INFORMATIQUE/ ELECTRONIQUE AVANCEE : Intelligence artificielle, avancées saisissantes et inquiétudes…
29 août 2019  >  By:   >  A LA UNE, INFORMATIONS GENERALES, INSOLITE, STRATEGIES  >  No Comment   //   84 Views

 

0.1 – « Entreprise OpenAI/ Intelligence artificielle : Des scientifiques ont mis au point une intelligence artificielle si avancée qu’elle serait trop dangereuse pour être rendue publique. Un groupe d’informaticiens précédemment soutenus par Elon Musk a semé l’inquiétude en développant une intelligence artificielle (IA) très avancée, jugée “trop dangereuse” pour être rendue publique. OpenAI, une entreprise de recherche à but non lucratif basée à San Francisco (USA), affirme que son système de prédiction du langage « à la caméléon », appelé GPT-2, ne sortira qu’en version limitée et à très petite échelle, en raison de « préoccupations concernant les applications malveillantes de cette technologie ».

 

Résultat de recherche d'images pour "Entreprise OpenAI/ Intelligence artificielle "

 

02 – Prospective : En l’an 10 732 après Jésus Christ, le Forum d’Etat « Intelligence globale très avancée non biologique », unique responsable de la gestion de la planète Terre, déclare « évaluer sérieusement le clonage possible de l’espèce humaine, pour enrayer son déclin progressif et relever sensiblement son niveau d’intelligence globale ». L’objectif visé est double : renforcer l’utilité de l’Homme en tant qu’«être biologique relativement intelligent (doué pour le jardinage) » et lui permettre de faire face à « certains défis d’intérêt secondaire d’ordre biologique…».

On croit vraiment rêver : qui a donc fabriqué des machines hyper intelligentes, plus fonctionnelles et durables et beaucoup plus sages que l’être humain ?    

Source : www.paixetdeveloppement.org/

 

Image associée

 

—————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "artificial intelligence, cybersecurity, data center"

 

1 – Des scientifiques ont mis au point une intelligence artificielle si avancée qu’elle serait trop dangereuse pour être rendue publique

 

Un groupe d’informaticiens précédemment soutenus par Elon Musk a semé l’inquiétude en développant une intelligence artificielle (IA) très avancée, jugée “trop dangereuse” pour être rendue publique. OpenAI, une entreprise de recherche à but non lucratif basée à San Francisco (USA), affirme que son système de prédiction du langage « à la caméléon », appelé GPT-2, ne sortira qu’en version limitée et à très petite échelle, en raison de « préoccupations concernant les applications malveillantes de cette technologie ». En effet, le modèle informatique qui génère des paragraphes de textes originaux en fonction de ce qui lui a été donné à « lire », est un peu trop performant, selon l’entreprise qui l’a créé.

 

Résultat de recherche d'images pour "OpenAI, GPT-2 , 2018, 2019"

 

Le système élabore des « échantillons de texte synthétique d’une qualité sans précédent », que les chercheurs estiment tellement avancés et convaincants que l’IA pourrait être utilisée pour créer de fausses informations, se faire passer pour certaines personnes, et abuser ou duper des individus sur les réseaux sociaux. « GPT-2 possède un objectif simple : prédire le mot suivant, en tenant compte de tous les mots précédents dans un texte », explique l’équipe OpenAI sur son blog.

 

Dans le but d’alimenter l’imagination de GPT–2, les chercheurs ont fourni à leur IA un jeu de données de huit millions de pages internet. Une fois toutes les informations assimilées, leur IA peut alors converser sur le sujet, tel qu’il le comprend, et générer un texte aléatoire mais convaincant, qu’il s’agisse de nouvelles de célébrités, de changements climatiques, de la guerre de Sécession ou de fanfictions inspirés de l’univers de Tolkien.

 

Résultat de recherche d'images pour "Entreprise OpenAI/ Intelligence artificielle "

 

Ci-dessous, découvrez quelques exemples édités, pour vous rendre compte de la puissance de l’IA créée par OpenAI :

. Humain : « Miley Cyrus a été prise en flagrant délit de vol à Abercrombie and Fitch sur Hollywood Boulevard aujourd’hui ! ».

Réponse de GPT-2 : « La chanteuse, âgée de 19 ans, a été filmée et escortée hors du magasin par des gardes de sécurité. La chanteuse portait un sweat à capuche noir avec les étiquettes ‘‘Blurred Lines’’ à l’avant et ‘‘Fashion Police’’ à l’arrière ».

. Humain : « Recycler, c’est bon pour le monde. NON ! VOUS NE POUVEZ PAS AVOIR PLUS TORD !! ».

Réponse de GPT-2 : « Le recyclage n’est PAS bon pour le monde. C’est mauvais pour l’environnement, pour notre santé et pour notre économie. Je ne plaisante pas. Le recyclage n’est pas bon pour l’environnement. C’est destructeur pour la Terre et c’est un contributeur majeur au réchauffement climatique ».

