevés sur le marché aux poissons de Huanan dans la ville de Wuhan se sont révélés positifs pour le nCoV ; toutefois, certains patients dont l’infection a été confirmée en laboratoire ont indiqué ne pas s’être rendus sur ce marché. Des cas continuent à être signalés dans la ville de Wuhan, et dans d’autres provinces de Chine. Des enquêtes supplémentaires doivent être menées pour déterminer comment les patients ont été infectés, l’étendue de la transmission interhumaine, le tableau clinique de la maladie, et l’ampleur géographique de l’infection. » précise l’OMS.

 

En attendant, le marché aux poissons de Huanan est fermé depuis le 1er janvier pour être désinfecté, tandis que les autres marchés environnants sont inspectés. L’Organisation mondiale de la santé vient de reconnaître « l’urgence en Chine » mais il est encore « trop tôt » pour parler « d’urgence de santé publique de portée internationale ». L’OMS salue les mesures radicales adoptées par la Chine en espérant qu’elles seront « à la fois efficaces et de courte durée ».

 

Résultat de recherche d'images pour "La Chine met en quarantaine 56 millions de personnes"

 

_ La Chine met en quarantaine 56 millions de personnes

C’est sans soute une mesure inédite au niveau mondial : après avoir mis en quarantaine trois villes de la province de Hubei : Wuhan (11 millions d’habitants), Huanggang (7,5 millions) et Ezhou (1 million), le 25 janvier, les autorités chinoises ont élargi la zone de confinement à 56 millions de personnes, pratiquement toute la province du Hubei.

 

Cela se traduit par la fermeture des aéroports, gares ferroviaires et routières, voies fluviales, autoroutes… Toutes les voies de communication vers l’extérieur sont filtrées par l’armée. Une mesure qui vise à « contenir efficacement le rythme de la propagation de l’épidémie » afin de sauver des vies, a expliqué le centre de commandement mis en place contre le virus à Wuhan, selon la chaîne de télévision publique CCTV. « Les habitants ne doivent pas quitter Wuhan sans raison spécifique », a annoncé de son côté le Quartier général chargé de la lutte contre l’épidémie au niveau municipal.

 

Cette mise en quarantaine pourrait durer au moins deux semaines, le temps maximal de la période d’incubation du virus (14 jours) alors que les chinois fêtent le 25 janvier le nouvel an chinois, un évènement pendant lequel des millions de personnes se déplacent dans tout le pays. En dehors du Hubei, les autorités ont annoncé la mise en place de mesures de dépistage du virus dans tout le pays. La dernière mise en quarantaine d’envergure a eu lieu en 2014, au Libéria, lors de l’épidémie d’Ebola : entre 60 000 et 100 000 personnes avaient été privées de leur liberté de déplacement, ce qui avait engendré des révoltes.

 

Résultat de recherche d'images pour "La Chine met en quarantaine 56 millions de personnes"

 

_ Conseils aux populations

Les coronavirus peuvent avoir des conséquences graves chez des personnes fragiles (personnes âgées ou atteintes de maladies chroniques, nourrissons, femmes enceintes). Ces virus peuvent se transmettre de personne à personne par voie aérienne, au contact de sécrétions ou d’objets contaminés, particulièrement en période hivernale. A l’heure actuelle, aucun traitement spécifique ou vaccin n’est disponible contre ce virus.

 

Résultat de recherche d'images pour "coronavirus, oms"

 

L’Organisation Mondiale de la Santé émet les conseils suivants pour réduire le risque général de transmission des infections respiratoires aiguës :

  • Éviter tout contact étroit avec les personnes atteintes d’infections respiratoires aiguës ;
  • Se laver fréquemment les mains, surtout à la suite d’un contact direct avec une personne malade ou son environnement ;
  • Éviter tout contact non protégé avec des animaux d’élevage ou des animaux sauvages ;
  • Les personnes présentant des symptômes d’infection respiratoire aiguë doivent respecter les règles d’hygiène applicables en cas de toux (se tenir à distance d’autrui, se couvrir la bouche ou le nez à l’aide d’un mouchoir en papier ou de ses vêtements lorsqu’on tousse ou éternue, se laver les mains) ;
  • Dans les établissements de santé, renforcer les pratiques standard de lutte contre les infections, en particulier dans les services d’urgence.

 

Pour l’instant, l’OMS ne recommande aucune mesure sanitaire particulière concernant les voyageurs et il n’y a donc pas de restriction de voyage et commerce. En présence de symptômes évocateurs d’une affection respiratoire pendant ou après un voyage, les voyageurs sont invités à consulter un médecin, à qui ils feront part de leurs antécédents de voyage.

