FOOTBALL/ RUSSIE 2018 : La France championne du monde
16 juillet 2018  >  By:   >  Uncategorized  >  No Comment   //   1627 Views

 

« La France, championne du monde de football : Les Bleus, champions du monde ! Vingt ans après sa première coupe du monde de football en 1998, la France a battu la Croatie 4-2, en finale de la Coupe du monde 2018 au stade de Loujniki à Moscou, au terme d’un match totalement fou… »

 

Résultat de recherche d'images pour "Football, mondial 2018, France, victory, 2018"

 

—————————

 

Résultat de recherche d'images pour "Football, mondial 2018, France, victory, 2018"

 

1 – La France championne du monde : Uniques en leur genre

 

COUPE DU MONDE – Vingt ans après, l’équipe de France est à nouveau sur le toit du monde. Ces Bleus-là, plus que jamais ceux de Deschamps, par leur parcours plein de paradoxes, tiendront une place à part dans le gotha tricolore. Une pensée, d’abord, pour ceux qui n’étaient pas nés ou trop jeunes pour vivre pleinement le 12 juillet 1998. J’ai lu ou entendu beaucoup de gens, beaucoup de jeunes, donc, évoquer ces dernières semaines à quel point ils rêvaient de connaître à leur tour ce moment-là, qui ne ressemble à aucun autre. Ce moment, plus encore que le nôtre, c’est le leur.

 

2018 n’est pas 1998. Rien ne sera jamais comme 1998. Parce que c’était à la maison, parce que c’était la première fois, peut-être aussi parce que la mythologie brésilienne en face y contribua, ce sacre de fin de siècle conservera toujours une saveur particulière. Il a changé le destin du football français plus que la conquête de Russie ou aucune autre ne le fera jamais.

 

Mais cette deuxième étoile ouvre une autre voie, parce qu’elle a été décrochée sans l’avantage du terrain. Elle incarne aussi de nouveaux horizons. Ce titre n’est ni moins bien ni moins beau. C’est un titre et cette réalité-là va s’imposer à tous : la France est championne du monde. Et, à sa manière, la bande à Didier Deschamps est vraiment unique en son genre. Critiquée jusque chez elle, parfois fortement, pas franchement idolâtrée en dehors, elle aura, jusqu’au bout, été la reine du paradoxe.

 

Rarement, jamais peut-être, un champion du monde aura aussi peu et mal maitrisé sa finale comme les Bleus au cours des 45 premières minutes du France – Croatie de Loujniki. A-t-elle survolé cette finale ? Pas comme le score pourrait le laisser entendre. L’a-t-elle seulement dominée ? Dans le jeu, guère plus.

 

Résultat de recherche d'images pour "Football, mondial 2018, France, victory, 2018"

 

_ L’éternité n’a plus un visage unique

Pourtant, sa victoire a quelque chose d’incontestable. Quatre buts dans une finale de Coupe du monde, c’est une performance d’un autre temps. Du jamais vu depuis le Brésil 70, incarnation ultime de l’esthétisme. Les Bleus de 2018 ne peuvent pas en être plus éloignés et il est peu probable que l’histoire les juge, dans un demi-siècle, comme une référence semblable à la troisième étoile brésilienne. Que ce soit cette équipe-là qui affole les compteurs à ce point dans une finale majuscule, c’est un pied de nez assez savoureux.

 

Cette équipe de France, unanimement jugée pragmatique (ce qu’elle est), et par beaucoup à vocation défensive voire, disons-le, un peu chiante, aura donc entamé sa phase finale en collant quatre buts à l’Argentine pour l’achever en en collant quatre autres à la Croatie. Pour une équipe d’un ennui à mourir, ce n’est tout de même pas commun. Et derrière son pragmatisme, si appuyé contre l’Uruguay ou la Belgique, elle aura aussi vécu, et parfois survécu à travers des moments de pure folie, des dix minutes face à l’Argentine aux deux buts de Pogba et Mbappé en cinq minutes lors de la finale.

 

En réalité, le champion du monde 2018, en multipliant les contre-exemples et les fausses pistes, s’est affranchi d’une certaine forme de caricature. Là est peut-être son plus grand mérite. Au fond, il aura été tout et son contraire et c’est peut-être pour cela qu’il a aussi bien semé tout de monde derrière lui.

 

Résultat de recherche d'images pour "Football, mondial 2018, France, victory, 2018"

 

Au passage, cette équipe de France aura tordu le cou au théorème historique du football français, selon lequel les Bleus ne peuvent conquérir un sacre majeur que derrière un grand meneur de jeu. Platini en 1984. Zidane en 1998 et 2000. Sans génie absolu, point de salut, nous rabâchait-on. C’est peut-être le signe le plus probant de l’évolution du football français. Son grand meneur, à sa façon, était sur le banc, car rarement une équipe de France aura à ce point ressemblé à son entraîneur. Personne n’aura mieux incarné sa sélection que Didier Deschamps en personne.

