COMMERCE/ ELECTRONIQUE/ COMMERCE EN LIGNE : nouvelles réalités, forces et faiblesses, perspectives
15 octobre 2019  >  By:   >  A LA UNE, ELECTRONIQUE/ NUMERIQUE/ INFORMATIQUE, STRATEGIES  >  No Comment   //   194 Views

 

« Le géant du commerce en ligne Alibaba triple son bénéfice trimestriel en 2019 : En dépit du ralentissement de la croissance en Chine et des incertitudes liées au bras de fer commercial avec Washington, le groupe a vu sa base d’utilisateurs grossir de 18 millions depuis décembre pour atteindre 654 millions. Pour se diversifier, le groupe de Jack Ma investit par ailleurs massivement dans l’intelligence artificielle, l’informatique en nuage (« cloud »), mais aussi dans les magasins physiques, avec un réseau de supérettes. »

 

Résultat de recherche d'images pour "alibaba, e trade"

 

—————————

 

Image associée

 

1 – Algérie/ Commerce en ligne/ Banques : Aliexpress, eBay, Amazon…(découvrez les sites e-commerce internationaux qui livrent en Algérie)

 

Est-il possible d’acheter en ligne depuis l’Algérie ? Quels sont les sites e-commerce qui proposent un service de livraison vers Algérie ? Des questions que tout consommateur algérien se pose. Pour y répondre, notez que de nombreux sites marchands livrent en Algérie. Voici d’ailleurs notre liste des 10 sites de commerce en ligne qui le font.

 

Résultat de recherche d'images pour "e trade, Algiers, algeria, financial, hypermarkets, algeria"

 

Faites vos achats en ligne depuis l’Algérie

Amazon, le géant du e-commerce

Vous connaissez certainement Amazon, cette plateforme de e-commerce qui propose des articles divers et variés pouvant aller d’un simple stylo à bille aux matériaux de construction en passant par les vêtements ou l’électroménager.

 

eBay, acheter et vendre sans intermédiaire

eBay est une plateforme de petites annonces qui permet des opérations de ventes et d’achat entre particuliers et sans intermédiaires.

 

Une sorte de Ouedkniss américain, eBay est une véritable niche où tout est disponible :

  • Œuvres d’art ou objets de collection ;
  • Véhicules automobiles et divers accessoires ;  
  • Smartphones, appareil photos ou encore des caméscopes.

 

Résultat de recherche d'images pour "algeria, e commerce, Asos, Asos,"

 

Asos, le site marchand favoris des fashionistas

Asos, une plateforme marchande anglaise spécialisée dans la vente de vêtements et divers accessoires de mode. Le site propose à sa clientèle principalement jeune des articles de sa propre marque « Asos » ou d’autres marques internationales.

 

GearBest

GearBest, un site marchand chinois qui dispose d’une large gamme de produits.

Que vous soyez à la recherche d’un lave-vaisselle, des chaises de table, un smartphone ou encore un sac à dos, rendez-vous sur GearBest.

 

Banggood

Banggod est un site e-commerce chinois fondé en 2006. Il propose un large choix de biens à des prix compétitifs. Ainsi, sont disponibles sur le site différents produits et accessoires relatifs à la technologie, au sport et à la détente.

 

Résultat de recherche d'images pour "GeekBuying, e trade"

 

GeekBuying : l’eldorado des geeks

Comme son nom l’indique, GeekBuying est une plateforme de commerce en ligne spécialisée dans la vente de produits et gadgets électroniques.

Produits vendus sur le site :

  • Ordinateurs portables et accessoires ;
  • Smartphones et tablettes ;
  • Caméras et appareils photos ;
  • Systèmes de sécurité et bien plus encore.

 

Aliexpress connait une expansion mondiale hors pair

Aliexpress est un site chinois très populaire qui fait partie du groupe Alibaba. On peut dire que c’est la version chinoise d’Amazon.

Concernant la nature des produits disponibles sur Aliexpress, vous y trouverez entre autres : des appareils et divers accessoires électroniques, des objets décoratifs ou encore de loisir ainsi que des articles de mode.

 

Alibaba, trouvez votre trésor

Alibaba est un site internet chinois de commerce électronique. Il est le plus important site de vente en ligne à destination des entreprises au niveau mondial. Alibaba est orienté vers le commerce de gros.

 

Zaful, la mode à petit prix

Zaful est une boutique en ligne chinoise spécialisée dans le prêt à porter à petit prix. En effet, cette plateforme propose une large gamme d’articles de mode pour tous les goûts et tous les budgets. Vous souhaitez rafraîchir votre garde-robe sans vous ruiner ? Rendez-vous sur Zaful !

 

NewChic…le chic pour se distinguer

NewChic, qu’est-ce que c’est ? Principalement de la mode et de la décoration chic et distinguée.

 

 Résultat de recherche d'images pour "e banking, e trade,"

 

Les moyens de paiement et de livraison adoptés par les différents sites e-commerce

Les modalités de paiement favoris des 10 sites e-commerce présentés plus haut sont les suivants :

  • PayPal ;
  • TNT ;
  • La carte Visa ;
  • La MasterCard.

