ECONOMIE/ BRICS/ CROISSANCE ET INCERTITUDES : nouvelles mesures pour garantir la croissance de l’économie mondiale
30 juillet 2018  >  By:   >  ECONOMIE ET FINANCES, ECONOMIE MONDE, POLITIQUE MONDE  >  No Comment   //   464 Views

 

« Erdogan / « Certains sont jaloux de notre relation avec la Russie » : Le président Erdogan s’est entretenu avec le chef d’Etat russe Poutine. A Johannesburg où il s’est rendu dans le cadre du sommet des Brics, le président Recep Tayyip Erdogan s’est entretenu avec le chef d’Etat russe Vladimir Poutine. Précisant que des développements positifs étaient vécus dans le secteur du tourisme, Erdogan a fait savoir que 6 millions de touristes russes étaient attendus cette année en Turquie. « En plus de cela, notre solidarité sur tous les domaines, rendent certains jaloux. La Turquie et la Russie ont noté un important essor en matière politique, militaire, économique, culturelle et commerciale » a déclaré le président turc. »

 

Résultat de recherche d'images pour "erdogan, South Africa BRICS Summit, july 2018"

 

——————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "brics, south africa, july 2018"

 

1 – ECONOMIE : Les Brics unis contre la guerre commerciale lancée par Trump

 

Les dirigeants des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) réunis en sommet à Johannesburg ont dénoncé jeudi « les défis sans précédent » qui menacent le multilatéralisme, en réponse à la guerre commerciale lancée par les Etats-Unis. Dans une déclaration commune, les présidents russe Vladimir Poutine, chinois Xi Jinping, sud-africain Cyril Ramaphosa, brésilien Michel Temer et le Premier ministre indien Narendra Modi ont fait part de « leur inquiétude concernant les effets des mesures de politique macro-économique prises dans certaines grandes économies avancées ».

 

Ces mesures « peuvent causer une volatilité économique et financière dans les économies émergentes et avoir un impact sur leur perspective de croissance », ont-ils prévenu. « Le système de commerce multilatéral fait face à des défis sans précédent », ont-ils encore relevé, « soulignant l’importance d’une économie mondiale ouverte qui permette à tous les pays et tous les peuples de partager les bénéfices de la mondialisation ».

 

Les cinq pays émergents ont également demandé « à tous les membres de l’Organisation mondiale du commerce de respecter les règles de l’OMC et d’honorer leurs engagements dans un système de commerce multilatéral ». Un appel visant directement les Etats-Unis, qui ont déclenché ces derniers mois les hostilités commerciales contre Pékin, Bruxelles et Moscou entre autres.

 

Le président américain Donald Trump a notamment imposé des taxes douanières sur l’acier et l’aluminium visant surtout la Chine et menace désormais de taxer de façon punitive la totalité des importations chinoises. En 2017, les Etats-Unis ont accusé un déficit commercial de 376 milliards de dollars (323 milliards d’euros) avec la Chine, qu’ils sont bien décidés de réduire.

 

Résultat de recherche d'images pour "South Africa BRICS Summit, july 2018"

 

_ « Partenariat »

Dans ce contexte, les présidents chinois et russe ont insisté jeudi sur la nécessité d’améliorer la coopération entre Brics. M. Xi a appelé le forum des cinq pays émergents, lancé en 2009 et qui représente 40% de la population mondiale, à « déverrouiller le potentiel énorme de (leur) coopération économique ». « Il est nécessaire que les Brics renforcent leur partenariat stratégique » pour faire « de la prochaine décennie une autre décennie en or », a-t-il estimé.

 

Son homologue russe l’a suivi, estimant que les Brics jouaient « un rôle unique dans l’économie mondiale ». « Ils contribuent à hauteur de 42% au PIB mondial et cette part ne cesse de croître », s’est félicité Vladimir Poutine. « En 2017, le commerce entre les Brics a augmenté de 30% et nous comptons développer encore plus ce partenariat », a-t-il assuré, un pin’s des Brics épinglé à son costume.

 

En marge du sommet, le président russe s’est entretenu jeudi avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, invité à Johannesburg comme d’autres pays non membres des Brics. « Nos relations bilatérales s’améliorent sans aucun doute », a déclaré, selon le Kremlin, M. Poutine saluant la coopération entre les deux pays dans la crise syrienne et dans le domaine économique. « Les relations bilatérales se développent rapidement », a confirmé le président turc, cité aussi par le Kremlin qui n’a pas donné plus de détails sur la teneur des discussions.

