ROBOTS/ ENTREPRISES/ ROBOTS INDUSTRIELS : les robots dans les entreprises (entrée en force des robots dans l’industrie automobile)
23 août 2019  >  By:   >  A LA UNE, ELECTRONIQUE/ NUMERIQUE/ INFORMATIQUE, SCIENCE/ TECHNOLOGIES D’AVENIR  >  No Comment   //   100 Views

 

Robots industriels/ Les robots industriels ont battu un nouveau record en 2017 et s’ouvrent à l’IA : En terme d’industrie, c’est l’automobile qui continue de dominer largement la demande de robots industriels, avec environ 125.000 unités vendues en 2017. Mais ce n’est plus celle qui affiche la plus forte croissance : 54 % – Industrie métallurgique ; 23 % – Industrie électrique / électronique ; 21 % – Industrie automobile ; 19 % – Industrie alimentaire.

La Chine en tête des installations : Si c’est toute l’industrie dans le monde qui soutient ce mouvement, l’analyse des régions est riche d’enseignements. Le volume des installations de robots industriels par région en 2017 s’est réparti ainsi : 138.000 – Chine ; 40.000 – Corée du Sud ; 38.000 – Japon ; 33.000 – Etats-Unis ; 22.000 – Allemagne. 

Au rythme où l’équipement en robots industriels progresse, la barre des 3 millions de robots en fonctionnement dans les usines et dans le monde sera dépassée en 2020. Soit un doublement entre 2014 et 2020.

 

Résultat de recherche d'images pour "tesla, robots, tesla industries,"

 

————————————

 

Image associée

 

1 – Robots industriels : Les installations de robots industriels en France ont progressé de 4,8 % en 2018

 

Selon une enquête menée par le Symop, 4 658 robots industriels ont été installés en France en 2018, un nombre en progression de 4,8 % par rapport à 2017. Une hausse notoire qui tiendrait pour beaucoup au développement des robots polyarticulés (80% du marché) et aux robots collaboratifs à la demande du secteur automobile, et à l’élargissement des applications utilisant les robots.

 

Résultat de recherche d'images pour "france, robots industriels, france"

 

L’enquête, réalisée auprès des acteurs du secteur, prend en compte uniquement les ventes de robots industriels pour des clients installés sur le territoire national. Par exemple, les ventes hors de France des filiales françaises des constructeurs de robots ne sont pas intégrées dans l’analyse. Il convient aussi de dissocier les entrées de commandes et les ventes/installations en termes de réalité économique. Les commandes expriment la vitalité de la demande alors que les ventes montrent la réalisation effective du projet d’investissement. Et en matière d’installation, les délais de fabrication et de livraison jouent un rôle majeur allant jusqu’au décalage des projets d’une année sur l’autre.

 

Ainsi, l’indicateur Symop, qui suit la demande française en robots industriels neufs, avait enregistré une baisse des entrées de commandes en volume de 3% sur 2018, reflet selon l’organisme de la difficulté pour les intégrateurs de robots à faire face à une demande d’installation soutenue, alors que la ressource en compétences reste malaisée. Le Symop souligne dans le même temps que ces résultats doivent être complétés par des importations non prises en compte ici et estimées à plus de 1 000 robots à usage industriel sur 2018.

 

Résultat de recherche d'images pour "france, robots industriels, france"

 

Ce sont toujours les applications de soudage/brasage et de manutention qui sont les plus importantes avec respectivement 25% et 52% des ventes sur 2018. Le soudage par points a fortement progressé (+30% pour les ventes entre 2017 et 2018). L’utilisation des robots en salle blanche et dans les opérations d’assemblage/montage se développe également même si ces applications ne représentent encore que 4% des ventes. Côté secteurs industriels, l’industrie automobile, le premier utilisateur avec 39% des ventes, a maintenu ses installations de robots que ce soit chez les constructeurs (+9%) ou chez les équipementiers de rang 1 (+13%). Cette tendance à la hausse est constatée depuis 3 ans, malgré la propension au rétrofit constatée sur les anciennes lignes robotisées.

 

La fabrication d’équipements électriques et de composants ou la transformation du plastique, mais également l’industrie du papier, enregistrent aussi une forte hausse des installations de robots cette année avec des croissances supérieures à 30%, bien que selon le Symop, ces pics de croissance sont plutôt le signe d’affaires transitoires. A l’inverse, on observe une baisse des ventes dans l’industrie alimentaire (-11%), dans la construction de machines et équipements (-10%) et la fabrication de produits en métal. Les premiers éléments de 2019 laissent à penser que l’année restera bien orientée pour le secteur.