 

Concernant les moyens de livraison, ils varient selon la nature de l’article commandé et le pays d’expédition : DHLEMSChronopost

La durée de livraison diffère d’un site à l’autre. Elle est toutefois estimée entre 3 à 60 joursVous voilà désormais informés sur les différents site e-commerce qui livrent en Algérie. Il ne vous reste plus qu’à faire vos achats et guetter la livraison.

 

Par Karim Sidi Saïd/ Octobre 2019/ Facebook Twitter Facebook Messenger WhatsApp/

 

https://blog.nkheyar.com/sites-e-commerce-internationaux-qui-livrent-en-algerie/

 

Résultat de recherche d'images pour "Algiers, hypermarkets, malls, algeria"

 

—————————

 

Résultat de recherche d'images pour "Alibaba, e trade"

 

2 – Le géant du commerce en ligne Alibaba triple son bénéfice trimestriel

 

En dépit du ralentissement de la croissance en Chine et des incertitudes liées au bras de fer commercial avec Washington, le groupe a vu sa base d’utilisateurs grossir de 18 millions depuis décembre pour atteindre 654 millions. Pour se diversifier, le groupe de Jack Ma investit par ailleurs massivement dans l’intelligence artificielle, l’informatique en nuage (« cloud »), mais aussi dans les magasins physiques, avec un réseau de supérettes.

 

Résultat de recherche d'images pour "Alibaba, e trade"

 

Le géant chinois du commerce en ligne Alibaba a plus que triplé son bénéfice net sur un an au premier trimestre, porté par la croissance de l’informatique en nuage et de sa base d’utilisateurs. Le groupe fondé par l’emblématique Jack Ma a réalisé sur la période de janvier à mars un bénéfice net de 25,8 milliards de yuans (3,8 milliards de dollars), en hausse de 242% sur un an, a-t-il indiqué mercredi.

 

Son chiffre d’affaires a augmenté de 51% sur un an à 93,49 milliards de yuans (13,93 milliards de dollars). C’est mieux que les 91,7 milliards escomptés par les analystes sondés par l’agence Bloomberg. Dans un communiqué, Alibaba se félicite d’avoir « amélioré la fidélité de (ses) utilisateurs » et d’en avoir conquis « de nouveaux dans les villes moins développées », grâce notamment au rachat de la plateforme de livraison de repas Ele.me.

 

_ Bras de fer commercial 

En dépit du ralentissement de la croissance en Chine et des incertitudes liées au bras de fer commercial avec Washington, le groupe a vu sa base d’utilisateurs grossir de 18 millions depuis décembre pour atteindre 654 millions. Sur l’exercice décalé de 2018-2019 achevé fin mars, Alibaba a dégagé un bénéfice part du groupe de 13 milliards de dollars, soit une hausse de 27% par rapport aux 10,2 milliards annoncés il y a un an. Son chiffre d’affaires annuel a bondi de 51% à 37,68 milliards de yuans (56,15 milliards de dollars), porté notamment par les recommandations personnalisées de produit que le groupe propose aux utilisateurs de ses plateformes. Elles ont permis à Alibaba de générer davantage de ventes que les recherches traditionnelles.

 

Résultat de recherche d'images pour "Alibaba, e trade, technologies, artificial intelligence, Alibaba"

 

_ Diversification des investissements

Pour se diversifier, le groupe de Jack Ma investit par ailleurs massivement dans l’intelligence artificielle, l’informatique en nuage (« cloud »), mais aussi dans les magasins physiques, avec un réseau de supérettes. « Nous voyons un développement significatif de la clientèle et des revenus » sur l’activité « cloud », a fait remarquer Alibaba. Celle-ci a généré 7,72 milliards de yuans au premier trimestre (1,15 milliard de dollars), soit 76% de hausse sur un an.

 

15 mai 2019 E-COMMERCE/  PAR AWP/AFP

   

https://www.bilan.ch/entreprises/le-geant-du-commerce-en-ligne-alibaba-triple-son-benefice-trimestriel/

 

Résultat de recherche d'images pour "Alibaba, e trade, technologies, artificial intelligence, Alibaba"

 

****

 

Résultat de recherche d'images pour "e trade, amazon, amazon headquarter"

 

UN SITE DE E-COMMERCE INCONNU TALONNE DÉSORMAIS AMAZON

 

Son nom n’est pas encore connu du grand public. Du moins en France. Mais il est pourtant désormais le numéro deux mondial de la vente en ligne. Alibaba, un site marchand lancé en Chine par le génial Jack Ma, un obscur professeur d’anglais du Zheijiang aujourd’hui à la tête d’une fortune de 2,7 milliards de dollars, a annoncé hier avoir réalisé 157 milliards de dollars de ventes en 2012 (un trillion de yuans !). Or d’après une étude récente publiée par Forbes, le chiffre d’affaires de son site phare, Tmall, devrait dépasser celui d’Amazon dans les deux ans à venir, ce qui en ferait le plus grand site d’e-commerce au monde.