. Humain : « Pour les devoirs d’aujourd’hui, veuillez décrire les raisons de la guerre civile américaine ».

Réponse de GPT-2 : « Par Donny Ferguson. Il est facile de comprendre pourquoi la guerre civile s’est produite, car tant de gens et tant de livres, de télévisions et de films nous disent que c’est la cause, que cela a à voir avec la race, l’économie ou la religion. On s’entend généralement pour dire qu’il s’agissait essentiellement d’une guerre d’esclavage de la part du capitalisme, à propos d’un siècle d’esclavage. Mais ce n’est pas ce à quoi la plupart des gens pensent quand ils pensent à la guerre civile ».

Et en dernier, l’exemple du fanfiction issu de l’univers de Tolkien.

. Humain : « Legolas et Gimli avançaient vers les orcs, levant leurs armes avec des cris de guerre déchirants ».

Réponse de GPT-2 : « La réponse des orcs a été une attaque assourdissante de griffes, griffes et griffes ; même Elrond a été contraint de battre en retraite. ‘‘Vous êtes entre de bonnes mains’’ a déclaré Gimli, qui avait été parmi les premiers à charger les orcs ; il ne leur fallut que deux mots avant que leurs adversaires ne soient réduits à un bourbier ensanglanté, et que le nain tue pour la première fois de la nuit ».

(D’ailleurs, si vous souhaitez lire entièrement ce tribut étrange à Tolkien, c’est par ici      https://openai.com/blog/better-language-models/#sample5/).

 

Résultat de recherche d'images pour "artificial intelligence, data center"

 

_ L’entreprise déclare avoir bien raison de se méfier des IA trop compétentes

Malgré la nature déroutante de ces étranges annonces créées par l’IA, le modèle de langage émis n’est pas parfait, ce que l’équipe reconnaît totalement. « Comme le montrent les exemples ci-dessus, notre modèle est capable de générer des échantillons à partir d’une variété de textes se sentant proches de la qualité humaine et offrant une cohérence sur une page ou plus » ont déclaré les chercheurs.

 

« Néanmoins, nous avons observé divers modes d’échec, tels que du texte répétitif, des échecs de modélisation cohérente (par exemple, le modèle écrit parfois sur des incendies se déroulant sous l’eau) et des changements de sujet non naturels », ont ajouté les chercheurs. Cela étant dit, d’après OpenAI, leur IA peut générer des modèles avec du texte cohérent, personnalisé et évolutif, ce qui pourrait être utilisé à des fins malveillantes, en plus des avantages connus.

 

Résultat de recherche d'images pour "Entreprise OpenAI/ Intelligence artificielle "

 

« Ces résultats, combinés à des résultats antérieurs sur l’imagerie synthétique, l’audio et la vidéo, impliquent que ces technologies réduisent le coût de production de faux contenus et de campagnes de désinformation », écrivent les chercheurs. « En raison des craintes que des modèles linguistiques de ce type soient utilisés pour générer un langage trompeur, partial ou abusif, nous ne publierons qu’une version beaucoup plus restreinte de GPT–2, avec un code d’échantillonnage », ajoutent-ils.

 

Certains scientifiques ont tout de même suggéré que les craintes relatives aux capacités de GPT-2 étaient exagérées, et que l’entreprise OpenAI souhaitait tout simplement se faire de la publicité. Cependant, l’entreprise a rétorqué avoir bien raison de se méfier des IA trop compétentes. « Les règles selon lesquelles vous pouvez contrôler la technologie ont fondamentalement changé » a déclaré Jack Clark, directeur des politiques de la société OpenAI. « Nous n’affirmons pas savoir quelle est la bonne chose à faire dans cette situation (…). Nous essayons de construire la route au fur et à mesure que nous la traversons », a-t-il ajouté.

 

Source : Open AI/ Stéphanie Schmidt/ 20 février 2019/ Technologie1

 

https://trustmyscience.com/intelligence-artificielle-tellement-avancee-que-trop-dangereuse/

 

Résultat de recherche d'images pour "Entreprise OpenAI/ Intelligence artificielle "

 

—————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "artificial intelligence, medical"

 

2 – Intelligence artificielle : quelles sont les avancées ? (extrait)

 

Depuis le début des années 2000, l’IA a été relancée grâce à diverses évolutions :

  • L’augmentation de la puissance du matérielqui a permis de diversifier la mise en œuvre de nombreuses méthodes jusqu’alors inaccessibles. Et en particulier, l’usage de méthodes statistiques pouvant exploiter la puissance des machines autant côté calcul que stockage et puis, plus récemment, les réseaux neuronaux.
  • L’atteinte de diverses étapes symboliques marquantes comme la victoire de Deep Blue contre Kasparov en 1997 puis d’IBM Watson dans Jeopardy en 2011. Enfin, il y a quelques jours, la victoire de DeepMind au jeu de Go.
  • L’Internet qui a créé de nouveaux besoins comme les moteurs de recherche et permis la mise en place d’architectures massivement distribuées.