 

Résultat de recherche d'images pour "france, robots industriels, Symop, Symop, france"

 

Rappelons que le Symop est une organisation professionnelle qui regroupe des créateurs de solutions industrielles, i.e. des entreprises qui fabriquent ou commercialisent des technologies et équipements pour la production industrielle (outils numériques, machines et technologies de production, robotique, outillages et instruments de contrôle/qualité…). Ce secteur compte environ 37 000 salariés en France pour un chiffre d’affaires de 14 milliards d’euros.

 

Publié le 15 mai 2019/ Par François Gauthier/ Symop 2019

 

https://www.lembarque.com/les-installations-de-robots-industriels-en-france-ont-progresse-de-4-8-p-en-2018_008733/

 

Résultat de recherche d'images pour "france, robots industriels, france"

 

————————————

 

Résultat de recherche d'images pour "top robots makers, 2018, 2019"

 

2 – Top 10 des plus grandes entreprises de robots industriels du monde

 

Les robots industriels sont une partie importante de l’industrie de la robotique et sont souvent utilisés dans divers procédés industriels. Equipés de technologies robotiques de pointe, les robots industriels sont utilisés dans une grande variété d’industries, comme l’automobile, l’électronique, la mécanique et la chimie, entre autres.

Quelque 225 000 robots industriels ont été vendus dans le monde en 2014. Selon la Fédération internationale de robotique, ce chiffre a augmenté de 27% par rapport à l’année précédente. L’industrie de la robotique, déjà en plein essor, pourrait de plus se diriger vers une croissance encore plus robuste, car, dans le monde, de nombreux pays font face à des pénuries de main-d’œuvre et à une augmentation constante des coûts de main-d’œuvre. Voici la liste des 10 premiers fabricants de robots industriels du monde compilée par China.org.cn, qui s’est appuyée sur leur technologie, leur réputation de marque, leurs installations et leurs performances financières.

 

Image associée

 

_ Top 10 des plus grandes entreprises de robots industriels du monde

 

Résultat de recherche d'images pour "Robotic, robots, Adept Technology Inc, Adept, 2018, 2019"

N° 10 – Adept

Adept Technology Inc, une société américaine dont le siège est en Californie, est un fournisseur leader de systèmes et de services de vision intelligente guidée par la robotique. Fondée en 1983, Adept est l’un des plus grands fabricants de robots industriels dont le siège est aux États-Unis. Les robots Adept sont utilisés dans la fabrication de précision et à haute vitesse, l’emballage et l’automatisation industrielle.

 

Résultat de recherche d'images pour "Robotic, robots, Comau Robotics, Comau Robotics, 2018, 2019"

 

N° 9 – Comau

Comau est une société multinationale italienne dont le siège est à Turin, en Italie. Avec plus de 30 ans d’expérience, Comau Robotics produit des robots et propose également des solutions liées aux robots. Les robots Comau sont utilisés dans le soudage par points.

 

Résultat de recherche d'images pour "Robotic, robots, Nachi Fujikoshi Corporation, Nachi Fujikoshi, 2018, 2019"

 

N° 8 – Nachi Fujikoshi

Nachi Fujikoshi Corporation est une société japonaise connue pour ses robots industriels, ses outils d’usinage, ses systèmes et composants de machines. Elle a commencé à fabriquer des robots dès 1969 et en a installé plus de 100 000 dans le monde entier.

 

Résultat de recherche d'images pour "Robotic, robots, Stäubli, Stäubli, 2018, 2019"

 

N° 7 – Stäubli

Stäubli est une société de mécatronique suisse, dont la spécialité est les machines textiles, les connecteurs et les produits de robotique. Sa division robotique a été fondée en 1982. La société produit des robots Scara, des robots à 4 axes et 6 axes et d’autres types de robots destinés à l’automatisation industrielle. Les robots Stäubli sont utilisés dans les matières plastiques, l’électronique, l’énergie photovoltaïque, les sciences de la vie et de nombreux autres secteurs.

 

Résultat de recherche d'images pour "Robotic, robots, Epson Robots, Epson Robots, 2018, 2019"

 

N° 6 – Epson

Epson Robots est la division de conception et de fabrication robotique de la société japonaise Seiko Epson, un des plus grands fabricants mondiaux d’imprimantes pour ordinateurs et d’appareils liés à l’image. Elle compte plus de 45 000 robots installés dans le monde. Ayant créé à l’origine des robots destinés à une utilisation dans ses usines d’horlogerie, la société japonaise a poursuivi par la création d’une gamme de robots compacts de haute précision et à grande vitesse.