 

C’est bien simple : Alibaba gère 75% du commerce en ligne en Chine, un pays qui compte désormais plus d’un demi milliard d’internautes, la plupart étant actifs. D’après les estimations, en 2015, les acheteurs chinois devraient dépenser en moyenne environ 1000 dollars par an et par personne on line, soit l’équivalent de ce que les Américains dépensent actuellement.

 

 Résultat de recherche d'images pour "Alibaba, e trade, technologies, artificial intelligence, Alibaba"

 

Le concept initial d’Alibaba : utiliser internet pour faire connaître les PME chinoises auprès des entreprises occidentales qui cherchent des sous-traitants. Depuis, le projet a évolué, et les Chinois peuvent désormais surfer sur les différentes entités du groupe : notamment sur Tmall donc, qui propose des articles de marques chinoises et étrangères pour le compte de commerçants ou sur Taobao (dont le nom signifie « chercher un trésor »), un équivalent d’eBay mais où vendeurs et acheteurs peuvent se retrouver sans payer les moindre frais d’inscription ni la moindre taxe sur les transactions, le site se rémunérant seulement grâce aux publicités vendues.

 

Jack Ma, ce jeune tycoon à l’allure fluette et juvénile, au regard pétillant et au visage émacié, surnommé le père de l’internet en Chine, a déjà prévenu qu’il espérait voir le volume de transactions de son groupe dépasser dès l’an prochain celui de « toutes les entreprises américaines de e-commerce réunies ». Dans tous les cas, Alibaba fait partie des géants de l’internet avec lesquels le monde va devoir compter. En mai dernier, Jack Ma a racheté à Yahoo! la moitié des parts de marché que l’Américain détenait, pour la modique somme de 7,6 milliards de dollars. Un jeune Chinois s’attaquant sans sourciller à un fleuron américain : impensable il y a encore dix ans !

 

Par LAURE DE CHARRETTE/ 05/12/2012/ Relecture Octobre 2019

 

http://www.economiematin.fr/news-site-e-commerce-alibaba-chine-ebay-amazon/

 

 Résultat de recherche d'images pour "Alibaba, e trade"

 

—————————

 

Image associée

 

3 – Qui gagne la guerre e-commerce – Amazon ou Alibaba

 

Nous avons pensé que ce serait une bonne idée de comparer tout ce qu’il y a à comparer entre Amazone et Alibaba et voir comment ils s’empilent les uns contre les autres – juste pour avoir une idée de la société qui a une trajectoire de croissance plus rapide, et dépeindre cela dans une infographie très détaillée. Et voici toutes les données piquantes que nous avons trouvées.

 

Résultat de recherche d'images pour "markets, e trade, aliba"

 

Historique

Amazon d’aujourd’hui a été fondée comme Cadabra dans 1994 du fondateur Jeff Bezos. Il a été renommé plus tard dans 1995 en tant que Amazone, la librairie en ligne. Alibaba, en revanche, a eu des débuts très modestes – il a été fondé à 1999 par Jack Ma et ses autres co-fondateurs, 17, en tant que marché de gros mondial dans son appartement.

 

IPO

La première introduction en bourse d’Amazon a eu lieu le mois de mai 15 sur 1997. Les actions ont fait leurs débuts à 18 et ont permis de récolter des millions de 54 pour Amazon. L’introduction en bourse lui a valu une valeur de marché de 438 millions de dollars. La valeur en USD des actions d’Amazon lors de l’introduction en bourse est de 1000. L’introduction en bourse d’Alibaba a eu lieu en septembre 19, 2014. Les actions ont fait leurs débuts au coût de 92.70 $. L’introduction en bourse a permis de collecter un milliard de 25 pour Alibaba et de lui attribuer une valeur marchande de 231.44 $. C’était aussi la plus grande introduction en bourse au monde à l’époque.

 

Résultat de recherche d'images pour "e trade, amazon, alibaba"

 

Services et produits

Amazon et Alibaba ont une longue gamme de services et de produits. Outre la gamme de services et de produits associés à la balise Amazon, Amazon s’est également lancée dans des produits physiques (Alexa et Kindle sont les produits les plus remarquables), des activités de commerce électronique partenaires telles que Junglee.com et même des chaînes de vente au détail comme Whole Foods. Alibaba s’est également aventuré dans tout, depuis les autres activités de commerce électronique, les services de paiement numérique (Alipay) et même les services d’informatique en nuage.

 

Résultat de recherche d'images pour "Alibaba, e trade, financial, stock exchange"

 

Capitalisation boursière

Amazon est le leader incontesté à cet égard. Leur capitalisation boursière est de 427 Milliards, bien au-delà de celle d’Alibaba, qui est de 264.9 milliards. Cependant, ces deux chiffres sont dépassés par les estimations de la capitalisation boursière d’autres géants de la technologie, tels que Apple (752 Billion) et Microsoft (507.5 Billion).

 

Résultat de recherche d'images pour "markets, e trade, amazon, 2019"

 

Nombre d’employés

Amazon a une base d’employés incroyablement énorme – 341,400. Cela va bien au-delà de celui d’Alibaba, qui est 50,092, et de celui d’autres géants de la technologie tels que Apple (116,000) ou Microsoft (114,000).

 

Principaux actionnaires

Dans le cas d’Amazon, