CORONAVIRUS/ SOCIAL/ INFORMATIQUE : à l’ombre du Coronavirus et des confinements, faits et méfaits
13 avril 2020  >  By:   >  A LA UNE, ELECTRONIQUE/ NUMERIQUE/ INFORMATIQUE, INFORMATIONS GENERALES, SANTE PUBLIQUE/ TECHNOLOGIES MEDICALES  >  No Comment   //   323 Views

 

« Coronavirus/ Informatique/ Comment l’intelligence artificielle s’attaque au Covid-19 : Technologie : De la modération des médias sociaux à la découverte de l’essence même du coronavirus, l’IA contribue largement à la lutte contre le Covid-19. Voici de quelles manières cette technologie est utilisée. Alors que le coronavirus continue de se propager dans le monde entier, les entreprises et les chercheurs cherchent à utiliser l’intelligence artificielle pour relever les défis posés par celui-ci. Voici quelques exemples de projets utilisant l’IA pour lutter contre la pandémie. »

 

CyberSecurity | University of Houston-Downtown

 

———————————

 

AI tool predicts which coronavirus patients get deadly 'wet lung ...

 

1 – Coronavirus/ Informatique : Comment l’intelligence artificielle s’attaque au Covid-19

 

Technologie : De la modération des médias sociaux à la découverte de l’essence même du coronavirus, l’IA contribue largement à la lutte contre le Covid-19. Voici de quelles manières cette technologie est utilisée. Alors que le coronavirus continue de se propager dans le monde entier, les entreprises et les chercheurs cherchent à utiliser l’intelligence artificielle pour relever les défis posés par celui-ci. Voici quelques exemples de projets utilisant l’IA pour lutter contre la pandémie.

 

Artificial intelligence-created medicine to be used on humans for ...

 

_ Trouver des médicaments qui ciblent le virus

Un certain nombre de projets de recherche utilisent l’IA pour identifier des médicaments qui ont été développés pour lutter contre d’autres maladies mais qui pourraient maintenant être réutilisés dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. En étudiant la configuration moléculaire des médicaments existants avec l’IA, les entreprises veulent identifier ceux qui pourraient perturber le développement du coronavirus.

 

BenevolentAI, une société de recherche en médicaments basée à Londres, a commencé à s’intéresser au problème posé par le coronavirus fin janvier. Le graphique de connaissances de la société, alimenté par l’IA, permet de digérer de grands volumes de littérature scientifique et de recherche biomédicale pour trouver des liens entre les propriétés génétiques et biologiques des maladies et la composition et l’action des médicaments.

 

La société s’était auparavant concentrée sur les maladies chroniques plutôt que sur les infections, mais elle a pu réoutiller le système pour qu’il fonctionne avec le Covid-19 en l’alimentant des dernières recherches sur le virus. « En raison de la quantité de données produites sur le Covid-19 et de notre capacité à lire par machine de grandes quantités de documents à l’échelle, nous avons pu adapter [le graphique des connaissances] afin de prendre en compte les types de concepts qui sont plus importants en biologie, ainsi que les dernières informations sur le Covid-19 lui-même », explique Olly Oechsle, ingénieur logiciel en chef chez BenevolentAI.

 

Artificial intelligence used to predict which coronavirus patients ...

 

Au contraire d’une grande partie de la recherche biomédicale qui s’est développée autour des maladies chroniques au cours des décennies, celle concernant le Covid-19 n’a que quelques mois. Mais les chercheurs peuvent utiliser les informations dont ils disposent pour traquer d’autres virus présentant des éléments similaires, voir comment ils fonctionnent, puis déterminer quels médicaments pourraient être utilisés pour inhiber le virus.

 

« Le processus d’infection du Covid-19 a été identifié relativement tôt. On a découvert que le virus se liait à une protéine particulière à la surface des cellules, appelée ACE2. Et ce que nous pourrions faire avec notre graphique de connaissances est d’examiner les processus entourant cette ingestion du virus et sa réplication, plutôt que tout ce qui est spécifique au Covid-19 lui-même. Cela nous permet d’examiner beaucoup plus en arrière la littérature qui concerne les différents coronavirus, y compris le SRAS, etc. et tous les types de biologie qui se déroulent dans ce processus d’ingestion de virus dans les cellules », explique ainsi Olly Oechsle.

 

Le système a suggéré un certain nombre de composés qui pourraient potentiellement avoir un effet sur le Covid-19, y compris, et c’est le plus prometteur, un médicament appelé Baricitinib. Ce médicament est déjà autorisé pour traiter la polyarthrite rhumatoïde. Comme le Baricitinib travaille à amortir les processus inflammatoires qui peuvent causer les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde, il peut jouer un rôle similaire contre le Covid-19, qui peut provoquer une réaction inflammatoire aiguë et envoyer les patients en soins intensifs.

 

Oil slips on US inventory build-up and continued worries over ...

 

_ Eclaircir la structure du coronavirus

DeepMind, la branche IA de la société mère de Google, Alphabet, utilise les données sur les génomes pour prédire la structure des protéines des organismes, ce qui pourrait permettre de déterminer quels médicaments pourraient agir contre le Covid-19. DeepMind a publié une bibliothèque de deep learning appelée AlphaFold, qui utilise les réseaux de neurones pour prédire comment les protéines qui composent un organisme se courbent ou se froissent en fonction de leur génome.

 

Les structures des protéines déterminent la forme des récepteurs dans les cellules d’un organisme. Une fois que l’on connaît la forme du récepteur, il devient possible de déterminer quels médicaments pourraient s’y fixer et perturber les processus vitaux au sein des cellules : dans le cas du Covid-19, en perturbant la façon dont il se fixe aux cellules humaines ou en ralentissant la vitesse à laquelle il se reproduit, par exemple.