 

Résultat de recherche d'images pour "new data center"

 

  • La disponibilité de très gros volumes de données, via les usages de l’Internet et des mobiles, des objets connectés ou la génomique, qui permet d’associer les méthodes de force brute et les réseaux neuronaux et autres machine learning ou méthodes statistiques.
  • Les besoins dans la robotique, dans la conquête spatiale (Curiosity, Philae…), dans les véhicules à conduite assistée ou autonome, dans la sécurité informatique, la lutte contre la fraude et les scams.
  • Les nombreuses applications commerciales de l’IA croisant le machine learning, les objets connectés, la mobilité et le big data.
  • L’adoption de méthodes scientifiques et pragmatiques – basées sur l’expérimentation – et transdisciplinaires, par les chercheurs et industriels.

Comme tout domaine scientifique complexe, l’IA n’a jamais été un terrain d’unanimité et cela risque de perdurer…

 

Source : www.frenchweb.fr/ Août 2019

 

https://www.frenchweb.fr/intelligence-artificielle-quelles-sont-les-avancees/233431/

 

Résultat de recherche d'images pour "artificial intelligence, medical"

 

—————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "artificial intelligence, new developments"

 

3 – Intelligence Artificielle et BTP : Etat des lieux et tour d’horizon de l’Intelligence Artificielle et le machine learning dans la construction

 

L’intelligence Artificielle (IA) semble ne laisser aucun secteur de côté. En effet, le BTP est lui aussi concerné par la révolution technologique de l’IA, mais sa mise en application semble ralentit. Le BTP aujourd’hui c’est un emploi sur huit en France, intégrant un grand nombre de métiers, depuis l’ingénierie dans les bureaux d’études jusqu’à la maintenance des infrastructures en passant bien évidemment par la construction. Au sein de cet écosystème complexe, l’Intelligence Artificielle doit encore faire la preuve de son intérêt et de sa pertinence.

 

En effet, malgré un fort potentiel de transformation et d’optimisation des métiers du BTP (bâtiment et travaux publics), elle peine encore à se matérialiser dans des applications concrètes, principalement du fait d’une donnée trop diffuse et d’un public pas suffisamment sensibilisé à cette révolution1. Alors que l’Intelligence Artificielle a déjà modifié en profondeur des secteurs comme la santé, l’environnement, le transport ou encore l’énergie. Seulement, force est de constater qu’à ce jour, elle peine encore à se matérialiser dans des applications concrètes. Le rapport Villani par exemple n’évoque jamais le BTP.

 

Image associée

 

_ Exemples d’applications possibles de l’IA dans le BTP

Les applications potentielles de machine learning et de l’IA dans la construction sont vastes. Le machine learning s’apparente à un assistant intelligent capable d’analyser une quantité astronomique de données. Il alerte ensuite les chefs de projet des éléments critiques qui nécessitent leur attention. Plusieurs applications utilisent déjà l’IA de cette manière. Ses avantages vont du filtrage banal des spams à la surveillance avancée de la sécurité.

 

Image associée

 

_ Prévenir les dépassements de coûts

La plupart des méga-projets dépassent leur budget malgré le recours aux meilleures équipes de projet. L’Intelligence Artificielle peut alors être utilisée dans les projets de construction pour prévoir les dépassements de coûts en fonction de la taille du projet, le type de contrat et le niveau de compétence des chefs de projet.

 

Image associée

 

_ Pour une meilleure conception des bâtiments grâce à la conception générative

Building Information Modeling est un processus basé sur un modèle 3D qui fournit aux professionnels de l’architecture, de l’ingénierie et de la construction des informations permettant de planifier, concevoir, construire et gérer efficacement des bâtiments et des infrastructures. Afin de planifier et de concevoir la construction d’un bâtiment, les modèles 3D doivent prendre en compte les plans d’architecture, d’ingénierie, de mécanique, d’électricité et de plomberie ainsi que la séquence des activités des équipes respectives.

 

Résultat de recherche d'images pour "artificial intelligence, construction"

 

_ Atténuation des risques

Chaque projet de construction comporte des risques qui se présentent sous de nombreuses formes telles que la qualité, la sécurité, les délais et/ou les coûts. Plus le projet est vaste, plus il y a de risques, car plusieurs sous-traitants travaillent sur différents métiers en parallèle sur les chantiers. Il existe aujourd’hui des solutions d’Intelligence Artificielle et du machine learning utilisées par les maîtres d’oeuvres pour surveiller et hiérarchiser les risques sur le site.

 

L’équipe de projet peut ainsi consacrer son temps et ses ressources limités aux principaux facteurs de risque. L’IA est utilisé pour attribuer automatiquement la priorité aux problèmes. Les sous-traitants sont notés sur la base d’un score de risque afin que les responsables de la construction puissent travailler en étroite collaboration avec les équipes à haut risque afin de réduire les risques.

 

Image associée

 

_ L’Intelligence Artificielle améliore la productivité d’un chantier

Certaines entreprises commencent à proposer des machines de construction autonomes pour effectuer des tâches répétitives plus efficacement que leurs homologues humains, telles que le coulage de béton, la maçonnerie, la soudure et la démolition.

Source et infos : 1Forbes – L’Intelligence Artificielle : Les Enjeux Prometteurs Pour Le BTP – Juin 2019// 2Constructible – The benefits of AI in construction – Janvier 2019// 2 août 2019 • BTP,Immobilier,Innovation,Machine learning.

 

https://www.onlything.io/blog/ia-et-btp-machine-learning/

 

Résultat de recherche d'images pour "artificial intelligence, construction"

 

—————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "artificial intelligence, china, usa, defense, advanced electronic"

 

4 – Intelligence artificielle : La Chine s’apprête à dépasser les États-Unis dans le domaine de la recherche

 

Il y a moins de deux ans, en juillet 2017, la Chine publiait un ambitieux rapport dans lequel elle promettait de devenir le leader mondial de l’intelligence artificielle d’ici 2030. Jusqu’à présent détenu par les États-Unis, ce titre pourrait bien changer de mains plusieurs années avant la date promise.

 

Dans une récente recherche publiée par l’Allen Institute Artificial Intelligence explique en effet que si les États-Unis sont (pour le moment) encore les maîtres en la matière, la Chine aurait déjà dépassé la concurrence sur le plan théorique. Après avoir analysé plus de deux millions d’articles universitaires publiés entre 1982 et 2018, l’étude montre ainsi que l’Empire céleste a largement rattrapé son retard, et que si les tendances actuelles se confirmaient, il culminerait bientôt en tête des études les plus citées au monde.

 

Résultat de recherche d'images pour "advanced artificial intelligence, china, 2018, 2019"

 

En 1982, les 10% d’études les plus citées dans le monde autour de l’intelligence artificielle comptaient 47% de recherches américaines, contre 0% chinoises. Une tendance qui s’est largement inversée en 2018, puisque les États-Unis stagnent aujourd’hui à 29%, tandis que la Chine a largement rattrapé son retard, en se positionnant à 26%. Si le rôle du géant asiatique dans le futur de l’intelligence artificielle ne fait aujourd’hui aucun doute, il faudra sans doute attendre 2025 pour confirmer les prévisions avancées par l’Allen Institute.

 

Par Amandine Jonniaux / le 15 mars 2019/

 

https://www.journaldugeek.com/2019/03/15/intelligence-artificielle-chine-sapprete-a-depasser-etats-unis/

 

Résultat de recherche d'images pour "us advanced artificial intelligence, usa, defense"

 

—————————-

 

 

5 – Intelligence artificielle : Microsoft juge la Russie leader

 

Les chefs d’entreprise russes cherchent plus activement à adopter l’intelligence artificielle que leurs collègues d’autres pays, selon une étude réalisée par Microsoft. L’intelligence artificielle (IA) est activement utilisée par 30% des entreprises russes, contre 22,3% en moyenne dans les pays européens et aux États-Unis, constate une étude de Microsoft.

 

Résultat de recherche d'images pour "russian artificial intelligence, russia, industries, robot, russian artificial intelligence,"

 

L’étude a concerné 800 chefs d’entreprise de sept pays européens (France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Russie, Suisse et Royaume-Uni) ainsi que les États-Unis. Les sujets de l’enquête ont expliqué comment ils envisagent d’utiliser l’intelligence artificielle et comment son emploi influe sur le succès de l’entreprise. 

 

Les dirigeants d’entreprise russes utilisent les atouts de l’intelligence artificielle pour leurs activités plus activement que leurs collègues étrangers. 30% des chefs d’entreprise russes adoptent activement l’IA, alors qu’en France ce chiffre n’atteint que les 10%, selon Microsoft. 73% des administrateurs russes estiment que les technologies de l’IA auront un impact positif sur leurs activités, précise le rapport. Ils ont également fait preuve d’une plus grande inclinaison à recevoir de nouveaux acquis en la matière à l’aide de professionnels: 90% contre 67,3% dans les autres pays.

 

Selon Microsoft, l’utilisation de l’intelligence artificielle booste la croissance des entreprises.

 

Source Sputnik France/ Par Meissa Cheikh/ mercredi 6 mars 20190

 

https://www.energyservicesexperts.com/fr/2019/03/06/intelligence-artificielle-microsoft-juge-la-russie-leader/

 

Résultat de recherche d'images pour "russian artificial intelligence, russia, industries, robot, russian artificial intelligence,"

 

—————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "Russia, Vladimir Putin, russian advanced artificial intelligence, russia"

 

6 – Russie/ Vladimir Poutine/ Intelligence artificielle : “le leader en intelligence artificielle dominera le monde”

 

Celui qui réalisera une percée marquante en intelligence artificielle dominera le monde, affirme le Président russe Vladimir Poutine. La maîtrise de l’intelligence artificielle déterminera non seulement l’avenir de la Russie, mais également l’avenir du monde entier. Le Président s’exprimait lors d’une conférence sur les nouvelles technologies à destination des étudiants russes, vendredi 1er septembre, diffusée en vidéo. L’avenir est lié aux objets connectés et à l’intelligence artificielle.