 

Depuis le début de la crise syrienne en 2011, la Turquie soutient les rebelles qui cherchent à renverser le président Bachar al-Assad, que la Russie et l’Iran appuient militairement. En dépit de leurs positions opposées, Ankara et Moscou coopèrent étroitement sur le dossier syrien depuis l’an dernier. Outre la Turquie, de nombreux pays africains soucieux de développer des relations avec les Brics ont été conviés à participer au sommet de Johannesburg, qui se conclut vendredi.

 

Le chef de l’Etat zimbabwéen Emmerson Mnangagwa, candidat à la présidentielle de lundi dans son pays, a ainsi interrompu brièvement sa campagne électorale pour se rendre dans la capitale économique sud-africaine, a rapporté jeudi le groupe audiovisuel public zimbabwéen ZBC.

 

AFP, publié le jeudi 26 juillet 2018/

 

https://finance.orange.fr/actualite-eco/article/les-brics-unis-contre-la-guerre-commerciale-lancee-par-trump-CNT0000015avkz.html

 

Résultat de recherche d'images pour "South Africa BRICS Summit, july 2018"

 

——————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "july 2018, Brics, african leaders, brics, 2018"

 

2 – Sommet des BRICS : l’Afrique au cœur de la nouvelle guerre commerciale mondiale

 

L’Afrique a été au centre du 10e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres du BRICS qui se tient du 25 au 27 juillet à Johannesburg. Pour les 5 principales économies émergentes du monde, le contexte mondial actuel porté par la succession de bouleversements qui affectent le commerce international font du continent, un partenaire clé. D’autant que dans le sillage de la 4e révolution industrielle qui se met en marche, l’Afrique offre de réelles perspectives de croissance et donc un marché entouré de toutes les convoitises.

 

A Johannesburg, il y a eu un air de Sommet Afrique-BRICS tant le continent a été au cœur du 10e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du bloc des cinq principales économies émergentes du monde qui se tient du 25 au 27 juillet. La présence d’une dizaine de chefs d’Etat témoigne de l’intérêt particulier que les BRICS accordent au Continent mais aussi des enjeux stratégiques pour les pays africains en quête de nouveaux partenaires.

 

Résultat de recherche d'images pour "july 2018, BRICS in africa, summit, 2018, africa"

 

Qu’il s’agisse du sénégalais Macky Sall, du rwandais Paul Kagamé, du togolais Faure Gnassingbé, du namibien Hage Geingob ou du malawite Peter Mutharika, tous ont convergé au centre de Conférence de Sandton où se déroulait le sommet, auquel ont également assisté l’ougandais Yoweri Museveni, le mozambicain Felipe Nyusi ainsi que le zimbabwéen Emmerson Mnangagwa et son homologue angolais Joao Lourenço. Ils devront tous participer ce vendredi 27 juillet au dernier jour du sommet, à un évènement spécial consacré au continent, le «BRICs-Afrique Outreach Dialogue Session ».

 

L’occasion pour les chefs d’Etat d’Afrique et des économies émergentes mais aussi des invités comme le président turc Reccep Tayib Erdogan, d’explorer les voies et moyens de promouvoir leurs partenariats communs mais aussi de faire du business avec des réunions bilatérales ainsi que des rencontres avec les investisseurs qui ont massivement fait le déplacement dans le pays de Mandela.

 

Durant les trois journées d’intenses travaux, Johannesburg a donc été « the place to be » pour les dirigeants africains et du reste, c’est sur le continent qu’a été axée la thématique majeure de ce Sommet symbolique laquelle a été intitulé : « Les BRICS en Afrique : un partenariat pour une croissance inclusive et une prospérité partagée dans la quatrième révolution industrielle ». Dans la déclaration finale du Sommet dite « Déclaration de Johannesburg », le sud-africain Cyril Ramaphosa, le russe Vladimir Poutine, le brésilien Michel Temer, l’indien Narendra Modi et le chinois Xi Jinping ont réitéré tout leur soutien aux efforts des pays africains pour accélérer leur développement dans un monde qui connait de profonde et bouleversantes mutations géopolitique et économique.