 

How Artificial Intelligence Is Helping Fight The COVID-19 Pandemic

 

Après avoir formé AlphaFold sur de grands ensembles de données génomiques, qui démontrent les liens entre le génome d’un organisme et la façon dont ses protéines sont façonnées, DeepMind a mis AlphaFold au travail sur le génome du Covid-19.

« Nous soulignons que ces prédictions de structure n’ont pas été vérifiées expérimentalement, mais nous espérons qu’elles pourront contribuer à l’interrogation de la communauté scientifique sur le fonctionnement du virus, et servir de plateforme de génération d’hypothèses pour de futurs travaux expérimentaux dans le développement de thérapies », précise DeepMind.

Ou, pour le dire autrement, DeepMind n’a pas testé les prévisions d’AlphaFold en dehors d’un ordinateur, mais il diffuse les résultats au cas où les chercheurs pourraient les utiliser pour développer des traitements contre le Covid-19.

 

Can distributed computing help speed up the coronavirus vaccine ...

 

_ Détecter l’apparition et la propagation de nouvelles maladies

On pense que les systèmes d’intelligence artificielle ont été parmi les premiers à détecter que l’épidémie de coronavirus, à l’époque où elle était encore localisée dans la ville chinoise de Wuhan, pourrait devenir une véritable pandémie mondiale. HealthMap, un système de surveillance de l’influenza aviaire affilié à l’hôpital pour enfants de Boston, a ainsi détecté le nombre croissant de cas de pneumonie inexpliqués peu avant les chercheurs, bien qu’il n’ait classé la gravité de l’épidémie que dans la catégorie « moyenne ».

 

« Nous avons identifié les premiers signes de l’épidémie en exploitant la langue chinoise et les médias locaux – WeChat, Weibo – pour souligner le fait que ces outils pouvaient servir à découvrir ce qui se passe dans une population », a déclaré John Brownstein, professeur à la Harvard Medical School et directeur de l’innovation à l’hôpital pour enfants de Boston, lors de la conférence virtuelle sur le Covid-19 et l’IA du Stanford Institute for Human-Centered Artificial Intelligence.

 

Artificial intelligence applications surge as China battles to ...

 

Les épidémiologistes humains de ProMed, un groupe de notification des maladies infectieuses, ont publié leur propre alerte juste une demi-heure après HealthMap, et John Brownstein a également reconnu l’importance des virologistes humains dans l’étude de la propagation de l’épidémie. « Ce que nous avons rapidement réalisé, c’est qu’autant il est facile de parcourir le web pour créer une liste de cas vraiment détaillée dans le monde entier, mais quand il faut une réelle armée de personnes, cela ne peut pas se faire uniquement par apprentissage automatique et grattage du web », explique-t-il. HealthMap s’est également appuyé sur l’expertise de chercheurs d’universités du monde entier, utilisant des « sources officielles et non officielles » pour alimenter la liste des cas.

 

Les données générées par HealthMap ont été rendues publiques pour être passées au peigne fin par les scientifiques et les chercheurs à la recherche de liens entre la maladie, certaines populations et les mesures de confinement. Les données ont déjà été combinées avec des données sur les mouvements humains, glanées à Baidu, pour voir comment la mobilité des populations et les mesures de contrôle ont affecté la propagation du virus en Chine. HealthMap a continué à suivre la propagation du coronavirus tout au long de l’épidémie, en visualisant sa propagation à travers le monde par temps et par lieu.

 

Coronavirus Emergency Declared; WHO Downplays Trade Impact ...

 

_ Améliorer l’imagerie médicale

La start-up canadienne DarwinAI a développé un réseau neuronal qui permet de détecter les signes d’infection par le Covid-19 sur les rayons X. Si l’utilisation de prélèvements sur les patients est la méthode par défaut pour le dépistage du coronavirus, l’analyse des radiographies pulmonaires pourrait offrir une alternative aux hôpitaux qui n’ont pas assez de personnel ou de kits de dépistage pour traiter tous les patients rapidement.

 

How AI might help us diagnose and track COVID-19 - Futurithmic

 

DarwinAI a lancé COVID-Net en tant que système open source, et « la réponse a été tout simplement écrasante », raconte ainsi Sheldon Fernandez, le PDG de DarwinAI. D’autres ensembles de données de rayons X ont été fournis pour former le système, qui a maintenant appris à partir de plus de 17 000 images, tandis que des chercheurs d’Indonésie, de Turquie, d’Inde et d’autres pays travaillent maintenant tous sur le Covid-19. « Une fois que vous l’avez mis sur le marché, vous avez très vite 100 yeux sur lui, et vous recevez très rapidement des pistes pour l’améliorer », explique Sheldon Fernandez.

 

L’entreprise travaille actuellement à faire passer COVID-Net d’une mise en œuvre technique à un système pouvant être utilisé par le personnel de santé. Elle développe également un réseau neuronal pour les patients à risque qui ont contracté le Covid-19, afin de séparer ceux qui sont porteurs du virus et qui feraient mieux de se rétablir chez eux en isolement, de ceux qui nécessitent d’aller à l’hôpital.

 

Covid-19 dans le monde : l'épidémie se répand dans presque tous ...

 

_ Suivre les effets du virus et de l’isolement sur la santé mentale

Johannes Eichstaedt, professeur assistant au département de psychologie de l’université de Stanford, a examiné les messages Twitter pour estimer comment le Covid-19, et les changements qu’il a apportés à notre façon de vivre, affecte notre santé mentale. En utilisant une analyse de texte basée sur l’IA, Johannes Eichstaedt a interrogé plus de deux millions de tweets comportant des termes liés au coronavirus en février et mars, et les a combinés avec d’autres ensembles de données sur des facteurs pertinents, notamment le nombre de cas de décès, la démographie et plus encore, pour mettre en lumière les effets du virus sur la santé mentale.