 

Résultat de recherche d'images pour "Robotic, robots, Kawasaki Heavy Industries, Kawasaki"

 

N° 5 – Kawasaki

Kawasaki Heavy Industries est une société internationale dont le siège est au Japon, et qui produit des motos, des bateaux, des tracteurs, des moteurs, des équipements aéronautiques, ainsi que des robots industriels, parmi beaucoup d’autres. Avec plus de 45 ans d’expérience dans le développement des robots, la société a déjà, selon son site Internet, installé plus de 120 000 robots dans le monde. Ses produits sont utilisés dans l’assemblage, la manipulation, la soudure, la peinture, l’étanchéité et de nombreux autres processus industriels.

 

Résultat de recherche d'images pour "Robotic, robots, Fanuc Corporation, Fanuc Corporation"

 

N° 4 – Fanuc

La société Fanuc Corporation, dont le siège se trouve dans la préfecture de Yamanashi au Japon, fournit des produits et services d’automatisation comme la robotique et des systèmes de commande numérique d’ordinateurs. C’est l’un des plus grands fabricants de robots industriels du monde. Les robots Fanuc sont utilisés dans l’aérospatiale, l’automobile, les biens de consommation et de nombreuses autres industries. Selon le site de l’entreprise, plus de 250 000 robots Fanuc ont été installés dans le monde.

 

Résultat de recherche d'images pour "Robotic, robots, Kuka, Kuka, exhibition"

 

N° 3 – Kuka

Kuka, société dont le siège est à Augsbourg, en Allemagne, est un important fabricant de robots industriels et de solutions pour l’automatisation industrielle. Elle a développé son premier robot industriel en 1973, et aujourd’hui, ses robots sont entre autres utilisés dans l’industrie automobile, les plastiques, la métallurgie, et l’industrie de l’électronique.

 

Résultat de recherche d'images pour "Robotic, robots, Yaskawa Electric Corporations, 2018, 2019"

 

N° 2 – Yaskawa

La société Yaskawa Electric Corporation, fondée en 1915 et dont le siège est à Kitakyushu, dans la préfecture de Fukuoka, au Japon, est un fabricant japonais de servocommandes, de contrôleurs de mouvement, de commandes de moteur à courant alternatif, de commutateurs et de robots industriels. Depuis la première version d’un robot industriel tout-électrique appelé « Motoman » sorti au Japon en 1988, les robots Motoman fabriqués par l’entreprise sont largement utilisés dans le monde entier. Les robots sont utilisés dans le soudage à l’arc, le soudage par points, la manipulation, l’assemblage, la peinture et autres procédés industriels.

 

Image associée

 

N° 1 – ABB

ABB est une société multinationale dont le siège est à Zürich, en Suisse, et spécialisée dans les industries de l’énergie et de l’automatisation ainsi que la robotique. Avec plus de quatre décennies d’expérience, ABB Robotics est un leader mondial dans la fabrication de robots industriels. Selon le site Internet de l’entreprise, ABB Robotics compte environ 4600 employés dans 53 pays, et a déjà installé plus de 250 000 robots dans le monde entier.

 

French.china.org.cn/ Mis à jour le 30. 05. 2016/

 

http://french.china.org.cn/business/txt/2016-05/30/content_38564484.htm/

 

Résultat de recherche d'images pour "advanced robot, robots makers, exhibition"

 

————————————

 

Résultat de recherche d'images pour "robots makers, 2018, 2019"

 

3 – Les robots industriels ont battu un nouveau record en 2017 et s’ouvrent à l’IA

 

380.550 robots industriels ont été vendus en 2017, soit une progression de 29% par rapport à 2016.

Les records s’enchainent d’année en année, nos industries s’équipent de toujours plus de robots. Mais l’année 2017 est celle de tous les records (avant 2018 ?), les ventes mondiales de robots industriels ont atteint un nouveau record, avec 380.550 unités vendues ; le rythme des acquisitions s’est fortement accéléré, donnant une tendance probablement forte pour l’avenir. Avec 294.000 robots industriels commercialisés en 2016, le marché avait enregistré un nouveau record, dans la ligne de sa progression depuis plusieurs années. Mais en 2017 le mouvement s’est accéléré, pour enregistrer une progression de 29 %.

 

 Résultat de recherche d'images pour "robots makers, hypermarket"

 

Des industries et des marchés

En terme d’industrie, c’est l’automobile qui continue de dominer largement la demande de robots industriels, avec environ 125.000 unités vendues en 2017. Mais ce n’est plus celle qui affiche la plus forte croissance :

  • 54 % – Industrie métallurgique ;
  • 23 % – Industrie électrique / électronique ;
  • 21 % – Industrie automobile ;
  • 19 % – Industrie alimentaire.

 

Image associée

 

La Chine en tête des installations

Si c’est toute l’industrie dans le monde qui soutient ce mouvement, l’analyse des régions est riche d’enseignements. Le volume des installations de robots industriels par région en 2017 s’est réparti ainsi :

  • 000 – Chine
  • 000 – Corée du Sud
  • 000 – Japon
  • 000 – Etats-Unis
  • 000 – Allemagne

Au rythme où l’équipement en robots industriels progresse, la barre des 3 millions de robots en fonctionnement dans les usines et dans le monde sera dépassée en 2020. Soit un doublement entre 2014 et 2020.

  

Résultat de recherche d'images pour "robots makers, IoT, IA, 2018, 2019"

 

L’IoT et l’IA vont accélérer la tendance

La croissance du marché profite des tendances clés, telles que la numérisation. Ou encore de la production qui devient de plus en plus connectée au monde des données virtuelles, et s’ouvre à de nouvelles possibilités d’analyses. L’IA (Intelligence Artificielle) pourrait devenir un autre axe de développement des robots industriels. En particulier le Machine Learning qui devrait offrir aux robots des capacités d’acquisition de nouvelles compétences. La capacité d’introduire l’automatisation sans avoir besoin de personnel hautement expérimenté ou expert est également une porte ouverte vers les PME.

Enfin, la simplification dans la manipulation des robots, et la collaboration entre l’homme et le robot pour des productions plus flexibles de petites unités plus complexes – c’est la troisième grande tendance de la robotique – façonneront certainement l’avenir et favoriseront un développement plus rapide encore.

 

Source : « World Robotics Report 2018 », publié par l’IFR, International Federation of Robotics

 

Par Yves Grandmontagne/ 22/06/2018

 

https://itsocial.fr/innovation/robotisation/robots-industriels-ont-battu-nouveau-record-2017-souvrent-a-lia/

 

Résultat de recherche d'images pour "robots makers, 2018, 2019"

 

————————————

 

Résultat de recherche d'images pour "japan, advanced robotic, japan, advanced robot, japan, artificial intelligence"

 

4 – La robotique au cœur de la stratégie de croissance du Japon

 

Premier pays à se lancer dans la recherche en robotique dans les années 70, le Japon est devenu une référence mondiale dans ce secteur et le premier pays producteur et exportateur de robots. Son avancée tant dans la production que dans la recherche et l’innovation, est liée, en partie, à l’acceptation socio-culturelle des robots dans la société nippone.

 

Résultat de recherche d'images pour "obama, japan, robot"

 

Déjà leader en robotique industrielle, le Japon met à présent l’accent sur les robots de services afin de répondre aux défis auxquels il fait face. La robotique constitue ainsi l’un des piliers de la stratégie de croissance du Japon et est, avec l’essor de l’IoT et de l’IA, une composante essentielle de la 4ème Révolution Industrielle et du développement de la Société 5.0

 

Image associée

 

_ Développement des technologies robotiques au Japon

2.3. Tous les acteurs sont impliqués dans le développement des technologies robotiques au Japon, que ce soit les entreprises spécialisées en robotique (Fanuc, Yaskawa,…), les grands groupes industriels de l’automobile et de l’électronique (Toshiba, Hitachi, NEC, Honda…), les universités, les laboratoires, mais également des associations comme la JARA[7] et des agences publiques (AIST et RIKEN[8]) (Annexe 4).

 

 Résultat de recherche d'images pour "medical robots, japan"

 

Ainsi, la Robot Revolution Initiative (RRI) réunit 500 entreprises, organisations et instituts de recherche pour promouvoir la nouvelle stratégie robotique du Japon[9]. Les start-up, également, sont relativement plus nombreuses dans ce secteur que dans d’autres[10] et bénéficient du soutien financier de fonds d’investissements et de VC créés par les grands groupes japonais[11].

Elles sont le plus souvent issues de travaux de recherche menés au sein de laboratoires universitaires, comme Skeletonics de l’Université de Todai ou Doog de Tsukuba University (Annexe 5).

 

Rédigé par Pôle Industrie et Services – SER de Tokyo • Publié le 30 mai 2018

 

https://www.tresor.economie.gouv.fr/Articles/2018/05/30/la-robotique-au-coeur-de-la-strategie-de-croissance-du-japon/

 

Résultat de recherche d'images pour "japan, research, technologies, database center, artificial intelligence, japan,  database center"

 

————————————

 

Image associée

 

5 – INNOVATION & SOCIÉTÉ : La robotisation s’accélère très fortement dans le monde

 

Les études les plus récentes montrent une explosion en 2017 et 2018 de la robotisation dans les industries chinoises, coréennes ou japonaises. L’Allemagne suit, la France moins bien. Cette robotisation ne semble pas toutefois avoir des conséquences sur l’emploi, mais aurait tendance à quand même augmenter les inégalités. La robotisation s’accélère. Vraiment. Le dernier rapport de la fédération internationale de robotique, publié à Tokyo mi-octobre, le montre (1) : 2017 a battu un record en matière d’implantations de robots industriels avec 381 000 nouvelles unités installées, soit une progression de 30% par rapport à l’année précédente.