 

Un nouveau contexte porté par de nouveaux défis et au sein duquel, l’Afrique se positionne de plus en plus comme un partenaire clé surtout dans le sillage de la nouvelle guerre commerciale qui risque d’hypothéquer les fenêtres d’opportunités qu’offrent la 4e révolution industrielle. Qu’il s’agisse de l’Agenda 2063 de l’UA, des initiatives visant à financer les infrastructures de développement à travers une plus conséquente mobilisation des financements, de la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale (Zlecaf) ou de la présence de l’Afrique au sein du Conseil de sécurité de l’ONU, les BRICS se sont engagés à accompagner le Continent et ont à cet égard, souscrits des engagements dans le cadre de la mise en œuvre des principaux objectifs qu’ils se sont assignés notamment d’ici 2019.

 

Résultat de recherche d'images pour "july 2018, Brics, african leaders, brics, 2018"

 

_ L’Afrique, un partenaire important pour les BRICS…

Comme il fallait s’y attendre et actualité oblige, c’est la nouvelle guerre commerciale engendrée certes par le développement que connaissent les échanges mais également amplifiée par les mesures de protectionnisme du président américain, Donald Trump, qui ont cristallisé les interventions. A ce sujet, c’est le président chinois qui a donné le ton en alertant sur les risques que fait planer sur le monde, « cette guerre au sortir de laquelle il n’y aura ni vainqueur et ni vaincu ». Des menaces à peine voilées dirigées contre le nouveau président américain même si pour Xi Jinping, le monde tend inexorablement vers une « profonde refonte du système de gouvernance mondiale au cours de la prochaine décennie ».

 

Dans son allocution, l’initiateur de « la nouvelle route de la soie » s’est fait le chantre d’un monde multipolaire et d’une accélération de la mondialisation économique malgré toutes les incertitudes et les contingences actuelles. Selon Xi Jinping, autant ces perspectives sont lourdes de défis, autant elles regorgent d’opportunités pour les économies émergentes et les pays en développement, lesquels contribuent déjà à 80% de la croissance économique mondiale et pourraient représenter, d’ici la prochaine décennie, plus de 40% de la production mondiale.

 

« Au rythme actuel, ces pays verront leur production économique approcher la moitié du total mondial en dix ans et l’essor collectif des marchés émergents et des pays en développement est imparable et rendra le développement mondial plus équilibré et la paix mondiale plus fermement fondée » a déclaré le président chinois qui a par conséquent plaidé pour un renforcement du partenariat entre les BRICS et les pays en développement notamment ceux d’Afrique.

 

 « L’Afrique, c’est le continent qui compte le plus de pays en développement et l’Afrique a un potentiel de développement supérieur à tous les autres continents. Nous devons renforcer nos liens avec l’Afrique et contribuer à son développement et nous devons faire des échanges BRICS-Afrique un modèle d’échange entre pays du Sud », a plaidé Xi Jinping.

 

Résultat de recherche d'images pour "africa, automotive industries, african motors, africa"

 

_ … mais aussi un terrain de concurrence pour les BRICS

Comme pour le président chinois, les autres chefs d’Etat des BRICS se sont engagés à accompagner la dynamique actuelle dans le cadre de leur vision commune pour un monde multipolaire, profondément globalisé et où la prospérité est partagée pour le bien de l’humanité. L’hôte du Sommet a ainsi mis en avant d’autres arguments qui plaident pour un renforcement de la coopération avec le continent. « L’Afrique a connu, au cours de la dernière décennie, une croissance de 2 à 3 points de pourcentage, un rythme plus rapide que le PIB mondial. EN 2018, la croissance régionale devant rester stable au-dessus de 5% et devrait s’accélérer les prochaines années », a déclaré Cyril Ramaphosa.

 

« L’Afrique du sud est déterminée à faire en sorte que nos engagements au sein des BRICS et des autres organisations multilatérales favorisent l’intégration et le développement du continent africain. Il y a un grand potentiel d’investissement en Afrique », a ajouté le président sud-africain. Il faut dire qu’en la matière, les facteurs de croissance qui devront porter le développement de l’économie mondiale ont un potentiel assez prononcé sur le continent. La démographie, la montée en puissance de la classe moyenne mais aussi les ressources font que la 4e Révolution industrielle tant chantée se fera avec l’Afrique ou ne se fera pas.