 

L’analyse a montré qu’une grande partie des messages liés au Covid-19 dans les zones urbaines était centrée sur l’adaptation à la vie avec l’infection et la prévention de sa propagation. Les zones rurales ont beaucoup moins discuté de ce sujet. Le psychologue a déduit que ce comportement était lié à la prévalence relative de la maladie dans les zones urbaines par rapport aux zones rurales, ce qui signifie que les habitants du pays ont été moins exposés à la maladie et à ses conséquences. 

« Nous devons vraiment mesurer l’impact du Covid-19 sur le bien-être, et nous devons très rapidement réfléchir à des soins de santé mentale évolutifs. Il est temps de mobiliser des ressources pour y parvenir », alerte Johannes Eichstaedt lors de la conférence virtuelle de Stanford.

 

Map tracks novel coronavirus spread in countries around the world ...

 

_ Prévoir la propagation de la maladie en ville

Kaggle, la communauté de machine learning appartenant à Google, lance à ses membres un certain nombre de défis liés au Covid-19, notamment la prévision du nombre de cas et de décès par ville afin de déterminer exactement pourquoi certains endroits sont plus touchés que d’autres. « Le but ici n’est pas de construire un autre modèle épidémiologique… il existe beaucoup de bons modèles épidémiologiques. En fait, la raison pour laquelle nous avons lancé ce défi est d’encourager notre communauté à jouer avec les données et à essayer de distinguer les facteurs qui sont à l’origine des différences de taux de transmission entre les villes », explique le PDG de Kaggle, Anthony Goldbloom, lors de la conférence de Stanford.

 

Actuellement, la communauté travaille sur un ensemble de données sur les infections dans 163 pays à partir de deux mois de cette année pour développer des modèles et interroger les données sur les facteurs qui prédisent la propagation. La plupart des modèles de la communauté ont produit des graphiques d’importance pour montrer les éléments qui peuvent contribuer aux différences entre les cas et les décès.

 

Jusqu’à présent, précise Anthony Goldbloom, la latitude et la longitude apparaissent comme ayant une incidence sur la propagation du Covid-19. La prochaine génération de diagrammes d’importance des caractéristiques pilotés par l’apprentissage machine permettra de découvrir les véritables raisons des variations géographiques.

 

Robots may become heroes in war on coronavirus - RFI

 

« Ce n’est pas le pays qui explique les différences de taux de transmission entre les pays, mais plutôt les politiques de ce pays, ou les normes culturelles concernant les câlins et les baisers, ou encore la température. Nous nous attendons à ce qu’à mesure que les gens itéreront sur leurs modèles, ils apporteront des ensembles de données plus granulaires et nous commencerons à voir ces graphiques d’importance variable devenir beaucoup plus intéressants et à distinguer les facteurs les plus importants qui expliquent les différences de taux de transmission entre les différentes villes. C’est un phénomène à surveiller », ajoute Anthony Goldbloom.

 

Source : www.zdnet.fr/ ZDNet.com/ Avril 2020

 

https://www.zdnet.fr/actualites/comment-l-intelligence-artificielle-s-attaque-au-covid-19-39902039.htm/

 

Coronavirus: China's tech fights back - BBC News

 

——————————–

 

Un immense musicien»: les derniers hommages à Manu Dibango, mort ...

 

2 – Coronavirus/ Gouvernance : En Afrique, le coronavirus met en danger les élites dirigeantes

 

Le Covid-19 menace une classe politique mondialisée et voyageuse, autant qu’elle met à nu leurs défaillances en matière de santé publique.

 

5 Top State Universities Teaching Hospitals In Nigeria (Photos ...

 

Analyse. A Londres, Abba Kyari avait ses habitudes dans l’hôpital où il était soigné par des médecins de renom. Parfois, ce septuagénaire à la santé fragile quittait discrètement Abuja, la capitale fédérale nigériane, dans l’urgence. Ces dernières années, son ami, le président Muhammadu Buhari, 77 ans, dont il est le chef de cabinet, s’est lui aussi absenté du pays plusieurs mois durant pour traiter ses problèmes de santé au bord de la Tamise. De retour de Londres, l’une des neuf filles du chef de l’Etat a été diagnostiquée positive au Covid-19 et placée en quarantaine. Abba Kyari, lui, a probablement contracté le coronavirus lors d’une récente mission en Allemagne.

 

Le plus influent des conseillers de M. Buhari, testé négatif au Covid-19, se retrouve contraint de se soigner dans son pays, première puissance économique d’Afrique, qui consacre à peine plus de 4 % de son budget à la santé. « J’ai pris mes propres dispositions en matière de soins pour éviter de surcharger davantage le système de santé publique, qui est soumis à tant de pressions », a tenu à préciser dans un communiqué M. Kyari, sans doute peu désireux de s’infliger le calvaire des hôpitaux publics négligés par son administration.

 

Coronavirus: le président de la Commission de l'Union africaine ...

 

Le Covid-19 n’épargne pas la classe dirigeante africaine, globalisée et voyageuse, clientèle dépensière dans les prestigieux hôpitaux d’Europe, d’Asie, de Suisse, d’Arabie saoudite ou d’Israël. Ils sont même les premiers touchés. Bloqués chez eux par les suspensions des vols suivies des fermetures de frontières et des mesures de confinement, les voilà soudain confrontés aux conséquences concrètes de leurs politiques sur un continent qui se contente de seulement 1 % des dépenses mondiales de santé, et se débat avec deux docteurs pour 10 000 habitants.

 

Les hôpitaux publics d’Afrique ne disposent en moyenne que de 1,8 lit pour 1 000 personnes. Les conditions de prise en charge dans ces établissements sont régulièrement dénoncées, parfois images à l’appui, accompagnées du hashtag #BalanceTonHopital sur les réseaux sociaux francophones.

 

South Africans urged to use legitimate sources for coronavirus ...

 

_ « Pris à leur propre piège »

« Premiers concernés par le Covid-19, les dirigeants doivent à la fois se soigner ou se protéger, tout en essayant de gérer cette crise et de masquer leurs échecs en matière de santé publique, constate Jean-Paul Bado, historien franco-burkinabé de la santé et de la médecine en Afrique. Ils sont en quelque sorte pris à leur propre piège et c’est une première. » Du Mali au Zimbabwe, de la République démocratique du Congo (RDC) à la Côte d’Ivoire, les chefs d’Etat, leurs conseillers et leurs ministres de même que leurs proches peinent à contenir leurs inquiétudes au gré des résultats rendus par les rares tests disponibles sur le continent. Comme autant de verdicts sanitaires augurant des changements subis de gouvernance.

 

Des gouvernements et des Parlements entiers sont confinés. Des Etats se retrouvent paralysés sur le plan politique, ou techniquement ralentis. Au Burkina Faso, par exemple, au moins six ministres, dont deux guéris, et le chef d’état-major général des armées sont ainsi infectés. Le Covid-19 a pris la forme d’un virus politique et urbain d’abord, révélateur des défaillances des pouvoirs en place. 

 

Coronavirus: «Mettre en place un système de prise en charge des ...

 

Pour John Nkengasong, directeur du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC-Africa) rattaché à l’Union africaine, « les politiciens sont les premiers responsables des faiblesses des systèmes et infrastructures de santé et les premiers à devoir trouver des solutions, dans l’urgence ». Ce virologue camerounais craint « le pire », faute de ressources disponibles. « Si le Covid-19 a, dans certains pays africains, affecté d’abord les élites, il se répand désormais dans les quartiers populaires où les indicateurs d’accès aux soins sont aussi préoccupants que les risques d’une propagation rapide », dit-il.

 

Comment justifier auprès de la population la disponibilité d’un seul respirateur artificiel dans les hôpitaux publics de Conakry, la capitale de la Guinée, où un premier cas a été diagnostiqué mi-mars ? Le pouvoir, de plus en plus contesté, du président Alpha Condé avait pourtant feint de renforcer les capacités médicales après l’épidémie due au virus Ebola en Afrique de l’Ouest entre 2014 et 2016 qui avait fait 11 300 morts.

 

School of Medicine physicians, researchers tackle coronavirus ...

 

« Le Covid-19 est perçu par une partie de la population guinéenne comme un virus importé du Nord par les élites occidentales et locales. Ces dernières ne se sentaient pas vraiment menacées par Ebola, un danger venu de la brousse, à l’intérieur du pays », observe l’anthropologue de l’Ecole nationale supérieure de Lyon, Frédéric Le Marcis. Depuis Conakry où il exerce pour l’Institut de recherche pour le développement, ce chercheur note que « le contexte électoral [législatives et référendum constitutionnel organisés le 22 mars] a nui à l’efficacité de la réponse politique et sanitaire à l’épidémie, du moins au début. En outre, les élites contaminées ont traité le coronavirus avec une certaine légèreté, y compris pour leur propre cas. »

 

En RDC, il n’y a qu’une cinquantaine d’appareils d’assistance respiratoire pour plus de 80 millions d’habitants vivant sur un territoire aussi vaste que l’Europe occidentale. Certains pays du continent n’en disposent d’aucun en état de fonctionner. Ce qui renforce les angoisses dans les villes, où le confinement – parfois imposé par la force militaire et mal expliqué – peut être perçu comme une oppression de plus et une asphyxie de la si vitale économie informelle. Le tout conjugué à un risque de pénurie alimentaire.

 

Coronavirus en Guinée: de nouveaux cas, mais avec une "bonne ...

 

_ « Procès populaires contre l’Etat »

L’historien et archiviste paléographe sénégalais Adama Aly Pam voit là les conditions réunies pour qu’émergent des mouvements urbains de protestation menés par ceux qui n’ont rien à perdre à défier des régimes jusque-là indifférents à leur santé, à leur vie. « Les centres urbains d’Afrique sont d’extraordinaires lieux de ségrégation, que ce soit par le pouvoir, l’argent, le logement et l’accès aux soins, explique l’intellectuel. Cette pandémie exacerbe les inégalités sociales et renforce les sentiments d’injustice face à la santé. Elle augure forcément des contestations politiques en Afrique ».

 

 Dr Adama Aly PAM nommé à un poste prestigieux à l'UNESCO

 

Au risque de voir ces éventuelles agitations sociales affaiblir des régimes dirigés par des chefs d’Etat âgés, à la santé fragile, et qui peinent à entretenir l’illusion d’un pouvoir fort ? Des régimes autoritaires en Afrique subsaharienne pourraient se révéler « incapables de démontrer un minimum de prise face aux chocs sanitaires et économiques [et] pourraient être fortement contestés », écrivent des diplomates du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie (CAPS) du ministère français des affaires étrangères dans une note rendue publique par Le Monde« Plusieurs Etats fragiles vont se trouver encore davantage contestés, et incapables d’assumer leurs responsabilités régaliennes et westphaliennes », se risquent à prédire ces analystes français.

 

Dans une autre étude consacrée à l’Afrique, dévoilée par le journal économique La Tribune et que Le Monde Afrique s’est procurée, le CAPS évoque un « virus politique » et n’exclut pas que « cette crise pourrait être le dernier étage du procès populaire contre l’Etat. » Plus que le patient zéro, c’est le « mort zéro » présidentiel et une propagation massive du Covid-19 déclencheur d’incertaines révoltes qui créent la panique dans certains cénacles de pouvoir.