 

L’industrie mondiale a dépensé 16,2 milliards de dollars en achats de robots en 2017, soit une augmentation de 21% par rapport à 2016. Et selon la fédération internationale de robotique, au cours de l’année 2018, ce seront au moins 421 000 nouveaux robots qui vont être installés. Et au cours de l’année 2021, ce seront 630 000 robots, près du double du record de l’année 2017.

En Europe, si l’on compare la densité de robots par nombre de travailleurs, l’Allemagne est de loin le premier pays européen, avec 322 robots pour 10 000 travailleurs.

 

  Résultat de recherche d'images pour "china, robots, china, robots makers,"

 

_ L’Asie toujours leader incontesté

Si le rapport a été publié à Tokyo, c’est pour une raison simple : la Chine, le Japon et la Corée du Sud sont les principaux acheteurs de robots, devant les États-Unis et l’Allemagne, et très loin devant la France. Mais si la Chine a installé à elle seule plus de robots que l’Europe et les États-Unis réunis (essentiellement d’ailleurs des robots fabriqués en Europe, aux États-Unis ou au Japon), le Japon confirme, année après année, sa place de leader mondial de la robotique.

En Europe, si l’on compare la densité de robots par nombre de travailleurs, l’Allemagne est de loin le premier pays européen, avec 322 robots pour 10 000 travailleurs, tandis que la moyenne européenne est à 106 robots pour 10 000. La France est, quant à elle, à 137 robots pour 10 000, à peu près le niveau de la Finlande et loin de la Belgique ou même de l’Espagne.

Les géants du commerce en ligne ont acheté pour 6,6 milliards de dollars de robots dans le monde et les deux tiers de ces machines étaient pour la seule logistique.

 

  Image associée

 

_ Les secteurs les plus consommateurs ?

Mais, au-delà des pays, quels secteurs économiques sont les plus équipés ? L’automobile en premier, qui engouffre 33% des robots mondiaux. L’électronique la talonne avec 32%. Elle a longtemps été en retard mais elle devrait passer devant l’automobile rapidement. Les Echos prennent l’exemple de Samsung : « Le plus grand groupe d’électronique de la planète, Samsung Electronics, a ainsi augmenté ses commandes de robots pour ses usines de smartphones au Vietnam, au point que le pays en développement est désormais le septième plus grand marché mondial de la robotique ». En Chine, Foxconn, le géant de l’assemblage (de produits Apple surtout) va robotiser au moins 30% de sa production d’ici 2020. Le potentiel de développement robotique de la Chine (« seulement » 97 robots pour 10 000 travailleurs) est, selon la fédération internationale, considérable.

 

Image associée

 

Un secteur industriel risque toutefois de supplanter tous les autres assez rapidement, celui de la logistique du e-commerce. Les géants du commerce en ligne ont acheté pour 6,6 milliards de dollars de robots dans le monde et les deux tiers de ces machines étaient pour la seule logistique. Les Echos sont ainsi plongés dans ce qui va être le plus grand entrepôt de France, celui de Conforama au sud-est de Paris (3), « un bâtiment de tôle et béton de 177 500 mètres carrés de plain-pied… soit la surface de 26 terrains du football », où le transport des colis lourds de meuble va être automatisé et dans celui d’Amazon dans l’Essonne où, « pour la première fois en France, les deux étages supérieurs seront garnis d’au moins 2 000 robots fabriqués en interne ».

Résultat de recherche d'images pour "japan, robots, japan, robots makers,"

 

_ Les effets sur l’emploi ?

Discutables et discutés selon l’économiste François Bourguignon, professeur à Paris School of Economics (4). Trois études, menées avec les données de la fédération internationale de robotique, montrent que les prévisions alarmistes sur les destructions d’emplois ne sont pas vraiment confirmées. En revanche, explique-t-il, « si ces chiffres paraissent éloignés des anticipations alarmistes qui circulent, plusieurs raisons invitent à la prudence », la première étant bien évidemment que « le mouvement de robotisation est susceptible de s’accélérer dans le futur, amplifiant les effets précédents ».

Mais surtout, selon lui : « en estimant un effet nul ou négatif sur les salaires et l’emploi, les études disponibles confirment, comme on pouvait s’y attendre, un gain net de la robotisation essentiellement en faveur du capital et donc une hausse certaine des inégalités ».