 

Les moteurs de la croissance mondiale qui entament un nouveau cycle de transformation dans les domaines de la science, de la technologie ou de l’industrie sont, en effet, portés par de nouveaux leviers comme l’intelligence artificielle, le big data ou la biotechnologie. De nouvelles industries mais aussi de nouveaux modèles d’échanges commerciaux vont fondamentalement émerger et, comme l’a répété le président chinois, profondément changer la dynamique de développement de l’économie mondiale ainsi que la vie des gens.

 

Des opportunités à saisir particulièrement dans les pays africains et que certaines économies émergentes ont déjà bien intégré à travers leur stratégie de coopération. En pole position, la Chine avec sa « nouvelle route de la soi » et l’Inde avec son « alliance solaire internationale » qui s’accompagnent d’une véritable offensive diplomatique mais aussi économique des pays BRICS en Afrique. Une autre guerre aux allures de guerre d’influence et de positionnement sur fonds de rude concurrence pour un continent qui s’érige désormais comme un des acteurs clés de la nouvelle guerre commerciale qui visiblement ne fait que commencer.

 

Par Aboubacar Yacouba Barma/ 27/07/2018/

 

https://afrique.latribune.fr/economie/strategies/2018-07-27/sommet-des-brics-l-afrique-au-coeur-de-la-nouvelle-guerre-commerciale-mondiale-786327.html

 

Résultat de recherche d'images pour "africa, mega industries, african economy, african motors, africa"

 

——————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "july 2018, Brics, african leaders, brics, 2018"

 

3 – Economie : L’Afrique du Sud salue le succès du sommet des nations BRICS

 

Le gouvernement sud-africain a qualifié de “réussi” le 10ème sommet des nations BRICS regroupant les principaux marchés émergents (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) qui a pris fin vendredi. Ce sommet a réuni des dirigeants des nations BRICS, des délégués des milieux d’affaires et des représentants de pays tiers tels que le Togo et le Rwanda.

 

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a déclaré lors de la conférence de presse à l’issue de cet événement que le sommet des BRICS n’était pas un simple lieu de discussion, mais un forum de cinq pays déterminés à agir, ajoutant que les nations BRICS travailleraient ensemble pour se positionner à la pointe de la 4ème révolution industrielle. Il a souligné que le groupe des BRICS est bien vivant et qu’il a un impact sur la population dans son ensemble.

 

Résultat de recherche d'images pour "new johannesburg city, brics,"

 

C’est la deuxième fois que l’Afrique du Sud accueillait le sommet des BRICS. Le thème du 10ème sommet était “les pays des BRICS en Afrique : collaboration pour une croissance incluante et une prospérité partagée dans le cadre de la 4ème révolution industrielle”. M. Ramaphosa a souligné que l’Afrique du Sud représentait le continent africain à ce sommet, et qu’il s’efforçait à plus d’un titre de profiter de l’effet de levier de cet événement en faveur du développement collectif du continent.

 

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a fait savoir vendredi que les dirigeants des BRICS sont convenus de coopérer pour la quatrième révolution industrielle, soulignant que ce groupe n’était pas un simple “lieu de discussion”. Lors d’une conférence de presse suivant la conclusion du 10e sommet des nations BRICS à Johannesburg, M. Ramaphosa a déclaré que les pays du bloc étaient prêts à s’aider les uns les autres.

 

Interrogé sur la contribution de la Chine en termes de croissance économique, il a répondu que les relations entre la Chine et les autres pays d’Afrique étaient mutuellement bénéfiques. “Nous considérons les relations entre la Chine et les autres pays d’Afrique, et d’ailleurs les autres pays émergents, comme des relations mutuellement bénéfiques, et c’est pourquoi nous considérons nos relations au sein du groupe BRICS comme gagnant-gagnant. Il ne s’agit pas d’un pays qui en tirerait les bénéfices pour lui-même à l’exclusion des autres”, a dit M. Ramaphosa.