 

Source : www.lemonde.fr/ Par Joan Tilouine / Publié le 03 avril 2020 / Mis à jour le 05 avril 2020/

 

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/04/03/en-afrique-le-covid-19-met-en-danger-les-elites-dirigeantes_6035384_3212.html/

 

Africa Puts Coronavirus Restrictions on U.S., China, Europe

 

——————————–

 

Roiled by coronavirus panic, markets demand fresh stimulus ...

 

3 – SOCIAL/ BOURSES/ ÉNERGIE/  COMMERCE…: LE CORONAVIRUS CONTAMINE L’ÉCONOMIE MONDIALE

Des entreprises à l’arrêt, des cours de bourse qui plongent, la chaîne d’approvisionnement mondiale qui se grippe, des États qui se confinent… Alors que l’épidémie de Covid-19 s’étend dans le monde, la croissance économique est revue à la baisse. États et institutions financières essaient de soutenir l’activité mondiale mais avec des résultats limités. Alors que l’épidémie de Covid-19 s’étend dans le monde, la croissance mondiale tourne au ralenti.

 

Cuomo declares state of emergency in New York as coronavirus cases ...

 

_ L’ÉCONOMIE MONDIALE TOURNE AU RALENTI

Le Covid-19 met « l’économie mondiale en danger », avertit l’OCDE. L’organisation de développement économique baisse ses prévisions de croissance de 0,5 point et table sur une augmentation du PIB mondial de 2,4 %, la plus faible hausse depuis la fin de la crise financière. La Chine devrait connaitre l’un de ses plus forts ralentissements de sa croissance des vingt dernières années à seulement 4,9 %. Le reste du monde n’est pas épargné, notamment l’Europe, deuxième continent le plus touché par le virus. La croissance du PIB français devrait plafonner à 0,9 % contre 1,2 % prévue en novembre dernier. En 2002-2003, les six mois d’épidémie du SRAS avaient causé un ralentissement de l’économie chinoise de 1,2 % et de 0,2 % au niveau mondial.

 

Impact économique du Coronavirus : Bercy annonce des mesures pour ...

 

_ LE COMMERCE MONDIAL SE GRIPPE

Il a fallu moins d’un mois pour que le commerce mondial déraille. Au plus fort de la crise en Chine, 80 % du PIB du pays était impacté. Une onde de choc pour le commerce mondial. La Chine compte pour un quart de la production mondiale. Elle concentre 27% de la production d’ordinateurs mondiale et 60% de la production de paracétamol…mais est aussi un donneur d’ordre de poids en Asie ainsi qu’un gros marché mondial pour des secteurs comme le luxe (35% des ventes), l’automobile (40% des ventes de Volkswagen) ou l’électronique (20% des ventes d’Apple), souligne un rapport de KYU associés. Aujourd’hui, 50 à 70 % de l’économie chinoise a redémarré mais, désormais, ce sont désormais les entreprises européennes qui sont à l’arrêt. Selon Euler Hermes, la baisse des exportations mondiales se chiffrerait à 320 milliards de dollars de biens et de services pour ce seul trimestre. 

 

Bourses, énergie commerce... le coronavirus contamine l'économie ...

 

 _ LA DEMANDE ÉNERGÉTIQUE CONTAMINÉE

Lundi 9 mars, le baril de brut plonge et passe sous la barre des 30 dollars, en raison de la guerre des prix lancée par l’Arabie saoudite. Le cours de Bourse de Total a chuté de 45 % depuis trois semaine. Depuis le cours a remonté vers 35 $ mais selon UBS, la « valeur marginale d’un baril tend vers zéro ». Et les tensions risquent de durer face au recul de la demande et la hausse des stocks. Selon l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), la demande de pétrole devrait fortement baisser avec « la contraction profonde de la consommation pétrolière en Chine (14 % de la consommation mondiale et 80 % de la croissance de la demande, ndr) et des perturbations importantes des voyages et du commerce dans le monde ». Les autres énergies – charbon, gaz et renouvelables – devraient également être affectées par la crise, précise l’AIE.

 

Coronavirus : Paris, New York, Tokyo... les Bourses mondiales s ...

 

_ LES BOURSES CÈDENT À LA PANIQUE

En début de semaine, les mauvaises nouvelles sur la contagion du virus et la chute du prix du pétrole font souffler un vent de panique sur les marchés mondiaux. Au point de rappeler les pires heures de la crise financière de 2008. Les bourses asiatiques dévissent et, dans leur sillage, les bourses européennes et américaines. Le 9 mars, véritable lundi noir, Tokyo clôture en retrait 5,07 %, le CAC40 plonge de 8,39 %, sa pire séance depuis 2008, le DAX30 de 7,94 %, le MIB milanais de 11,17 %, le Dow Jones de 7 %… Le S&P500 a même vu ses échanges interrompus pour stopper la frénésie baissière. Le rebond du mardi aura été de courte durée, en fin de semaine, les différentes annonces de confinements et de protectionnisme ont refait plonger les bourses et cela continue de plus belle ce lundi avec les nouvelles mesures de restriction des déplacements qui se multiplient. A ce stade, pour les analystes, la condition d’un retour au calme durable est la stabilisation du nombre de cas de coronavirus, ce qui ne semble pas à l’ordre du jour. 

 

Le "coronakrach", pire que la crise de 2008 ? - Info éco

 

_ LES PERTES S’ACCUMULENT POUR LES ENTREPRISES (MAIS CERTAINES EN PROFITENT)

Au niveau micro-économique, le choc est plus rude et plus durable. Les entreprises, notamment les plus dépendantes aux importations chinoises (textile, électronique…), ainsi que les secteurs de l’événementiel et du tourisme, accusent le coup. De même que les commerces de proximité des zones touchées. Le secteur aérien pourrait perdre entre 63 et 113 milliards de dollars. Les grandes entreprises mondialisées font déjà état de pertes de plusieurs centaines de millions de dollars. En France, plus de 3 600 entreprises (60 00 salariés), dont beaucoup de PME, ont demandé à recourir au chômage partiel. Des entreprises mettent des sites entiers à l’arrêt comme Michelin qui a annoncé la fermeture de ses usines en France, Espagne et Italie.