 

Publié le 08/11/2018/ Mise à jour le 12/11/2018/

 

http://www.emploiparlonsnet.pole-emploi.org/articles/la-robotisation-saccelere-tres-fortement-dans-le-monde/

 

Résultat de recherche d'images pour "japan, robots, japan, robots makers,"

 

————————————

 

Résultat de recherche d'images pour "Robotis industriels, France, France"

 

6 – Robotique industrielle : la France n’est pas à la hauteur des enjeux

 

La France se positionne au 18e rang mondial avec une densité de 132 robots pour 10 000 employés. Très loin derrière l’Allemagne, selon l’IFR. On parle beaucoup des progrès de l’intelligence artificielle mais le prisme de la robotique est aussi intéressante à scruter au regard des synergies potentielles dans l’industrie. L’automatisation de la production s’accélère partout dans le monde, rapporte la Fédération internationale de la robotique (en anglais International Federation of Robotics, IFR).

Après la publication l’an dernier de son World Robotics Report 2017 (payant), l’organisation vient de publier d’autres données sur la densité robotique dans le monde. Globalement, la densité robotique moyenne est de 74 robots pour 10 000 employés dans les industries manufacturières en 2016 (contre 69 robots en 2015). 

 

Résultat de recherche d'images pour "Robotis industriels, France, France"

 

Les dix pays les plus automatisés au monde sont : la Corée du Sud (avec une densité robotique dépassant de huit fois la moyenne mondiale à 631 unités), Singapour, l’Allemagne, le Japon, la Suède, le Danemark, les États-Unis, l’Italie, la Belgique et Taïwan. La Chine, 23e mondiale en 2016, affiche la plus forte dynamique du classement (passant de 25 à 68 robots pour 10 000 travailleurs entre 2013 et 2016).  Le pays ambitionne d’intégrer le top 10 des nations les plus automatisées au monde à horizon 2020.

 

Quid de la France ? Elle se retrouve à la 18ème place avec une densité de 132 robots (contre 126 en 2015). Ce niveau est bien supérieur aux moyennes mondiales (74 donc) et européenne (99 robots). Malgré tout, la France perd des places au classement mondial (passant du 14e rang en 2015 au 18e rang en 2016). Par ailleurs, cette densité de 132 robots pour 10 000 employés est relativement faible par rapport à celui d’autres pays de l’Union européenne.

 

Résultat de recherche d'images pour "France, robots industriels, fabricants français de robots, France,"

 

À titre de comparaison, l’Allemagne« pays le plus automatisé d’Europe », se hisse au 3e rang mondial avec une densité de 309 robots industriels pour 10 000 employés, souligne l’IFR. D’autres pays européens sont plus « automatisés » que la France. C’est le cas de la Suède (223 robots pour 10 000 employés), du Danemark, de l’Italie et de l’Espagne. Mais aussi des Pays-Bas, de l’Autriche, de la Finlande, de la Slovénie et, enfin, de la Slovaquie.

 

En revanche, la France devance la Suisse, la République tchèque et le Royaume-Uni (22e au classement avec 71 robots pour 10 000 employés). De plus, en 2017 les déploiements de robots industriels en France auraient augmenté de 10%, souligne l’IFR. L’organisation veut croire que les politiques gouvernementales actuelles permettront à la France de « favoriser les installations de nouveaux robots dans les années à venir »Ainsi, entre 2018 et 2020, une croissance moyenne comprise entre 5 et 10% par an est attendue dans ce domaine à l’échelle de l’Hexagone.

 

Résultat de recherche d'images pour "robots industriels français, robots, France,"

 

Industrie 4.0

Dans le monde, plus de 1,7 million de nouveaux robots industriels devraient équiper les sites de production à horizon 2020. Soit au total 3 millions de robots industriels opérationnels au niveau mondial, selon la Fédération internationale de la robotique. Globalement, « l’industrie 4.0 – qui vise à relier usine réelle et réalité virtuelle – jouera un rôle de plus en plus important dans la fabrication mondiale », ajoute l’IFR dans son rapport 2017.

« Les robots industriels seront intégrés dans des réseaux de machines et systèmes. Les fabricants de robots développent et commercialisent déjà de nouveaux modèles de services. Ils sont basés sur la collecte de données en temps réel via des capteurs équipant leurs robots ».

 

Ariane Beky, 9 février 2018/

 

https://www.silicon.fr/robotique-industrielle-france-enjeux-199271.html/

 

Résultat de recherche d'images pour "France, robots industriels"

 

————————————

 

Résultat de recherche d'images pour "Toyota factories, robots, 2018, 2019"

 

7 – Toyota ne se contente plus des voitures et veut mettre un robot dans chaque foyer

 

Face au vieillissement de la population, Toyota se fixe comme objectif futur d’intégrer un robot dans chaque foyer, pour aider les personnes âgées. La société japonaise envisage déjà depuis un moment de s’imposer sur d’autres terrains que celui de l’automobile. La robotique en fait partie. Depuis plusieurs mois, Toyota multiplie les opérations de communication en mettant en scène ses différents robots, dont le fameux T-HR3, un robot humanoïde de troisième génération pouvant être manipulé à distance grâce à des commandes portables, qui pourrait donner vie à l’un des objectifs futurs de Toyota : équiper les foyers du monde de ses nouveaux compagnons.