 

27 juillet 2018/

 

https://intellivoire.net/lafrique-du-sud-salue-le-succes-du-sommet-des-nations-brics/

 

Résultat de recherche d'images pour "new johannesburg city, brics,"

 

***

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, south africa, export, south african port, vehicles export, 2017, 2018"

 

Brics soutient «l’économie mondiale ouverte» qui profite à toutes les nations

 

Les dirigeants des économies émergentes Brics ont signé une déclaration soulignant l’importance d’une «économie mondiale ouverte», dans laquelle tous les pays bénéficient de la mondialisation. Le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud ont également soutenu un système commercial multilatéral “ouvert et inclusif” en vertu des règles de l’Organisation mondiale du commerce. Mais ils ont dit que le système commercial multilatéral faisait face à des défis sans précédent.

 

Leurs commentaires surviennent alors que les tensions commerciales s’intensifient en raison des tarifs américains. “Nous réaffirmons la centralité du système commercial multilatéral fondé sur des règles, transparent, non discriminatoire, ouvert et inclusif, tel qu’il est incarné par l’Organisation mondiale du commerce, qui favorise un environnement commercial prévisible et la centralité de l’OMC”.dans la déclaration signée par les cinq dirigeants.

 

 Résultat de recherche d'images pour "johannesburg city, brics summit, 2018"

 

Cependant, ils ont ajouté: “Nous reconnaissons que le système commercial multilatéral est confronté à des défis sans précédent. “Nous soulignons l’importance d’une économie mondiale ouverte, permettant à tous les pays et à tous les peuples de partager les avantages de la mondialisation, qui devrait être inclusive et soutenir le développement durable et la prospérité de tous les pays. “Nous appelons tous les membres de l’OMC à respecter les règles de l’OMC et à honorer leurs engagements dans le système commercial multilatéral”.

 

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a souligné jeudi la nécessité pour les BRICS de coopérer en prévision de la quatrième révolution industrielle, qui aura de profondes répercussions sur le monde entier. Le 10e Sommet des nations BRICS, qui dure de mercredi à vendredi, est cette année placé sous le thème ” BRICS en Afrique : Collaborer pour une croissance inclusive et une prospérité partagée à l’heure de la 4e révolution industrielle”.

 

27 juillet 2018/

 

https://intellivoire.net/brics-soutient-leconomie-mondiale-ouverte-qui-profite-a-toutes-les-nations/

 

Résultat de recherche d'images pour "durban port export"

 

——————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "july 2018, Brics, china, brics, 2018"

 

4 – Au sommet des BRICS, le président chinois met en garde Washington

 

A Johannesburg s’est ouvert ce mercredi le sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). Parmi les cinq grandes puissances émergentes, seuls les présidents sud-africains et chinois étaient présents au premier jour. Cyril Ramaphosa et Xi Jinping ont donné le ton de cette dixième rencontre des BRICS, un sommet avec deux préoccupations majeures : le développement du continent africain et la riposte face aux mesures protectionnistes de Donald Trump.

 

L’offensive de Xi Jinping est frontale. A peine le sommet des BRICS ouvert, le président chinois incrimine les Etats-Unis, qu’il accuse de déstabiliser l’ordre mondial. « Une guerre commerciale doit être rejetée parce qu’elle n’aurait aucun vainqueur ». Xi Jinping avoue être confronté « à un choix entre coopération et confrontation ».

 

S’il s’en est d’abord pris à la guerre commerciale menée par Donald Trump, le président chinois a ensuite répété l’autre intérêt de ce sommet des BRICS : l’investissement en Afrique. « L’Afrique est le continent où il y a le plus de pays en développement et l’Afrique a un potentiel de développement supérieur à tous les autres continents. Nous devons renforcer nos liens avec l’Afrique et contribuer à son développement. Et nous devons faire des échanges BRICS-Afrique un modèle d’échange entre pays du Sud ».

 

Résultat de recherche d'images pour "july 2018, Brics, china, Johannesburg city, brics, 2018"

 

A Johannesburg, c’est la carte de la coopération qu’il joue, aux côtés du président sud-africain Cyril Ramaphosa. Pour les deux hommes, les opportunités d’investissement ont lieu entre pays des BRICS, mais aussi en Afrique. Le continent a une croissance de 2 ou 3 points au-dessus de la croissance mondiale, a tenu à rappeler le président sud-africain.