 

Quoi qu’on en dise, quoi qu’on en pense, quelles que soient ses limites et ses restrictions, cette équipe est à jamais championne du monde. Comme toutes celles qui l’ont précédée là où elle se trouve aujourd’hui. Vingt ans après le 12 juillet le plus célèbre de l’histoire du sport français, l’éternité n’a plus un visage unique.

 

Laurent Vergne/ 16/07/2018

 

https://www.eurosport.fr/football/coupe-du-monde/2018/la-france-championne-du-monde-uniques-en-leur-genre_sto6850062/story.shtml

 

Résultat de recherche d'images pour "Football, mondial 2018, France, victory, 2018"

 

—————————

 

Résultat de recherche d'images pour "Football, mondial 2018, France, victory, 2018"

 

2 – La France, championne du monde de football

 

Les Bleus, champions du monde ! Vingt ans après sa première coupe du monde de football en 1998, la France a battu la Croatie 4-2, en finale de la Coupe du monde 2018 au stade de Loujniki à Moscou, au terme d’un match totalement fou…

 

La France avait ouvert le score grâce à un but contre son camp de Mario Mandzukic (1-0, 18e minute). Puis Ivan Perisic a égalisé (1-1, 28e minute). Et les Bleus ont repris l’avantage (2-1, 39e minute), grâce à un but d’Antoine Griezmann sur penalty, après intervention de l’arbitrage assisté par vidéo (VAR), une première en finale d’une Coupe du monde. La France a creusé l’écart 3 à 1 en finale du Mondial-2018 contre la Croatie, grâce à Paul Pogba (59e minute), dimanche à Moscou. Puis ​Kylian Mbappé, 19 ans, a inscrit le 4e but de la France en finale contre la Croatie (4-1). Enfin, la Croatie a réduit la marque en finale contre la France (4-2), grâce à Mario Mandzukic (69e minute), sur une énorme erreur de Hugo Lloris, heureusement sans conséquence…

 

Résultat de recherche d'images pour "mondial 2018, capitaine Lloris, winner, 2018"

 

_ La bourde -sans conséquence- du capitaine Lloris

Le capitaine et gardien de but de l’équipe de France Hugo Lloris a en effet commis une bourde qui a coûté un but lors de la finale. Cela ne l’a toutefois pas empêché de soulever le plus beau des trophées, sous une pluie battante, à 19h32 exactement, remis par le président de la Fifa Gianni Infantino sur le podium où se trouvaient trois chefs d’Etat, le Français Emmanuel Macron, le Russe Vladimir Poutine et la Croate Kolinda Grabar-Kitarovic.

 

Le Niçois de 31 ans est rarement pris en défaut sous le maillot de l’équipe de France, et a réalisé une superbe Coupe du monde. Mais dimanche et sous les yeux du monde entier, le roué avant-centre croate Mario Mandzukic, qui avait marqué contre son camp en première période, a pressé le portier des Bleus au point de réduire l’écart à 4-2, à la 69e minute. Mais avant cela, le capitaine de l’équipe de France a tenu la baraque quand les Croates faisaient vivre un calvaire à sa défense, secouée comme jamais. Il n’a eu qu’un ballon à boxer en première période, mais il l’a fait avec autorité (24e).

 

En début de seconde période, sur le gros temps fort croate et avant que Paul Pogba puis Kylian Mbappé n’éteigne les ardents « Vatreni », il a capté un bon centre de Sime Vrsaljko (46e), détourné une tentative d’Ante Rebic (48e) et parfaitement résisté à une percée d’Ivan Perisic (49e). Il y a ensuite eu le but de Mandzukic, mais il fera peut-être sourire Lloris vu l’issue heureuse. Car le voilà capitaine d’une équipe de France championne du monde.

 

Résultat de recherche d'images pour "mondial 2018, Antoine Griezmann, winner, 2018"

 

_ Deux buts grâce à Antoine Griezmann

Il y a vingt ans, le héros s’appelait Zinédine Zidane, avec ses deux buts de la tête contre le Brésil (3-0). En 2018, ils sont plusieurs à s’être distingués, mais Antoine Griezmann a largement contribué à envoyer la foule française exploser de joie sur les Champs-Elysées. L’attaquant français a rempli sa mission en étant l’homme du match contre la Croatie (4-2), grâce à son coup franc puis son but sur penalty, dans un début de finale très crispant au Mondial-2018. « Je veux l’étoile, je m’en fous du jeu! », lançait-il, avant le match.

 

Il a été à l’origine de deux buts français: son coup franc a d’abord été dévié par Mario Mandzukic dans ses propres filets pour l’ouverture du score (18e), puis son penalty, après une longue intervention de l’arbitrage assisté par vidéo (VAR), a remis les Bleus devant (2-1, 38e) au coeur de la domination croate.

 

Griezmann, 27 ans et 61 sélections, termine ce Mondial avec quatre buts, dont trois penalties, et deux passes décisives, ce qui représente la deuxième meilleure performance d’un Français dans une Coupe du monde, après l’inaccessible record de Just Fontaine et ses 13 buts de 1958. Avec ses six réalisations de l’Euro-2016, le natif de Mâcon compte 10 buts dans les tournois majeurs en équipe de France, comme un certain Zidane.