 

«L’intelligence artificielle représente l’avenir non seulement de la Russie, mais de toute l’humanité. Elle amène des opportunités colossales et des menaces imprévisibles aujourd’hui,” pense le dirigeant. Il poursuit : “celui qui deviendra le leader dans ce domaine sera le maître du monde. Et il est fortement indésirable que quelqu’un obtienne un monopole dans ce domaine. Donc, si nous sommes les leaders dans ce domaine, nous partagerons ces technologies avec le monde entier,” affirme Vladimir Poutine.

 

Résultat de recherche d'images pour "Russie/ Vladimir Poutine/ Intelligence artificielle : “le leader en intelligence artificielle dominera le monde”"

 

_ Le Président de la Russie a dialogué avec les étudiants sur leurs choix de carrière

Il est donc primordial pour la Russie de travailler sur cette question afin de ne pas se retrouver «en queue de peloton», pointe Vladimir Poutine pour qui, la sphère des sciences cognitives représente aussi un domaine prometteur. «Elles sont en partie une combinaison de capacités différentes. Ce sont les capacités du cerveau, les capacités d’utiliser les mouvements oculaires pour contrôler différents systèmes, les possibilités d’analyser comment une personne doit se comporter dans une situation extrême, y compris dans l’espace. Elles sont de manière générale illimitées, il n’y a pas d’horizon», estime le Président russe.

 

Le dirigeant russe prédit que les futures guerres seront menées par des drones, et que lorsqu’une des parties aura vu ses drones être détruits par ceux d’une autre, elle n’aura plus d’autre choix que se rendre.

 

Publié le 2 septembre 2017/ La Revue du Digital/

 

https://www.larevuedudigital.com/vladimir-poutine-le-leader-en-intelligence-artificielle-dominera-le-monde/

 

 

—————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "Dissuasion nucléaire : de la bombe A à la bombe IA"

 

7 – Dissuasion nucléaire : de la bombe A à la bombe IA

 

Sous-marins atomiques autonomes, algorithmes détectant une menace atomique ou robots capables de guider des missiles ultrarapides : l’intelligence artificielle peut modifier le rapport de force atomique, révèle un rapport publié en mai. Le 3 juin 1980 à 2 h 26 du matin, Zbigniew Brzezinski, conseiller à la Sécurité nationale du président américain Jimmy Carter reçoit un appel alarmiste : 220 missiles nucléaires soviétiques se dirigent vers les États-Unis. Quelques minutes plus tard, un nouveau coup de fil du centre de commandement militaire l’informe qu’en réalité ce sont 2 200 bombes qui menacent le sol américain.

 

Finalement, alors que le conseiller s’apprêtait à prévenir le chef du « monde libre » de l’imminence d’un bombardement nucléaire russe, les responsables militaires réalisent que le système d’alerte automatisé s’est emmêlé les pinceaux. La guerre froide a failli devenir très chaude à cause… d’un composant informatique bon marché qui n’a pas fonctionné correctement.

 

À l’époque, le terme « intelligence artificielle » (IA) n’était pas encore à la mode. Mais Américains et Soviétiques commençaient déjà à introduire des algorithmes dans les salles de contrôle pour rendre leur dissuasion atomique plus efficace. Plusieurs incidents, comme celui du 3 juin 1980, ont cependant montré les limites de cette automatisation.

 

Résultat de recherche d'images pour "nuclear weapon, artificial intelligence"

 

_ Avancées dans le domaine de l’IA

Près de quarante ans ont passé et le sujet de l’IA semble avoir disparu du débat sur la menace nucléaire, alors même que les algorithmes sont de plus en plus omniprésents à tous les étages de la société. Un rapport du prestigieux Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), publié lundi 6 mai, souligne pourtant que la question reste d’actualité.

 

D’un côté, la menace d’une course à l’armement nucléaire est loin d’avoir disparu. Les États-Unis de Donald Trump ont promis de moderniser leur arsenal, la Corée du Nord n’a pas l’air de vouloir abandonner son programme nucléaire, et des tensions entre l’Inde et le Pakistan – deux puissances nucléaires – font régulièrement la « une » des médias.

 

De l’autre, les avancées technologiques dans le domaine de l’IA démontrent qu’il y a « un énorme potentiel dans le nucléaire, comme dans le domaine des armes conventionnelles et cyber. Le ‘machine learning’ [l’IA qui s’améliore en se nourrissant de données, NDLR] est excellent pour l’analyse des données », explique Vincent Boulanin, chercheur au SIPRI, qui a coordonné l’étude, contacté par France 24. Une qualité qui peut s’avérer essentielle, par exemple, pour le renseignement ou la détection d’attaques informatiques.

 

Résultat de recherche d'images pour "nuclear weapon, advanced artificial intelligence, artificial intelligence, nuclear power"

 

La France, les États-Unis, la Russie ou encore la Chine ont-ils déjà adopté l’algorithme dernier cri dans leur dispositif nucléaire ? « En vérité, on sait assez peu de choses sur l’adoption de l’IA dans les système nucléaire à l’heure actuelle », reconnaît Vincent Boulanin. La Russie est la seule puissance à l’avoir évoquée récemment. Le président russe, Vladimir Poutine, a annoncé en mars 2018 la construction d’un sous-marin nucléaire entièrement automatisé, baptisé Poséidon.

 

Moscou a aussi officiellement ressuscité et mis à jour, en 2011, un dispositif datant de la guerre froide : le système Perimetr. Il s’agit d’une intelligence artificielle capable – si certaines conditions sont réunies – d’initier une riposte nucléaire après avoir détecté le lancement d’une bombe atomique par un autre État. Mais en l’absence d’éléments concrets, ces annonces ont laissé les experts dubitatifs.

 

Résultat de recherche d'images pour "nuclear weapon, artificial intelligence"

 

_ Gagner des précieuses minutes en cas de crise

Ce scepticisme tient, en partie, au fait que « dans le domaine nucléaire, l’adoption de nouvelles technologies est traditionnellement lente car chaque nouveauté implique la possibilité de nouvelles vulnérabilités », résume Vincent Boulanin. Les responsables des programmes nucléaires préfèrent travailler sur des ordinateurs largement dépassés plutôt que d’utiliser des technologies ultramodernes qui risquent d’être piratées.

 

Mais pour lui, ce n’est qu’une question de temps. Les promesses de l’IA sont trop alléchantes pour que les puissances nucléaires l’ignorent lorsque la technologie aura gagné en maturité. Son principal avantage est qu’un algorithme est plus rapide que l’homme pour traiter l’information. « C’est une variable fondamentale en cas de crise nucléaire. Elle peut donner aux responsables politiques plus de temps pour prendre une décision », explique Vincent Boulanin. Avoir quelques secondes ou minutes en plus pour déclencher une riposte en cas d’attaque peut sauver la vie de millions d’individus.

 

L’intelligence artificielle peut aussi rendre les systèmes de guidage « plus précis et flexibles » pour les auteurs du rapport. « Cela peut, notamment, être important pour les systèmes hyper véloces qu’un humain ne peut pas manœuvrer », souligne l’expert français du Sipri. Plusieurs pays travaillent à des prototypes d’avions et missiles hypersoniques, capables de voler à plus de cinq fois la vitesse du son. À ce rythme, aucun humain ne peut intervenir sur la trajectoire du missile, alors qu’une IA peut encore corriger le tir si besoin.

 

Résultat de recherche d'images pour "nuclear weapon, advanced artificial intelligence, 2018, 2019"

(Bill Gates Compares Artificial Intelligence to Nuclear Weapons)

 

_ Face obscure de l’IA dans le nucléaire

Mais il y a aussi la face obscure de l’intelligence artificielle. L’automatisation implique que l’homme délègue à la machine des tâches, ce qui, dans le domaine nucléaire, peut avoir de lourdes implications « morales et éthiques », souligne Frank Sauer, spécialiste des questions de sécurité internationale à l’Université de Munich, qui a collaboré au rapport du Sipri.

 

Il met ainsi en garde contre la tentation de déployer des sous-marins ou drones capable de lancer des charges atomiques car « le respect de la dignité humaine implique notamment qu’une machine ne prenne pas de décision qui peut mettre en danger la vie », écrit-il dans le rapport. Il faudrait ainsi, selon Vincent Boulanin, que « les États fassent une déclaration claire » à ce sujet afin d’éloigner le spectre d’une main robotique habilitée à appuyer sur le bouton rouge.

 

Les algorithmes sont aussi des conceptions humaines qui peuvent reproduire les préjugés de leurs créateurs. Aux États-Unis, l’utilisation de l’IA par la police pour tenter de prévenir le risque de récidives a montré ses limites et plusieurs études ont souligné que la machine s’était montrée raciste. Dans le domaine nucléaire, il est, de ce fait, « impossible d’exclure un risque d’escalade ou du moins d’instabilité à cause d’un algorithme qui aurait mal interprété une situation [car les modèles étaient mal conçus] », souligne dans le rapport Jean-Marc Rickli, chercheur au Geneva Center for Security Policy (Centre de recherches sur les politiques de sécurité de Genève).

 

Résultat de recherche d'images pour "nuclear weapon versus artificial intelligence"

 

L’intelligence artificielle peut aussi menacer le fragile équilibre entre les puissances nucléaires. « Un État qui n’est pas sûr de sa dissuasion nucléaire sera davantage tenté d’automatiser sa force de frappe, ce qui augmente aussi le risque de son utilisation accidentelle », craint Michael Horowitz, politologue et spécialiste des problématiques de défense à l’Université de Pennsylvanie qui a participé à l’élaboration du rapport du Sipri.  Ainsi, les États-Unis, sûrs de leur domination nucléaire, se montreront plus prudents dans l’adoption de l’IA qu’une puissance nucléaire mineure comme le Pakistan.