 

« En tant qu’Afrique du Sud, nous sommes déterminés à ce que nos engagements au sein des BRICS et d’autres plateformes multilatérales favorisent l’intégration et le développement du continent africain. Il y a un grand potentiel d’investissement en Afrique », a-t-il déclaré dans son discours et publié sur son compte Twitter, tout en ajoutant : « Au cours de la dernière décennie, l’Afrique a connu une croissance de 2 à 3 points de pourcentage plus rapide que le PIB mondial, la croissance régionale devant rester stable au-dessus de 5% en 2018 ».

 

Cyril Ramaphosa souhaite voir le forum de coopération BRICS-Afrique signer de nouveaux partenariats dans les deux prochains jours à Johannesburg. Pour cela, il recevra la visite de 8 chefs d’Etat africains pendant le sommet.

 

Par RFI/ Publié le 25-07-2018/ Modifié le 25-07-2018/

 

http://www.rfi.fr/afrique/20180725-sommet-brics-le-president-chinois-met-garde-washington-guerre-commerciale

 

Image associée

 

——————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "july 2018, Brics, african leaders, brics, 2018"

 

5 – Rwanda-Chine : quinze accords pour renforcer la coopération bilatérale

 

La tournée africaine du président chinois Xi Jinping, arrivé dans la capitale rwandaise Kigali dimanche soir, après avoir quitté Dakar, a été l’occasion de signer 15 accords bilatéraux ce début de semaine entre les deux pays. Selon le dirigeant de l’Empire du Milieu, ces accords viennent consolider les relations d’amitié sino-rwandaises.

 

La Chine et le Rwanda ont décidé de renforcer leurs relations de coopération. Les deux pays ont signé en début de semaine 15 accords bilatéraux dans des secteurs importants comme ceux de la santé, du transport aérien et routier, du commerce électronique, de la culture et des sciences. Signés au siège de la présidence rwandaise au cours d’une cérémonie retransmise en direct sur la chaîne de télévision publique, en présence des deux chefs d’Etat rwandais, Paul Kagamé, et chinois, Xi Jinping, ces accords portent contribueront à l’extension de l’influence de l’Empire du Milieu en Afrique.

 

«La signature de ces accords bilatéraux témoigne de ce qui est possible entre nos deux pays. Mais aussi entre la Chine et le continent africain. Monsieur le président, j’espère vous accueillir une nouvelle fois au Rwanda», a déclaré Paul Kagamé. «Une seconde visite du président chinois au Rwanda signifierait la signature d’accords supplémentaires avec des retombées économiques importantes pour le pays. Le président Kagamé en a conscience. Ce qui explique cet appel lancé au chef d’Etat chinois», commente une source citée par la presse locale.

 

Résultat de recherche d'images pour "Rwanda-Chine, kigali, july 2018"

 

_ Consolider le partenariat sino-rwandais

Répondant à son hôte rwandais, le président Xi Jinping a indiqué que son séjour lui a permis de découvert «un pays dynamique, bien organisé qui progresse dans son développement». «Nous nous soutenons mutuellement. Et nous allons continuer d’avancer ensemble, en tenant compte de nos réalités nationales respectives. Nous reconnaissons tous deux la nécessité de relier nos stratégies de développement», a poursuivi le président chinois. «Je suis ici dans le but de consolider l’amitié qui unit le Rwanda et la Chine pour travailler avec le président Kagamé sur l’avenir de nos relations bilatérales et sur la coopération amicale qui lie la Chine à l’Afrique », a laissé entendre le chef d’Etat chinois.

 

Notons que cette visite du président Xi Jinping s’inscrit dans le cadre de sa tournée africaine. Arrivé au Rwanda du Sénégal où il s’est déclaré en faveur du renforcement des liens avec l’Afrique, il s’est ensuite rendu en Afrique du Sud où il participe, depuis ce mercredi, au Sommet des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).

 

Par Emmanuel Atcha / 25/07/2018/

 

https://afrique.latribune.fr/afrique-de-l-est/rwanda/2018-07-25/rwanda-chine-quinze-accords-pour-renforcer-la-cooperation-bilaterale-786188.html

 

Résultat de recherche d'images pour "kigali city, july 2018"

 

——————————–

 

Image associée

 

6 – Erdogan: « Certains sont jaloux de notre relation avec la Russie »

 

Le président Erdogan s’est entretenu avec le chef d’Etat russe Poutine. A Johannesburg où il s’est rendu dans le cadre du sommet des Brics, le président Recep Tayyip Erdogan s’est entretenu avec le chef d’Etat russe Vladimir Poutine. Précisant que des développements positifs étaient vécus dans le secteur du tourisme, Erdogan a fait savoir que 6 millions de touristes russes étaient attendus cette année en Turquie.