 

Image associée

 

_ Toyota multiplie les investissements en robotique

Aujourd’hui, un quart de la population japonaise a plus de 65 ans, et des millions de personnes âgées vivent seules dans le monde. Avec les progrès technologiques et l’intelligence grandissante des machines ces 10 dernières années, la possibilité d’implanter des robots dans les foyers devient plus raisonnable. Toyota mène des recherches poussées en robotique depuis 2004.

 

Résultat de recherche d'images pour "Toyota, robots, Toyota artificial intelligence"

(Toyota Announces Team for Artificial Intelligence and Robotics Research)

 

En 2015, l’entreprise japonaise a dépensé pas moins d’un milliard de dollars pour ouvrir un institut de recherche basé sur l’intelligence artificielle aux États-Unis, dans la Silicon Valley. En 2017, c’est un fonds de 100 millions de dollars qui a été mis en place par le constructeur, destiné à investir dans de jeunes entreprises spécialisées dans la robotique. Cette année, Toyota a restructuré sa propre division Partner Robot, de façon à accélérer le développement de la technologie.

 

Résultat de recherche d'images pour "Toyota social robot, Toyota robots, 2018, 2019"

 

Des robots de soutien humain disponible dans 2 ou 3 ans ?

La firme japonaise travaille aussi sur d’autres prototypes, comme le robot de soutien humain HSR, qui peut soulever une charge pesant jusqu’à 1,2 kg et qui peut apporter une assistance en matière de soins infirmiers, d’indépendance et de vie quotidienne. Si Toyota n’a pas dévoilé d’élément daté précis, le conseiller Masanori Sugiyama, un ancien cadre du programme robotique, estime que ce robot pourrait être proposé aux hôpitaux et aux maisons de repos d’ici deux à trois ans, pour d’abord débuter par de simples tâches comme du rangement ou la livraison de repas.

Pour des robots plus développés, comme le T-HR3, il faudra attendre bien plus longtemps. Mais le sujet est plus que jamais sur la table, alors que l’Organisation mondiale de la Santé indique que 22% de la population mondiale aura plus de 60 ans en 2050.

 

Alexandre Boero/ Contributeur/ 29 décembre 2018/

 

https://www.clubic.com/robotique/actualite-849012-toyota-contente-voitures-robot-foyer.html/

 

Résultat de recherche d'images pour "Toyota social robot, Toyota robots, 2018, 2019"

 

****

 

Image associée

 

Elon Musk estime avoir mis trop de robots dans les usines Tesla

_ Les humains sont sous-estimés !

 

La confession faite par Elon Musk récemment au sujet des usines de production Tesla détonne de la politique actuelle des constructeurs. En effet, l’automatisation des chaînes de production n’est pas une nouveauté dans le monde de l’automobile et celle-ci est de plus en plus pronée par les constructeurs. Les raisons de ce choix sont avant tout économiques, puisque les robots coûtent moins cher aux marques que les humains, ce qui réduit drastiquement le coût de fonctionnement des usines et permet des bénéfices supplémentaires.

 

Résultat de recherche d'images pour "Robotic, Elon Musk, tesla, tesla vehicles, robots"

 

Mais les robots sont également censés accélérer la production des usines, en éliminant le facteur humain et donc une sorte d’inconnue quant à la vitesse de fabrication des pièces ainsi qu’à l’assemblage de celles-ci. Mais c’est précisément sur ce point que les doutes d’Elon Musk se sont transformés en certitudes. En effet, Musk assure que les robots n’ont pas servi la cause de Tesla pour fabriquer le Model 3, qui a mis plusieurs mois à atteindre un rythme décent de production. Ce que Musk avait appelé « un enfer de fabrication » est dû, selon lui, à une automatisation trop importante de ses chaînes de production, et il assure que les robots ont ralenti le processus.