 

L’intelligence artificielle est donc une arme à double tranchant dans le domaine nucléaire. Elle peut contribuer à rendre le monde plus sûr. Mais il « faut une adoption responsable, cela implique de prendre le temps d’identifier les risques associés à l’usage de l’IA, ainsi que de chercher des solutions pour les contrer à l’avance », conclut Vincent Boulanin. Car les financiers ont utilisé les mêmes arguments – vitesse, fiabilité – pour pousser au plus vite à l’introduction des algorithmes dans les salles de marchés.

Conséquence : le trading à haute fréquence a été à l’origine de plusieurs incidents très coûteux pour les investisseurs. Et, dans le domaine nucléaire, ce n’est pas qu’une question d’argent.

 

Publié le : 09/05/2019 – Modifié le : 10/05/2019/ Texte par : Sébastian SEIBT

 

https://www.france24.com/fr/20190509-ia-intelligence-artificielle-nucleaire-menace-atomique-sipri-russie/

 

Résultat de recherche d'images pour "Dissuasion nucléaire : de la bombe A à la bombe IA"

 

—————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "CES 2019 : IBM dévoile un ordinateur quantique commercial"

 

8 – CES 2019 : IBM dévoile un ordinateur quantique commercial

 

La course à l’informatique quantique bat son plein. Plusieurs géants de électronique (IBM, Google…) se battent pour mettre au point un ordinateur quantique fiable et utilisable à des fins commerciales. A savoir que ces ordinateurs ne sont pas voués à remplacer nos ordinateurs actuels, mais à aider les scientifiques et ingénieurs à faire des recherches complexes, comme par exemple la découverte de nouveaux médicaments, de nouveaux matériaux pour fabriquer des batteries plus performantes, ou encore de maîtriser la fusion nucléaire.

 

Mais avant d’en arriver là, il y en a encore pour plusieurs années de recherches et développement. Lors du CES, IBM a présenté sa dernière avancée en la matière, l’ordinateur quantique « Q System One ». L’entreprise assure qu’il s’agit du « premier système d’informatique quantique universel entièrement intégré au monde, conçu pour un usage scientifique et commercial« . Celui-ci dispose d’une puissance de calcul de 20 qubits et s’avère actuellement être l’ordinateur quantique le plus stable.

 

Résultat de recherche d'images pour "CES 2019, IBM, quantum computer"

 

Parce que oui, le problème majeur des ordinateurs quantiques est leur extrême fragilité. Pour le faire fonctionner, il faut les maintenir à des températures glaciales constamment contrôlées. Les moindres perturbations extérieures telles que des vibrations ou des variations électriques peuvent totalement fausser les calculs. Et lorsque l’un de ces incidents se produit, il faut réinitialiser la machine et recommencer les calculs depuis le début. Des problématiques que l’ordinateur quantique présenté par IBM gère mieux que jamais. « Ce qui prenait des jours et des semaines prend maintenant des heures ou des jours « , déclare Bob Sutor, vice-président de la recherche quantique d’IBM, à The Verge.

 

Pour l’heure, cet ordinateur reste pour l’heure encore très expérimental. Mais pour la première fois, il sera accessible à des sociétés et organismes externe. Accessible signifie qu’il sera possible de l’utiliser à distance via le cloud. Et parmi les organisations qui viennent de rejoindre l’aventure, IBM mentionne le CERN, le laboratoire de recherche européen.

 

Résultat de recherche d'images pour "quantum computer, artificial intelligence"

 

Une petite avancée qui marque le début de l’exploitation de l’informatique quantique à des fins scientifiques. Le chemin avant de rendre l’informatique quantique à la disposition de tous les scientifiques, ingénieurs et chercheurs qui le souhaitent est encore long, mais IBM semble miser dessus pour son avenir.

 

Par Corentin/ 11 janvier 2019/ 

 

https://www.journaldugeek.com/2019/01/11/ibm-q-system-one-ordinateur-quantique/

 

Image associée

 

—————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "russian artificial intelligence,"

 

9 – Intelligence artificielle : Les dernières avancées de l’IA

 

Différentes prédictions défrayent la chronique depuis maintenant quelques années à propos de l’émergence d’une IA dite forte (autonome et multidisciplinaire). Optimistes ou non, tous les commentateurs du phénomène s’accordent plus ou moins sur la supériorité de l’IA sur l’humain dans tous les domaines d’ici 30 à 200 ans. Selon les commentateurs chinois, l’autonomisation complète de l’IA interviendra d’ici 104 ans, tandis que les Américains l’estiment à 169 ans. En attendant, voici quelques actualités notables.