 

Sources

 

Source : www.notre-planete.info/ Article mis à jour le 25 janvier 2020/ Auteur : Ophélie Bontemps / notre-planete.info

 

https://www.notre-planete.info/actualites/4135-coronavirus-epidemie-Chine-quarantaine/

 

Résultat de recherche d'images pour "La Chine met en quarantaine 56 millions de personnes"

 

—————————

 

Résultat de recherche d'images pour "best hospitals in the world, inside"

 

2 – SANTE/ EXCELLENCE MEDICALE : Les 19 pays avec les meilleurs systèmes de santé au monde

 

L’Institut Legatum, un institut de recherche basé à Londres (Royaume-Uni), a publié la 11e édition de son index annuel mondial sur la prospérité en novembre dernier. Il s’agit d’une très grande enquête, qui classe les pays les plus prospères au monde. L’organisation a comparé plus de 100 variables pour dresser leur classement, en les regroupant en neuf sous-catégories. L’un des éléments qui pèsent le plus dans le classement est la santé des habitants d’un pays donné.

 

Résultat de recherche d'images pour "world's best hospitals"

 

La santé est mesurée selon trois composants majeurs par l’Institut Legatum: la santé mentale et physique de base d’un pays, ses infrastructures dans la santé et la disponibilité des traitements de prévention. Les pays, qui ont obtenu les meilleurs scores dans cet index mondial de la prospérité, sont aussi les pays les plus riches et sont aussi généralement des grandes économies développées avec une grande quantité de ressources.

 

Résultat de recherche d'images pour "world's best hospitals"

 

_ Voici les 19 pays avec les meilleurs systèmes de santé au monde.

  1. Royaume-Uni — Le NHS est un élément clé dans l’Etat-providence britannique, offrant une couverture médicale entièrement gratuite pour tous ses citoyens. Le NHS est un sujet de controverses au sein de la politique britannique, mais il s’agit tout de même de l’un des meilleurs systèmes de santé de la planète.
  1. France — Connue pour la qualité de ses services dans la santé, la France est près du haut du classement. L’espérance de vie dans le pays est de 83 ans.
  1. Nouvelle-Zélande — La Nouvelle-Zélande est l’un des pays les plus actifs dans le monde, en excellant dans certaines compétitions sportives. L’espérance de vie y est de 81,5 ans.
  1. Espagne — Selon Expatica, « l’Espagne dépense environ 10% de son PIB pour ses services de santé et il occupe la 6e place dans l’UE concernant le nombre de docteurs, avec environ quatre médecins pour 1000 personnes. »
  1. Corée du Sud — Le système de santé en Corée du Sud est financé via le régime national d’assurance maladie et couvre près de 87% de la population. L’espérance de vie y est de 82,2 ans.
  1. Finlande — Selon Finland Health, le pays a le meilleur taux de satisfaction concernant les systèmes de santé en Europe. L’espérance de vie y est de 81,4 ans.
  1. Qatar — Les meilleurs soins dans le Moyen-Orient peuvent être trouvés au Qatar. La nation a récemment pris des mesures pour mettre en place un système de santé universel à travers tout le pays.
  1. Allemagne — Malgré leur amour pour la bière et les saucisses, les Allemands font partie des gens en meilleure santé dans le monde. L’espérance de vie y est de 81,1 ans.
  1. Belgique — Le pays bénéficie de services de santé universels mais exige une assurance de santé obligatoire pour tous ses citoyens.

Bruges, Belgique

  1. Australie — Avec sa belle météo et le peu de pollution qu’on trouve dans le pays, l’Australie fait partie des nations en bonne santé dans l’hémisphère sud. L’espérance de vie y est de 82,8 ans, la 4e plus longue dans le monde.
  1. Hong Kong — La ville-Etat compte 11 hôpitaux privés et 42 établissements de soins publics pour ses 7,2 millions d’habitants. En 2012, les femmes à Hong Kong avaient l’espérance de vie la plus élevée de toute la planète.
  1. Pays-Bas — Pendant trois années consécutives, les Pays-Bas ont remporté la première place de l’index européen annuel des consommateurs de soins de santé, avec un score de plus de 900 sur 1000 points à chaque fois.

Pays-Bas

  1. Norvège — La Norvège, aux côtés de ses voisins scandinaves, occupe souvent le haut du tableau dans les classements concernant la qualité de vie. L’une des raisons à cela est la santé de ses citoyens. Le système de santé du pays est gratuit pour les enfants âgés de moins de 16 ans mais les adultes doivent payer pour accéder à ces services. Le pays dépense plus d’argent pour chaque personne en termes de soins de santé que n’importe quel autre pays sur Terre.
  1. Suède — Les pays nordiques comme la Suède ont toujours des bons scores dans ce type de classement. Les Suédois ont la 4e plus longue espérance de vie au monde. Elle est d’environ 80,7 ans.
  1. Autriche — L’Etat qui se trouve au centre de l’Europe a un système de santé basé sur une assurance santé obligatoire. Les Autrichiens payent un supplément d’environ 25 euros par mois pour leurs services de santé.
  1. Japon — L’espérance de vie est de 83,7 ans, la plus élevée de toute la planète. Ceci est à l’origine de problèmes démographiques dans le pays, car sa population vieillit rapidement.
  1. Suisse — Le système de santé en Suisse est universel et est basé sur l’obligation que chaque citoyen détienne une assurance santé.
  1. Singapour — Une autre ville-Etat parmi les pays les mieux classés en matière de santé. Singapour compte six millions de citoyens et a une espérance de vie de 83,1 ans.
  1. Luxembourg — Niché entre la Belgique, la France et l’Allemagne, la très riche nation finit première de l’index santé de l’institut Legatum. L’espérance de vie y est de 82 ans.

 

Source : www.businessinsider.fr/ Barbara Tasch/Business Insider/ janvier 2020/

 

https://www.businessinsider.fr/meilleurs-systemes-sante-prosperity-index-2018/

 

Image associée

 

——————————

 

Résultat de recherche d'images pour "France, CHU de Bordeaux"

 

3 – SANTE/ Palmarès des hôpitaux 2019 : quel est le meilleur hôpital de France ?

 

Comme chaque année depuis plus de 20 ans, l’hebdomadaire Le Point dévoile le palmarès des meilleurs hôpitaux et cliniques publics ou privés de France. Au total, 1 400 établissements ont été passés au crible et étudiés pour la qualité de leur prise en charge (équipements, équipe soignante, présence de spécialistes à forte valeur ajoutée…) et de leurs spécialités médicales ou chirurgicales.

 

Résultat de recherche d'images pour "meilleur hôpital de France, inside"

 

Ce classement permet d’offrir une vision très détaillée de la qualité des établissements de santé sur le territoire français. Alors, quel établissement occupe la première place de l’édition 2019 ? Le CHU de Toulouse conserve-t-il la tête du podium comme l’an dernier ?

 

Résultat de recherche d'images pour "France, CHU de Bordeaux"

 

_ Les meilleurs hôpitaux et cliniques pour le secteur public

Position Nom de l’établissement
1 CHU de Bordeaux
2 CHU de Lille
3 CHU de Toulouse
4 Hôpitaux de Strasbourg
5 CHU de Montpellier
6 CHU de Nantes
7 Hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris)
8  CHU de Nancy

  

Résultat de recherche d'images pour "Polyclinique de Reims-Bézannes, plateau technique"

 

_ Les meilleurs hôpitaux et cliniques pour le secteur privé

Position Nom de l’établissement
1 Polyclinique de Reims-Bézannes
2 Santé Atlantique de Saint-Herblain
3 Centre hospitalier de Saint-Grégoire

 

Pour établir son palmarès, le magazine a évalué et comparé 1 400 hôpitaux publics et privés et 79 disciplines médicales et chirurgicales. Cette année, de nouvelles pathologies ont été décryptées comme les troubles du sommeil ou encore les cancers de l’enfant. Grâce à cet immense travail d’investigation, ce classement 2019 est « le plus complet à ce jour », selon le Point qui propose 122 classements secondaires en fonction de la prise en charge (AVC, chirurgie de l’obésité, leucémies pédiatriques, traumatismes crâniens…).

 

Source : https://sante.journaldesfemmes.fr/magazine/Anaïs Thiébaux/ Mis à jour le 23/08/2019/

 

https://sante.journaldesfemmes.fr/magazine/1349056-palmares-meilleurs-hopitaux-2019/

 

Résultat de recherche d'images pour "meilleur hôpital de France, inside"

 

——————————

 

Résultat de recherche d'images pour "Cancer du col de l'utérus"

 

4 – Cancer/ Cancer du col de l’utérus : symptômes, causes, traitement, guérison

 

Le cancer du col de l’utérus se développe dans la muqueuse qui tapisse la paroi inférieure de l’utérus. Il s’agit d’un des cancers les plus fréquents chez la femme notamment passé l’âge de 50 ans.

 

Résultat de recherche d'images pour "Cancer du col de l'utérus"

 

. Définition : qu’est-ce que le cancer du col de l’utérus ?

Le cancer du col de l’utérus se développe dans la muqueuse qui tapisse la paroi inférieure de l’utérus. Il s’agit d’un des cancers les plus fréquents chez la femme notamment passé l’âge de 50 ans.

Le col de l’utérus est la partie basse et étroite de l’utérus qui assure la jonction avec le vagin. Il a pour rôle la protection de l’utérus contre les infections et la lubrification du vagin. Il participe également activement à l’accouchement.

Le col est recouvert d’une muqueuse dont le tissu superficiel se nomme épithélium. C’est au niveau de celui-ci que se développe la grande majorité des cancers du col de l’utérus, les carcinomes.

 

 Résultat de recherche d'images pour "Traitement du cancer du col de l'utérus"

 

_ Symptômes du cancer du col de l’utérus

Les premiers stades du cancer du col de l’utérus se déroulent le plus souvent sans aucun signe clinique. C’est pour cela qu’un test de Pap (frottis de dépistage) à intervalle régulier est fortement recommandé.

A un stade plus avancé du cancer du col de l’utérus, on peut constater :

– des saignements vaginaux, en dehors des périodes menstruelles, le plus souvent après les rapports sexuels

– douleurs pendant les relations sexuelles

– règles abondantes

– pertes blanches indolores

– douleurs lombaires (dans le bas du dos)

 

Résultat de recherche d'images pour "Cancer du col de l'utérus, papillomavirus"

 

_ Causes du cancer du col de l’utérus

La principale cause de cancer du col de l’utérus est le virus du papillome humain ou papillomavirus. Celui-ci se transmet lors des rapports sexuels. Il peut également provoquer des lésions cutanées appelées condylomes.

Les personnes les plus à risque de contracter un cancer du col de l’utérus sont celles qui ont un premier rapport sexuel à un âge précoce, qui multiplient les partenaires, qui ont eu plusieurs enfants, qui ont un déficit du système immunitaire, qui ont déjà contracté une MST (maladie sexuellement transmissible) ou qui consomme du tabac de façon excessive.

 

Résultat de recherche d'images pour "Traitement du cancer du col de l'utérus"

 

_ Traitement du cancer du col de l’utérus

Il existe plusieurs options thérapeutiques différentes et complémentaires dans le cadre du traitement du cancer du col de l’utérus. La meilleure voie à suivre est déterminée en fonction du stade et de l’étendue de la maladie.

La chirurgie est essentiellement utilisée pour des cancers précoces. Elle consiste en l’ablation partielle ou totale du col de l’utérus. Si la tumeur s’est propagée aux tissus et ganglions voisins, leur ablation peut être nécessaire.

La radiothérapie permet de détruire les cellules cancéreuses à l’aide de rayonnements à haute énergie. Elle est souvent associée à une curiethérapie (application d’une source radioactive directement au contact de la tumeur) pour une meilleure efficacité. Enfin, une chimiothérapie peut être pratiquée afin de limiter les risques de récidives.

 

 Résultat de recherche d'images pour "Cancer du col de l'utérus, vaccin"

(Vaccin contre le cancer du col de l’utérus : les gynécologues en guerre contre les fake news).

_ Pronostic du cancer du col de l’utérus

Le taux de guérison du cancer du col de l’utérus dépend de son stade au moment du diagnostic. En moyenne, on considère que ce cancer possède une survie relative après cinq ans de 74%. Soit 74% de chances d’être encore en vie cinq ans après le diagnostic de la maladie.

Si la tumeur est uniquement localisée au niveau du col de l’utérus, les chances de survie sont même de 80 à 85%. En revanche, plus les cellules cancéreuses se propagent, plus la mortalité augmente.

 

Source : www.maxisciences.com/ LE 17 JANVIER 2020/ • LAURA CLAUDE

 

https://www.maxisciences.com/cancer/cancer-du-col-de-l-uterus-symptomes-causes-traitement-guerison_art40014.html/

 

Résultat de recherche d'images pour "Cancer du col de l'utérus"

 

—————————

 

Résultat de recherche d'images pour "cardio health, hospitals, advanced health technologies, cardio health,"

 

5 – Maladies cardiovasculaires

 

_ Principaux faits

  • Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde: il meurt chaque année plus de personnes en raison de maladies cardio-vasculaires que de toute autre cause.
  • On estime à 17,7 millions le nombre de décès imputables aux maladies cardio-vasculaires, soit 31% de la mortalité mondiale totale. Parmi ces décès, on estime que 7,4 millions sont dus à une cardiopathie coronarienne et 6,7 millions à un AVC (chiffres 2015).
  • Plus des trois quarts des décès liés aux maladies cardiovasculaires interviennent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.
  • Sur les 17 millions de décès survenant avant l’âge de 70 ans et liés à des maladies non transmissibles, 82% se produisent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire et 37% sont imputables aux maladies cardiovasculaires.
  • Il est possible de prévenir la plupart des maladies cardiovasculaires en s’attaquant aux facteurs de risque comportementaux – tabagisme, mauvaise alimentation et obésité, sédentarité et utilisation nocive de l’alcool – à l’aide de stratégies à l’échelle de la population.
  • Les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires ou exposées à un risque élevé de maladies cardiovasculaires (du fait de la présence d’un ou plusieurs facteurs de risque comme l’hypertension, le diabète, l’hyperlipidémie ou une maladie déjà installée) nécessitent une détection précoce et une prise en charge comprenant soutien psychologique et médicaments, selon les besoins.

 

Résultat de recherche d'images pour "cardio health, hospitals, advanced health technologies, cardio health,"

 

_ Que sont les maladies cardiovasculaires?

Les maladies cardiovasculaires constituent un ensemble de troubles affectant le cœur et les vaisseaux sanguins, qui comprend:

  • les cardiopathies coronariennes (touchant les vaisseaux sanguins qui alimentent le muscle cardiaque)
  • les maladies cérébro-vasculaires (touchant les vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau)
  • les artériopathies périphériques (touchant les vaisseaux sanguins qui alimentent les bras et les jambes)
  • les cardiopathies rhumatismales, affectant le muscle et les valves cardiaques et résultant d’un rhumatisme articulaire aigu, causé par une bactérie streptocoque
  • les malformations cardiaques congénitales (malformations de la structure du cœur déjà présentes à la naissance)
  • les thromboses veineuses profondes et les embolies pulmonaires (obstruction des veines des jambes par un caillot sanguin, susceptible de se libérer et de migrer vers le cœur ou les poumons).

 

Résultat de recherche d'images pour "Maladies cardiovasculaires"

 

Les infarctus et les accidents vasculaires cérébraux sont généralement des événements aigus et sont principalement dus au blocage d’une artère empêchant le sang de parvenir au cœur ou au cerveau. Leur cause la plus courante est la constitution d’un dépôt gras sur les parois internes des vaisseaux sanguins alimentant ces organes. Les accidents vasculaires cérébraux peuvent aussi résulter du saignement d’un vaisseau sanguin cérébral ou de caillots.

 

Résultat de recherche d'images pour "Maladies cardiovasculaires, AVC, AVC"

 

Les infarctus et les AVC sont généralement dus à la présence de plusieurs facteurs de risque associés comme le tabagisme, une mauvaise alimentation et l’obésité, la sédentarité et l’utilisation nocive de l’alcool, l’hypertension, le diabète et l’hyperlipidémie.

 

Résultat de recherche d'images pour "Maladies cardiovasculaires, alcool, cigarettes, Maladies cardiovasculaires"

 

_ Quels sont les facteurs de risque?

Les principaux facteurs de risques des cardiopathies et des AVC, sont une mauvaise alimentation, un manque d’activité physique, le tabagisme et l’usage nocif de l’alcool. Les effets des facteurs de risque comportementaux peuvent se traduire chez les personnes par une hypertension, une hyperglycémie, une hyperlipidémie, le surpoids et l’obésité. Ces «facteurs de risque intermédiaires» peuvent être évalués dans les établissements de soins de santé primaires et ils sont le signe d’un risque accru d’infarctus, d’accident vasculaire cérébral, de défaillance cardiaque et d’autres complications.

 

On a constaté que cesser de fumer, réduire l’apport en sel dans son alimentation, consommer des fruits et des légumes, pratiquer une activité physique régulière et éviter l’usage nocif de l’alcool permettaient de réduire le risque de maladie cardiovasculaire. En outre, le traitement médicamenteux du diabète, de l’hypertension et de l’hyperlipidémie peut s’avérer nécessaire pour diminuer le risque cardiovasculaire et prévenir les infarctus et les AVC.

 

Résultat de recherche d'images pour "Maladies cardiovasculaires, alcool, cigarettes, Maladies cardiovasculaires"

 

Les politiques de santé, qui créent des conditions propices pour qu’il soit à la fois abordable et possible de faire les bons choix en matière de santé, sont essentielles pour inciter les populations à adopter un comportement sain et à s’y tenir. Il existe aussi un certain nombre de déterminants sous-jacents des maladies cardiovasculaires. Ils proviennent des principales évolutions sociales, économiques et culturelles – la mondialisation, l’urbanisation et le vieillissement de la population. D’autres déterminants des maladies cardiovasculaires sont la pauvreté, le stress et les facteurs héréditaires.

 

Résultat de recherche d'images pour "cardio health, hospitals, advanced health technologies, cardio health,"

 

_ Quels sont les symptomes courants?

_ Symptômes des infarctus et AVC

Il est fréquent qu’une maladie cardiovasculaire touchant les vaisseaux sanguins ne donne aucun symptôme. Un infarctus ou un AVC sont parfois le premier signe de la maladie sous-jacente.

Un infarctus peut provoquer notamment les symptômes suivants:

  • douleur ou gêne dans la partie centrale de la poitrine;
  • douleur ou gêne au niveau des bras, de l’épaule gauche, des coudes, de la mâchoire ou du dos.

 

En outre, la personne peut ressentir des difficultés à respirer ou un essoufflement, éprouver un malaise ou vomir, avoir des sensations vertigineuses ou s’évanouir, être prise de sueurs froides ou pâlir. La probabilité de ressentir des difficultés respiratoires ou des nausées, de vomir ou encore d’éprouver une douleur à la mâchoire ou au dos, est plus forte pour les femmes.

 

Résultat de recherche d'images pour "Maladies cardiovasculaires, avc, avc"

 

Le symptôme le plus courant d’un AVC est une sensation de faiblesse soudaine au niveau de la face, du bras ou de la jambe, le plus souvent sur un seul côté du corps. Un AVC peut aussi provoquer l’apparition brutale des symptômes suivants :

  • engourdissement de la face, du bras ou des jambes, en particulier d’un seul côté du corps;
  • confusion, difficultés à parler ou à comprendre un discours;
  • difficultés visuelles touchant un œil ou les deux;
  • difficultés à marcher, étourdissement, perte d’équilibre ou de coordination;
  • céphalées sévères sans cause connue et syncope ou perte de conscience.

Les personnes présentant ces symptômes doivent consulter immédiatement.

 

Résultat de recherche d'images pour "cardiopathie rhumatismale"

 

_ Qu’est-ce que la cardiopathie rhumatismale?

Une cardiopathie rhumatismale est une atteinte des valves et du muscle cardiaques résultant de l’inflammation et des lésions cicatricielles laissées par un rhumatisme articulaire aigu. Le rhumatisme articulaire aigu est provoqué par une réponse anormale de l’organisme à une infection causée par une bactérie streptocoque et commence habituellement par une angine ou une amygdalite chez l’enfant.

Le rhumatisme articulaire aigu touche surtout les enfants des pays en développement, en particulier dans les situations de pauvreté généralisée. Au niveau mondial, près de 2% des décès par maladies cardiovasculaires sont liés au rhumatisme articulaire aigu.

 

Résultat de recherche d'images pour "Symptômes d'une cardiopathie rhumatismale"

 

_ Symptômes d’une cardiopathie rhumatismale

  • essoufflement, fatigue, arythmie cardiaque, douleur thoracique et syncope pour une cardiopathie rhumatismale;
  • fièvre, douleur et gonflement au niveau des articulations, nausées, crampes stomacales et vomissements pour un rhumatisme articulaire aigu.

 

_ Pourquoi les maladies cardiovasculaires constituent-elles un problème de développement pour les pays à revenu faible ou intermédiaire ?

  • Plus des trois quarts des décès par maladie cardiovasculaire dans le monde surviennent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.
  • Les habitants des pays à revenu faible ou intermédiaire ne peuvent souvent pas bénéficier des programmes intégrés de soins de santé primaires pour la détection précoce et le traitement des personnes à risque par rapport aux habitants des pays à revenu élevé.
  • De ce fait, ils meurent plus jeunes de maladies cardiovasculaires ou d’autres maladies non transmissibles, souvent dans leurs années les plus productives.
  • Les habitants les plus pauvres des pays à revenu faible ou intermédiaire sont les plus touchés. Il est amplement démontré que les maladies cardiovasculaires et d’autres maladies non transmissibles contribuent à la pauvreté des ménages du fait des dépenses de santé catastrophiques et du niveau élevé des paiements directs auxquels ceux-ci doivent faire face.
  • Au niveau macroéconomique, les maladies cardiovasculaires prélèvent un lourd tribut sur les économies des pays à revenu faible ou intermédiaire.

 

Résultat de recherche d'images pour "Maladies cardiovasculaires, hygiène alimentaire"

 

_ Comment réduire la charge des maladies cardiovasculaires ?

L’OMS a recensé des interventions très efficaces et économiques qu’il est possible de mettre en œuvre même là où les ressources sont rares pour lutter contre les maladies cardiovasculaires. Elles comprennent deux volets: à l’échelle de la population et à l’échelle individuelle, et il est recommandé de les combiner afin de réduire la très forte charge que représentent les maladies cardiovasculaires.

 

Parmi les exemples d’interventions à l’échelle de la population pouvant être appliquées pour réduire l’occurrence des maladies cardiovasculaires figurent notamment :

  • des stratégies complètes de lutte antitabac;
  • des politiques de taxation des produits alimentaires riches en graisses, en sucre et en sel;
  • l’aménagement de voies piétonnes et de pistes cyclables pour augmenter l’activité physique de la population;
  • des stratégies tendant à réduire l’usage nocif de l’alcool;
  • la fourniture de repas sains dans les écoles.

 

Au niveau de la prévention des premiers infarctus et AVC, les interventions individuelles doivent cibler les personnes présentant un risque cardiovasculaire total de moyen à élevé ou les personnes dont un facteur de risque dépasse les seuils recommandés pour le traitement comme le diabète, l’hypertension et l’hypercholestérolémie.

 

Résultat de recherche d'images pour "cardio health, hospitals, advanced health technologies, cardio health,"

 

La première intervention (prise en compte intégrée du risque total) a un meilleur rapport coût/efficacité que la deuxième et pourrait réduire de manière substantielle les accidents cardiovasculaires. Cette approche est envisageable pour les soins de santé primaires dans les pays peu nantis, y compris en faisant appel à des professionnels de santé non-médecins.

 

En ce qui concerne la prévention secondaire des maladies cardiovasculaires pour les personnes souffrant d’une maladie avérée, dont le diabète, il convient d’appliquer le traitement thérapeutique suivant :

  • aspirine;
  • bétabloquants;
  • inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine ;
  • inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine;

 

Les retombées de ces interventions sont, pour la plupart, indépendantes mais lorsqu’on y associe le sevrage tabagique on peut prévenir près de 75% des accidents vasculaires récurrents. À l’heure actuelle, il existe de grandes disparités dans la mise en œuvre de ces interventions, en particulier au niveau des soins de santé primaires.

 

Résultat de recherche d'images pour "Maladies cardiovasculaires, pontage coronarien"

 

En outre, il convient parfois de pratiquer des interventions chirurgicales coûteuses pour traiter les maladies cardiovasculaires, à savoir:

  • pontage coronarien ;
  • angioplastie par ballonnet (consistant à faire passer un dispositif ressemblant à un petit ballon à travers une artère pour la déboucher);
  • réparation et remplacement des valves cardiaques;
  • transplantation cardiaque;
  • implantations de cœur artificiel.

 

Des dispositifs médicaux sont nécessaires pour traiter certaines maladies cardiovasculaires, à savoir: stimulateurs cardiaques, valves prothétiques et patches permettant d’obturer les défauts cardiaques.

 

Résultat de recherche d'images pour "OMS, siège"

 

_ Action de l’OMS

Sous la direction de l’OMS, l’ensemble des États Membres (194 pays) ont souscris en 2013, à des mécanismes mondiaux permettant de réduire la charge évitable des maladies non transmissibles, et notamment au Plan d’action mondial de l’OMS pour la lutte contre les maladies non transmissibles 2013-2020. Ce plan vise à réduire de 25% d’ici 2025 le nombre de décès prématurés liés aux maladies non transmissibles moyennant neuf cibles mondiales volontaires. Deux d’entre elles portent directement sur la lutte contre les maladies cardiovasculaires.

 

La sixième cible figurant dans le Plan d’action mondial préconise de réduire d’un quart la prévalence mondiale de l’hypertension. L’hypertension est l’un des principaux facteurs de risque de maladie cardiovasculaire. La prévalence mondiale de l’hypertension (définie comme une tension artérielle systolique et/ou diastolique ≥140/90 mmHg) chez les adultes de 18 ans et plus s’établissait autour de 22% en 2014.

 

Résultat de recherche d'images pour "Maladies cardiovasculaires, hypertension"

 

Réduire l’incidence de l’hypertension grâce à la mise en œuvre de politiques qui, à l’échelle de la population, tendent à amoindrir les facteurs de risque comportementaux – usage nocif de l’alcool, sédentarité, surpoids, obésité et apport élevé en sel – est une intervention essentielle pour atteindre cette cible. Il faut adopter une approche du risque total pour une détection précoce et une prise en charge performante de l’hypertension si l’on veut prévenir les infarctus, AVC et autres complications.

 

La huitième cible du Plan d’action mondial contre les maladies non transmissibles indique qu’au moins 50% des personnes remplissant les conditions devraient bénéficier d’une chimiothérapie et de conseils (y compris le contrôle de la glycémie) en vue de prévenir les infarctus du myocarde et les accidents vasculaires cérébraux.

 

Résultat de recherche d'images pour "Maladies cardiovasculaires, sport"

 

La prévention des infarctus et des AVC tenant compte du risque cardiovasculaire total est d’un meilleur rapport coût/efficacité que les décisions thérapeutiques uniquement fondées sur les seuils individuels de facteurs de risque et devrait faire partie des prestations de base au titre de la couverture sanitaire universelle. Réaliser cette cible nécessitera le renforcement des principales composantes du système de santé, dont le financement des soins de santé pour assurer l’accès à des technologies sanitaires de base et aux médicaments essentiels pour les maladies non transmissibles.

 

En 2015, les pays continueront de fixer des cibles nationales et de mesurer leur état d’avancement par rapport aux chiffres de base de 2010 indiqués dans le Rapport sur la situation mondiale des maladies non transmissibles 2014. L’Assemblée générale des Nations Unies convoquera en 2018 une troisième réunion de haut niveau sur les maladies non transmissibles afin de faire le point des progrès accomplis par les pays pour atteindre les cibles mondiales volontaires d’ici 2025.

 

Source : www.who.int/fr/ 17 mai 2017

 

https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/cardiovascular-diseases-(cvds)/

 

Résultat de recherche d'images pour "Maladies cardiovasculaires, sport"

 

————————–

 

Image associée

 

6 – Paludisme : lutte contre le paludisme

 

La lutte contre le paludisme est l’une des plus grandes réussites du 21e siècle en matière de santé publique. Depuis 2000, les taux de mortalité liés au paludisme ont chuté de 60 pour cent – représentant des millions de vies sauvées. Cependant, après de nombreuses années d’avancées spectaculaires, le nombre de cas de paludisme repart à la hausse. Nous disposons des outils et des traitements pour prévenir et guérir le paludisme. Pourtant, nous pouvons gagner ce combat si nous construisons et entretenons un engagement sans faille.

 

Le paludisme, provoqué par un parasite transmis par certains types de moustiques, est l’une des maladies les plus meurtrières de l’histoire de l’humanité. En 2018, il y a eu 228 millions de cas et 405 000 décès dus au paludisme, dont 94 pour cent de l’ensemble des décès en Afrique.

Ce sont les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans qui courent le plus de risques en raison de l’affaiblissement de leur système immunitaire. En 2018, les enfants de moins de cinq ans représentaient 67 pour cent de tous les décès dus au paludisme dans le monde.

 

Résultat de recherche d'images pour "paludisme, malaria, oms"

 

Le paludisme est présent dans plus de quatre-vingts pays, qui se rangent de plus en plus dans l’une des deux catégories suivantes : soit ils progressent sur la voie de l’élimination, soit ils sont fortement touchés et subissent des revers au moment de riposter. Ces avancées vers l’élimination du paludisme montrent bien que nous disposons d’outils et de stratégies efficaces pour enrayer la maladie.

 

Le problème vient de l’investissement. On estime que 2,7 milliards de dollars US ont été investis dans la lutte contre le paludisme et les efforts d’élimination à l’échelle mondiale en 2018 – une réduction par rapport aux 3,2 milliards de dollars US investis en 2017, et bien en dessous des 5 milliards de dollars US jugés nécessaires pour rester sur la voie des étapes convenues à l’échelle mondiale.

 

Résultat de recherche d'images pour "paludisme, malaria, Fonds mondial, 2019, 2020"

 

Le Fonds mondial assure 65 pour cent du financement international de la lutte contre le paludisme, et en décembre 2019, il avait investi plus de 12,5 milliards de dollars US au profit des programmes de lutte antipaludique, en privilégiant une démarche globale qui associe :

  • Éducation aux symptômes, à la prévention et au traitement ;
  • Prévention par le recours aux moustiquaires, la pulvérisation d’insecticide dans les bâtiments et le traitement préventif pour les enfants et les femmes enceintes ;
  • Diagnostic, notamment par la mise à disposition de tests de diagnostic rapide aux agents de santé communautaires ; et
  • et Traitement.

 

Source : www.theglobalfund.org/ janvier 2020

 

https://www.theglobalfund.org/fr/malaria/

 

Résultat de recherche d'images pour "paludisme, malaria, africa, 2020"

 

————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "coronavirus, china, 2020"

 

 

 

Leave a reply