 

Résultat de recherche d'images pour "Robotic, Tesla, Tesla factories, robots, 2018, 2019"

 

« Oui, ils l’ont ralenti », confirme-t-il. « Nous avions cet énorme réseau de circuits automatisés, c’était complètement fou, et ça ne fonctionnait pas, donc nous nous en sommes débarrassés. Oui, l’automatisation excessive dans les usines Tesla était une erreur. C’était mon erreur, pour être précis. Les humains sont sous-estimés. »

 

18 AVRIL 2018/ Par Emmanuel Touzot

 

https://fr.motor1.com/news/239507/musk-trop-robots-usine-tesla/

 

Résultat de recherche d'images pour "Robotic, Elon Musk, tesla, tesla vehicles, robots"

 

————————————

 

Résultat de recherche d'images pour "Hôpitaux de Paris, robots chirurgicaux"

 

8 – Pourquoi les Hôpitaux de Paris investissent massivement dans les robots chirurgicaux

 

Avec neuf nouveaux robots, pour 52 millions d’euros, l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) devient l’hôpital d’Europe le plus robotisé. Une avancée pour les médecins et les patients. Un vrai virage technologique et culturel. Si jusque-là l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) regardait avec circonspection l’immixtion des robots dans les salles d’opération, n’en ayant acquis que quatre jusque-là, les derniers progrès réalisés par les fabricants l’ont incité à faire un pas de géant avec l’achat de neuf « systèmes chirurgicaux assistés par robot ». Entre les appareils, la formation initiale, le contrat de maintenance et les coûteux « consommables » (pièces à changer, etc.), c’est un investissement de 52 M€ que va réaliser l’AP-HP.

 

Produits en Californie par le pionnier et leader du secteur, la société Intuitive, ces robots, modèles Da Vinci Xi, ressemblent à un gros boîtier mobile d’où sortent quatre longs bras articulés capables de se positionner automatiquement sur le patient en fonction de l’intervention. Tous sont associés à un double poste de travail dédié aux chirurgiens. Dotés de mini-joysticks, de pédales (comme sur les jeux vidéo), et d’écran-lunettes permettant de s’immerger en haute résolution et en 3D dans le corps du patient grâce à des caméras. Bluffant !

 

Résultat de recherche d'images pour "Hôpitaux de Paris, robots chirurgicaux"

 

Une dépense étalée sur sept ans

Cet investissement sans précédent, les Hôpitaux de Paris l’ont réalisé sur leurs seuls fonds propres et dans un contexte financier très tendu. « La dépense sera étalée sur sept ans », nuance François Crémieux, directeur général adjoint de l’AP-HP qui se félicite que le plus grand CHU d’Europe « se positionne au niveau mondial comme un acteur majeur de la chirurgie robotique ».

 

Un des appareils vient d’être installé dans le nouveau service de chirurgie ambulatoire construit à la Pitié-Salpêtrière pour des interventions sans hospitalisation. Une première en Europe. Cinq autres robots seront installés d’ici à la fin 2018 dans les hôpitaux Cochin, Georges Pompidou (HEGP), Henri-Mondor, Robert-Debré et Tenon. Trois autres seront livrés début 2019 à Bicêtre, Bichat et Saint-Louis. A terme, treize disciplines en bénéficieront : chirurgie cardiaque, colorectale, digestive, hépatobiliaire, infantile, plastique, thoracique, viscérale, gynécologique, ORL, stomato, urologie et surrénalienne. Les neuf nouveaux venus réaliseront 1 600 opérations la première année, puis 3500 par an en vitesse de croisière.

 

Résultat de recherche d'images pour "Hôpitaux de Paris, robots chirurgicaux"

 

Pour les patients, les avantages sont multiples

Non seulement l’AP-HP va devenir le groupe hospitalier qui comptera le plus de robots en Europe (13), mais « elle disposera également du plus grand nombre d’équipes médicales capables de les utiliser », insiste François Crémieux. Pour les patients, les avantages sont multiples. Le robot permet par exemple d’intervenir sur des organes inaccessibles en coloscopie, comme pour les tumeurs du rein, qui nécessitait jusque-là d’ouvrir le patient. Comme avec la coloscopie, quatre ou cinq petits trous suffisent pour introduire les instruments et caméra.

 

« C’est donc moins de douleurs pour le patient, un rétablissement plus rapide et des cicatrices beaucoup plus discrètes », rapporte le Dr Christophe Vaessen, urologue et précurseur de la chirurgie robotisée à l’AP-HP, qui exerce à la Pitié-Salpêtrière. Pour les médecins, « c’est plus de confort et de précision : on peut enchaîner les opérations sans fatigue, contrairement aux autres techniques, précise de son côté le Pr Morgan Rouprêt, spécialisé en urologie et cancérologie. Enfin, dit-il, avec les robots on va standardiser les pratiques ce qui va encore améliorer la sécurité des patients ».

 

Par Daniel Rosenweg/ Le 22 novembre 2018/ Modifié le 23 novembre 2018/

 

http://www.leparisien.fr/societe/sante/pourquoi-les-hopitaux-de-paris-investissent-dans-les-robots-chirurgicaux-22-11-2018-7949403.php/

 

Résultat de recherche d'images pour "Hôpitaux de Paris, robots chirurgicaux"

 

————————————

 

Résultat de recherche d'images pour "france, psa, robots, industrial robots, renault, france, 2018, 2019"

 

Leave a reply