Certains secteurs tirent cependant bénéfice de la crise, en bénéficiant des moindres déplacements des habitants. Ainsi, Netflix, Amazon, l’éditeur de jeux vidéo Activision Blizzard et consorts, regroupés dans un nouvel indice boursier baptisé « Stay at home » (Rester à la maison, ndr), font de bonnes affaires, tout comme les plateformes de télétravail ou téléconsultation.

 

Le FMI mobilise 50 milliards de dollars pour lutter contre le ...

 

_ LES AIDES BUDGÉTAIRES FLAMBENT

Face aux difficultés économiques, les autorités et institutions publiques mettent la main à la poche pour assurer l’urgence et tenter de maintenir l’économie. La Banque Mondiale prévoit jusqu’à 12 milliards de dollars pour soutenir les systèmes de santé et les économies des pays en développement affectés. La Chine a débloqué 43 milliards de dollars pour aider ses entreprises, le Japon quatre milliards de dollars, l’Angleterre 35 milliards d’euros et l’Italie 25 milliards d’euros. Aux États-Unis, la Fed va baisser ses taux d’intérêts (tout comme la banque d’Angleterre) pour faciliter l’accès au crédit des acteurs économiques, qui bénéficieront aussi d’une suspension de trois mois de taxe sur les salaires (plus 300 milliards de dollars).

La Fed porte aussi à au moins 150 milliards de dollars quotidiens les montants qu’elle injecte chaque jour dans le marché monétaire. En France, le gouvernement met lui aussi en place des mesures d’aide avec une enveloppe de 300 milliards d’euros pour garantir les nouveaux prêts des banques aux entreprises. Enfin, l’Union européenne a annoncé un fonds d’investissement de 25 milliards d’euros (essentiellement des fonds existants). Mais si la Banque centrale européenne prévoit d’acheter 120 milliards d’euros de dettes supplémentaires d’ici la fin de l’année et un programme de prêts pour aider les PME, celle-ci laisse ses taux inchangés.  

 

Source : www.novethic.fr/ Béatrice Héraud, @beatriceheraud/ © 2020 Novethic – Tous droits réservés/ Publié le 12 mars 2020/ Actualisé le 17 mars/

 

https://www.novethic.fr/actualite/social/consommation/isr-rse/coronavirus-6-impacts-majeurs-sur-l-economie-mondiale-148312.html/

 

Global stocks and oil plunge over global fight for crude ...

 

——————————–

 

Covid-19 en France, 100 cas et des évènements annulés

 

4 – France/ Coronavirus COVID-19 : Les mesures de soutien aux entreprises

 

Face à l’épidémie du Coronavirus Covid-19, le gouvernement est en solidarité totale avec les entreprises et leurs salariés, et continuera d’être pleinement mobilisé dans les jours et les semaines à venir.

 

 Argent: un recul de 12% des procédures de surendettement - Mieux ...

 

_ Des mesures immédiates de soutien aux entreprises

Face à l’épidémie du Coronavirus Covid-19, le Gouvernement met en place des mesures immédiates de soutien aux entreprises :

 

  1. Délais de paiement d’échéances sociales et/ou fiscales (URSSAF, impôts directs)

 

  1. Remise d’impôts directs

 

  1. Report du paiement des loyers et factures (eau, gaz, électricité)

 

  1. Fonds de solidarité pour les TPE, indépendants et micro-entrepreneurs : une aide pouvant aller jusqu’à 1 500 €

 

  1. Prêt garanti par l’Etat

 

  1. Médiation du crédit pour le rééchelonnement des crédits bancaires

 

  1. Dispositif de chômage partiel

 

  1. Médiateur des entreprises en cas de conflit

 

  1. Marchés publics : les pénalités de retard ne seront pas appliquées

 

Coronavirus en France : 20 milliards d'euros prévus pour ...

 

Mesures détaillées : A télécharger : Les mesures de soutien et les contacts [PDF – 237 Ko]

 

Source : www.economie.gouv.fr/ 06/04/2020

 

https://www.economie.gouv.fr/coronavirus-soutien-entreprises#/

 

Air France-KLM face au défi du coronavirus

 

——————————–

 

Coronavirus Reveals Limits of AI Health Tools - WSJ

 

5 – Informatique/ Cyber-sécurité : Les cyberattaques capitalisent sur le coronavirus

 

Vol d’informations personnelles, d’argent, infection des ordinateurs avec des logiciels malveillants : les criminels profitent de la peur liée à l’épidémie pour mener des pratiques frauduleuses. Ils ont tout d’un message d’information sur le Covid-19. Mais il s’agit en réalité de virus informatiques. Via de faux e-mails des autorités de santé, de fausses notes internes en entreprise ou encore de fausses alertes de retard de livraison, les cybercriminels tentent dans le monde entier d’exploiter la peur liée à l’épidémie pour s’infiltrer sur les réseaux informatiques des entreprises et des particuliers.

 

COVID-19 Cyber Attacks - WebARX Security

 

Tant et si bien qu’aujourd’hui plusieurs spécialistes indiquent avoir rarement vu de campagnes de spams prendre une telle ampleur… Fait rare, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est récemment sortie de son rôle de médecin en chef face à l’épidémie pour parler de cybersécurité, en mettant en garde contre les fraudeurs qui se font passer pour elle.