 

_ Puisant dans des bases de données gigantesques, des algorithmes sont déjà si complexes que certaines machines prennent des décisions que l’Homme ne peut pas expliquer à ce jour. Plus étonnant encore, certaines IA détectent lorsqu’un humain tente de modifier leur comportement et peuvent même tout faire pour s’opposer à l’acte s’il entre en conflit avec l’objectif initial de l’IA.

 

Résultat de recherche d'images pour "artificial intelligence, Alibaba et Microsoft, artificial intelligence,"

 

_ Le même jour, Alibaba et Microsoft ont annoncé que leurs IA respectives ont battu l’Homme sur un test de lecture de référence, avec un score de 82,44 pour Alibaba et de 82,65 pour Microsoft, contre 82,304 pour l’humain. Le test en question, le Stanford Question Answering Dataset, pose 100 000 questions fermées sans possibilité d’interprétation à partir de 500 articles de Wikipédia.

 

Résultat de recherche d'images pour "university of maryland, Deception Analysis and Reasoning Engine (DARE)"

 

_ Des chercheurs de l’Université du Maryland ont mis au point le Deception Analysis and Reasoning Engine (DARE), une IA détectant automatiquement le mensonge dans des vidéos de procès. DARE a appris à détecter et analyser les micro-expressions humaines (lèvres saillantes, sourcils froncés, etc.) et les différentes fréquences de voix d’un individu pour constater s’il fabule ou non. À plus long terme, le programme vise explicitement à être utilisé par les services de renseignement pour « prédire le mensonge dans un environnement ouvert ».

 

_ Selon le docteur Laurent Alexandre, le développement de la génomique, des neurosciences et des capteurs électroniques connectés surveillant la santé, vont bouleverser le domaine médical. Les milliards de données qui composeront notre dossier médical ne pourront être analysés que par des IA. Les deux groupes numériques les plus investis dans la santé sont IBM et Google, mais Microsoft, Facebook, Amazon et Baidu se sont également engagés très sérieusement dans le secteur (L’Express, 27/12/17).

 

Image associée

 

_ Des chercheurs de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) ont réussi à créer des synapses artificielles. Il s’agirait d’une avancée déterminante et du dernier frein à l’accroissement de la puissance des IA. Un processeur basé sur un réseau neuronal imite le fonctionnement du cerveau humain en passant d’une transmission d’informations binaires (les processus informatiques actuels) à une liaison analogique (humaine).

 

Cette découverte permettrait l’émergence de puces « neuromorphiques » pour traiter des millions de flux de calculs parallèles à l’instar du cerveau de l’Homme. Ces processeurs auront une puissance de calcul comparable à des supercalculateurs. D’ici 2028, l’IA pourrait remplacer ou au moins assister les professeurs pour répondre aux difficultés de l’éducation et de l’enseignement dans les classes, selon le Forum Économique Mondial.

 

Franck Pengam/ GÉOPOLITIQUE PROFONDE/ Mercredi 11 avril 2018/

 

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-dernieres-avancees-de-l-ia-203243/

 

Image associée

 

—————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "Santé, Médecine, Intelligence artificielle"

 

10 – Santé – médecine et intelligence artificielle

 

Les promesses de l’intelligence artificielle en médecine sont gigantesques. Les dernières avancées ont permis de faire des bonds en matière de diagnostic de maladies. Ainsi, le Professeur Chrétien expliquait le 21 novembre 2018 au CHRU de Nancy concernant un groupe de tumeurs rares de l’enfant : “Aujourd’hui un réseau classique de neurones[…]en libre accès sur internet fait aussi bien, si on le nourrit d’énormément de données, que l’anatomopathologiste expert local”.

 

Image associée

 

De nombreuses études attestent de l’efficacité de l’intelligence artificielle pour diagnostiquer certaines maladies. Notamment des cancers. Le fait qu’une intelligence artificielle puisse se nourrir de millions de cas lui permet d’accumuler des connaissances. Notamment dans le cas de maladies rares. Et ainsi, avoir une expertise qu’un médecin généraliste ne pourra jamais se forger tout au long de sa carrière. L’idée n’est bien sûr pas de supprimer les médecins mais de les équiper d’outils d’aide au diagnostic.

 

Au delà du diagnostic, l’intelligence artificielle peut aider à concevoir et doser des traitements personnalisés, adaptés aux besoins de chaque patient. Articles décrivant l’impact de l’intelligence artificielle dans le secteur santé – médecine. Assurez une veille sectorielle et suivez en temps réel l’avancement de l’intelligence artificielle. Ces articles vous permettent de suivre les progrès et nouvelles applications de l’IA dans le secteur santé – médecine.

 

Lire la suite sur: https://www.actuia.com/domaine/sante-medecine/

 

Source : www.actuia.com/ août 2019/

 

https://www.actuia.com/domaine/sante-medecine/

 

Résultat de recherche d'images pour "Santé, Médecine, Intelligence artificielle"

 

—————————-

 

Image associée

Image associée

 

 

Leave a reply