 

Résultat de recherche d'images pour "mondial 2018, mbappé, winner, 2018"

 

_ Mbappé, deuxième plus jeune buteur en finale du Mondial depuis… 1958

A 19 ans et demi, l’attaquant aux 22 sélections (8 buts, 5 passes décisives) avait déjà marqué trois buts avant la finale, dont un doublé promis à la postérité contre les Argentins. Dimanche, Kylian Mbappé a inscrit le 4e but des bleus à la 65e minute, et réalié ainsi « son rêve » avant même d’avoir 20 ans en devenant le plus jeune champion du monde de l’histoire des Bleus…

 

Le jeune footballeur de 19 ans est désormais le deuxième plus jeune joueur de l’histoire à marquer dans une finale de Coupe du monde depuis la légende Pelé en 1958.  Il a même reçu le trophée de meilleur jeune du tournoi des mains du président français Emmanuel Macron, présent au stade Loujniki de Moscou dimanche, juste avant la remise des médailles.

 

La finale du Mondial-2018 ? « Je le vois comme un jeu en fait », avait-t-il confié dans un entretien diffusé par la Fédération française (FFF) samedi. « Si tu te fais pas plaisir en finale de Coupe du monde, tu vas jamais te faire plaisir! Après, bien sûr, il y a une exigence à garder: tu dois être dans le bloc, tu dois faire le sacrifice pour les copains mais tu dois avant tout te faire plaisir, parce que ça c’est une fois dans une vie sûrement », avait-il ajouté. Ce dimanche, le jeune attaquant s’est clairement fait plaisir, en marquant le dernier but de l’équipe de France.

 

Résultat de recherche d'images pour "mondial 2018, Didier Deschamps, winner, 2018"

 

_ Une consécration pour Didier Deschamps

Cette finale était particulière pour le coach français Didier Deschamps, qui était le capitaine des Bleus champions du monde en 1998, il y a 20 ans. Avec cette victoire à la Coupe du monde en tant que sélectionneur, il entre à 49 ans dans un club très fermé. Seuls deux autres hommes l’ont fait avant lui: Mario Zagallo, Brésilien, a été champion comme joueur avec la Seleçao en 1958 et 1962, puis en 1970 comme coach. La « Petite Fourmi » était également dans le staff – comme adjoint cette fois – lors du sacre de 1994.

 

Résultat de recherche d'images pour "mondial 2018, Didier Deschamps, winner, 2018"

« C’est tellement beau, tellement merveilleux », a-t-il exulté Didier Deschamps, interrogé sur la chaîne TF1, après sa victoire dimanche à Moscou.

« Je suis super heureux pour ce groupe-là, car on est parti de loin quand même. Cela n’a pas été toujours simple, mais à force de travail, d’écoute… Là, ils sont sur le toit du monde pour quatre ans. »/ Didier deschamps, sélectionneur de l’équipe de France

 

Résultat de recherche d'images pour "mondial 2018, Macron, winner, 2018"

 

_ « C’est la coupe qu’on est venu prendre »

« C’est la coupe qu’on est venu prendre », avait déclaré dimanche (15 juillet) à Moscou le président français Emmanuel Macron reçu au Kremlin par Vladimir Poutine avant la finale du Mondial-2018 qui oppose la France à la Croatie. Désormais c’est fait !

 

L’équipe de France descendra les Champs-Elysées lundi vers 17H00, avant d’être reçue par le président de la République au palais de l’Elysée. Les Bleus descendront la prestigieuse avenue depuis le plateau de l’Etoile jusqu’au rond-point des Champs-Elysées. L’équipe de France imitera ses glorieux aînés qui, le 13 juillet 1998, avaient défilé au même endroit à bord d’un bus à impériale, acclamés par un demi-million de personnes.

 

Malgré cette victoire française, le Brésil reste au sommet du palmarès de la Coupe du monde avec cinq victoires, devant l’Allemagne et l’Italie, avec quatre trophées chacune. L’Uruguay et l’Argentine ont aussi été chacuns champions du monde à deux reprises, comme la France. Reste cette deuxième étoile française, vingt ans après la finale France-Brésil de 1998. Et la fierté des joureurs de l’équipe de France. « J’ai couru partout, j’ai craqué, j’ai pleuré car c’est tellement d’émotions, un rêve de gosse, tellement de travail fait tous ensemble », a déclaré l’attaquant Olivier Giroud.

 

«C’est quelque chose d’extraordinaire, on est tellement fier. C’est une belle page qu’on a écrite pour la France, pour l’histoire du football français. »/ Olivier Giroud, attaquant des Bleus/ TV5MONDE

 

15 JUIL 2018/ Mise à jour 15.07.2018/ TV5MONDE/ avec AFP

 

https://information.tv5monde.com/info/la-france-championne-du-monde-de-football-249938

 

Image associée

 

—————————

 

Résultat de recherche d'images pour "mondial 2018, Macron, winner, 2018"

Résultat de recherche d'images pour "Football, mondial 2018, France, victory, 2018"

Leave a reply