 

« Le coronavirus est devenu le thème de prédilection des attaques par mail, dit carrément Loïc Guezo, le directeur stratégie pour l’Europe du Sud de l’éditeur de logiciels de sécurité Proofpoint. Certains messages sont envoyés à des centaines de milliers de personnes en même temps. »

 

 COVID-19 goes mobile: Coronavirus malicious applications ...

 

_ Des e-mails d’apparence légitime

Les méthodes des cybercriminels sont bien connues des experts. « Les pirates suivent très bien l’actualité », souligne Michel Lanaspeze, le directeur marketing en Europe de Sophos, un autre éditeur de technologie du secteur. Ils cachent leurs liens vérolés et leurs pièces jointes malveillantes dans des e-mails d’apparence légitime qui captent l’attention du destinataire en évoquant les sujets qui l’intéressent le plus. « L’ingénierie sociale a la cote car la psyché humaine reste le maillon faible de tout système de sécurité… », écrivent les experts de Fortinet dans une note.

En France, les experts de la plate-forme gouvernementale « cybermalveillance.gouv », dont le rôle consiste uniquement à recevoir des signalements de citoyens, n’ont pas constaté de hausse du nombre de signalements. « Mais nous nous y attendons », note Jean-Jacques Latour, responsable de l’expertise en cybersécurité. Une seule alerte jusqu’ici à propos d’un faux site de vente de masques de protection qui a débité ses clients sans honorer une seule commande.

 

 COVID-19 (coronavirus) Malware: New OT and IoT Security Tools ...

 

_ Des logiciels d’exfiltration de données

Partout dans le monde, des arnaques sont signalées. Ici un e-mail envoyé par un transporteur et dont la pièce jointe était supposée indiquer le report d’une date de livraison en raison du ralentissement de l’activité dans les ports en Chine. Cliquer sur la pièce jointe déclenche l’installation d’un logiciel d’exfiltration de données. 

 

Là des messages qui invitent leurs destinataires à répondre à des campagnes de dons pour la recherche sur la maladie afin d’hameçonner les données personnelles des internautes. Ou encore un email avec en tête OMS dressant une liste de précautions à prendre pour éviter l’infection et lançant par la même occasion l’installation d’un logiciel aspirant automatiquement tous les mots de passe préenregistrés sur l’ordinateur…

 

Cyber Security Risks Related to the Novel Coronavirus - COVID 19 ...

 

Un peu partout, des autorités réagissent. En Chine, la Commission chinoise de réglementation des banques et des assurances a signalé plusieurs arnaques qui ont touché des banques nationales. De son côté, l’OMS recommande de ne pas cliquer directement sur les liens présents dans ses e-mails mais de se rendre directement sur son site web, de ne jamais transmettre un mot de passe pour avoir accès à des informations publiques et de vérifier l’adresse e-mail de l’expéditeur.

 

Source : www.lesechos.fr/ Florian Dèbes/ Par Florian Dèbes/ Publié le 11 mars 2020/ Mis à jour le 11 mars 2020/

 

https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/les-cyberattaques-capitalisent-sur-le-coronavirus-1184259/

 

Doctors using artificial intelligence to track coronavirus ...

 

——————————–

 

Cybercrime rises during coronavirus pandemic

 

6 – SYSTÈMES D’INFORMATION : L’ANS alerte sur des cyberattaques liées au coronavirus

 

La cellule d’accompagnement cybersécurité des structures de santé (ACSS) de l’Agence du numérique en santé (ANS, ex-Asip santé) a publié le 16 mars une alerte signalant que « le coronavirus est utilisé pour réaliser des cyberattaques ». Des messages d’information sur le Covid-19, qui sont en réalité des virus informatiques, ont été signalés à la cellule ACSS, a expliqué cette dernière. Il s’agit « de faux e-mails des autorités de santé, de fausses notes internes en entreprise ou encore de fausses alertes de retard de livraison ».

 

Coronavirus test results delayed by cyber-attack on Czech hospital

 

« Les cybercriminels tentent dans le monde entier d’exploiter la peur liée à la pandémie pour s’infiltrer sur les réseaux informatiques des entreprises et des particuliers », a expliqué l’ANS. « En conséquence il est demandé de surveiller de près tout élément anormal sur vos systèmes d’information et, le cas échéant de faire un signalement immédiat. Il est également demandé de vérifier le bon fonctionnement de vos sauvegardes. Enfin, sensibiliser l’ensemble des personnels. » « Il convient de ne pas cliquer sans vérification préalable sur les liens de messages et les pièces jointes. Les utilisateurs ne doivent pas ouvrir de messages électroniques de provenance inconnue, d’apparence inhabituelle ou frauduleuse », a-t-elle insisté.

 

Covid-19 : pas de trêve pour les cyberattaques | Les Echos

 

L’ANS a également rappelé que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde contre des fraudeurs « qui se font passer pour elle [et] recommande de ne pas cliquer directement sur les liens présents dans ses e-mails mais de se rendre directement sur son site web, de ne jamais transmettre un mot de passe pour avoir accès à des informations publiques et de vérifier l’adresse e-mail de l’expéditeur ». « Il est réaliste de penser que d’autres types d’attaques peuvent avoir lieu », a alerté l’ANS.

 

US Health agency suffers cyber attack amid COVID-19 outbreak

 

Les sociétés spécialisées dans la sécurité informatique Kaspersky, FireEye et Proofpoint ont également fait état d’attaques de type mails et fichiers frauduleux faisant référence au coronavirus. Interrogé par TICsanté, Vincent Trély, président de l’Association pour la sécurité des systèmes d’information (Apssis), a expliqué que « les piratages et tentatives d’extorsion augmentent car la période est propice. Les cybercriminels n’ont pas d’états d’âme, quand on est dans une période de crise et de tensions, ils tentent d’en profiter ».