 

Résultat de recherche d'images pour "russia, turkey, nuclear"

 

« En plus de cela, notre solidarité sur tous les domaines, rendent certains jaloux. La Turquie et la Russie ont noté un important essor en matière politique, militaire, économique, culturelle et commerciale » a déclaré le président turc. De son côté, le chef d’Etat russe a salué le renforcement des relations bilatérales. « Nos deux pays vont continuer de coopérer pour surmonter les diverses crises. » a-t-il indiqué, tout en se disant heureux de s’entretenir avec son homologue turc et de mener des travaux conjoints. A l’issue de ce point de presse, les deux leaders ont entamé leur tête-à-tête à huis clos. 

 

26.07.2018 ~ 30.07.2018

 

http://www.trt.net.tr/francais/turquie/2018/07/26/erdogan-certains-sont-jaloux-de-notre-relation-avec-la-russie-1020355

 

Résultat de recherche d'images pour "erdogan, putin, nuclear"

 

——————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "brics, turkey, economy, 2018"

 

7 – Les opportunités offertes par les BRICS à la Turquie

 

Le Président turc a été spécialement invité au 10ème sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) qui se tiendra du 25 au 27 juillet, à Johannesburg, la capitale économique de l’Afrique du Sud. Le dixième sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) se tiendra du 25 au 27 juillet, à Johannesburg, la capitale économique de l’Afrique du Sud.

 

Recep Tayyip Erdogan, président de la République de Turquie, a été spécialement invité à l’évènement en sa qualité de président en exercice de l’Organisation de la coopération islamique (OCI). Il s’agit de la seconde rencontre internationale d’envergure à laquelle prendra part le Président Erdogan depuis sa réélection à la tête de la Turquie le 24 juin dernier, après le sommet de l’OTAN.

 

Erdogan et les leaders des BRICS vont principalement évoquer l’économie mondiale et le commerce ıinternational au cours de leurs échanges, une aubaine pour la Turquie en vue de diversifier ses partenaires.Abubekir Salim, président de l’Association des Industriels et des Hommes d’Affaires indépendants turcs (MUSIAD) en Afrique du Sud, a évoqué au micro d’Anadolu Agence (AA), l’importance de la participation du président Erdogan au sommet des BRICS.

 

 

‘’Les pays tels que la Chine et l’Inde, grâce à leurs fortes populations et leurs efforts sur le plan économique, tentent de briser le monopole des pays occidentaux’’, affirme l’opérateur économique turc avant d’ajouter :‘’Les BRICS prévoient de mettre sur pied un nouveau système financier à l’horizon 2025, ce qui leur permettra non seulement de mieux se soutenir, mais aussi et surtout de trouver des alternatives aux structures financières mondiales, notamment le FMI et la Banque mondiale.’’ ‘’La Turquie, bien que non membre des BRICS, a été conviée au sommet avec le statut d’invité spécial. Cette invitation est une grosse opportunité en vue de développer l’économie turque.

 

La coopération économique et la lutte contre le terrorisme seront au menu des échanges tête-à-tête entre le président Erdoğan et les leaders des BRICS (…) le pouvoir économique des BRICS sera supérieur à celui des nations occidentales d’ici 2030’’, a-t-il conclu. Il faut noter que le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud constituent 40% de la population, plus de 20% de l’économie mondiales et 17% du commerce globale. Ces cinq nations ont réalisé 5,9 trillions de dollars en termes de commerce international l’an dernier. Au courant de la même période, les échanges commerciaux entre les BRICS et la Turquie ont atteint 60,7 milliards de dollars.

 

Turquie/ 25.07.2018/ Dilara Zengin,Tuncay Çakmak/ Ankara

 

https://www.aa.com.tr/fr/turquie/les-opportunit%C3%A9s-offertes-par-les-brics-%C3%A0-la-turquie/1213304

 

Résultat de recherche d'images pour "turkey, ankara city, 2018"

 

——————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "brics, south africa, july 2018"

 

Leave a reply