 

Il a notamment mis en garde contre « les fake news, les faux appels aux dons et les e-mails qui demandent une action particulière: envoyer de l’argent, un mot de passe… » Il s’est également dit inquiet en cas d’attaque utilisant un rançongiciel contre un établissement de santé. « La règle est de ne jamais payer, mais dans cette situation, certains peuvent paniquer. Or payer n’est jamais une garantie de résoudre le problème », a-t-il rappelé.

 

Cyberattacks on the rise in the wake of Covid-19 - Tech 24

 

L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) a traité 18 incidents liés à des rançongiciels dans la santé en 2019, ce qui en fait le secteur le plus touché, selon un rapport du centre gouvernemental de veille, d’alerte et de réponse aux attaques informatiques (CERT-FR) publié le 29 janvier, rappelle-t-on« Il n’y a pas d’attaques de rançongiciel en cours à ma connaissance en France, mais beaucoup de phishing [e-mails ou sites web frauduleux tentant de dérober des informations personnelles] », a ajouté Vincent Trély.

 

Le président de l’Apssis a également fait référence à la cyberattaque subie la semaine dernière par l’hôpital universitaire de Brno, dans la ville de République tchèque du même nom, et qui est un important centre de tests du coronavirus, signale le site spécialisé ZDnetLe U.S. Health and Human Services Department (HHS, département américain de la santé) a subi dimanche une cyberattaque « visant à ralentir son système informatique », selon Bloomberg.

 

Source : www.ticsante.com/ Léo Caravagna/leo.caravagna@apmnews.com/ 18/03/2020/ PARIS (TICsanté)/

 

https://www.ticsante.com/story/5074/l-ans-alerte-sur-des-cyberattaques-liees-au-coronavirus.html/

 

COVID-19 Cyber Attacks - WebARX Security

 

——————————–

 

Comment trouver le meilleur service VPN : votre guide pour rester ...

 

7 – Cyberattaque/ Coronavirus : Europol arrête un homme pour escroquerie électronique aux masques et désinfectants

 

Technologie : La police européenne continue à lutter contre les activités criminelles en ligne liées à la propagation de COVID-19. Une escroquerie qui visait les professionnels vient d’être démantelée.

 

Darktrace commente la cyberattaque contre l'Organisation Mondiale ...

 

Europol a arrêté un homme pour avoir semble t-il tenté de blanchir de l’argent provenant d’une escroquerie par courrier électronique liée à l’épidémie de coronavirus. Une escroquerie qui visait les professionnels. Lundi, l’agence européenne a indiqué avoir arrêté un suspect de 39 ans à Singapour après qu’une transaction suspecte de transfert de fonds vers une banque du pays ait été détectée et bloquée.

 

L’individu serait impliqué dans une escroquerie au cours de laquelle une société pharmaceutique anonyme, basée en Europe, aurait été escroquée de 6,64 millions d’euros. L’homme s’est fait passer pour un fournisseur auprès d’une société qui passait commande pour une livraison rapide de masques FFP2 et de désinfectants pour les mains, des produits qui sont devenus inestimables dans la lutte contre COVID-19 tout en permettant la poursuite des activités des entreprises.

 

L’entreprise pharmaceutique a effectué le paiement – mais les articles n’ont jamais été livrés et le fournisseur a disparu. L’alarme a été donnée à Europol et une demande a été faite aux autorités singapouriennes pour empêcher l’exécution de la transaction. C’est alors que les forces de l’ordre ont dû retrouver l’individu, qui a été arrêté le 25 mars.

 

Les cyberattaques contre les hôpitaux continuent malgré la ...

 

_ Explosion des escroqueries sur le thème du Coronavirus

Europol continue de lutter contre les escroqueries liées au COVID-19. L’agence a publié un rapport en mars qui décrit comment le paysage criminel a été modifié par la pandémie, notamment comment « les criminels ont rapidement saisi les occasions d’exploiter la crise en adaptant leurs modes opératoires ou en s’engageant dans de nouvelles activités criminelles ».

 

Cybersécurité : profils experts recherchés - L'Etudiant

 

Il s’agit notamment de tirer profit des équipements de protection, des médicaments et de la vente de faux médicaments préventifs ou curatifs contre le Coronavirus, de profiter des employés qui recourent désormais à la téléconférence et aux solutions numériques, et d’exploiter l’anxiété et la peur ressenties par le public dans des courriels de phishing.

 

« Le nombre de cyberattaques contre des organisations et des individus est important et devrait augmenter », a déclaré Europol. « Les criminels utilisent la crise du COVID-19 pour mener des attaques d’ingénierie sociale sur le thème de la pandémie afin de distribuer divers malware […] et vont probablement aussi chercher à exploiter un nombre croissant de vecteurs d’attaque, car un grand nombre d’employeurs instituent le télétravail et permettent des connexions (externes) aux systèmes de leurs organisations ».

 

Coronavirus: Europol saisit pour 13 millions d'euros de ...

 

_ Opération Pangea

Le mois dernier, Europol a saisi 13 millions d’euros de médicaments illégalement vendues comme faux remèdes ou médicaments préventifs pour le COVID-19. L’opération Pangea, à laquelle ont participé les forces de police de 90 pays, a permis de démanteler 37 organisations criminelles et de confisquer 4,4 millions de médicaments, dont la majorité sont des analgésiques et des antibiotiques.

 

Source : www.zdnet.fr/ « ZDNet.com » / Par Charlie Osborne/ Modifié le mercredi 08 avril 2020/

 

https://www.zdnet.fr/actualites/coronavirus-europol-arrete-un-homme-pour-escroquerie-electronique-aux-masques-et-desinfectants-39901905.htm/

 

CyberMDX raises $20M to help improve medical device security ...

 

——————————–

 

How institutions are approaching scientific research during COVID-19

 

 

Leave a reply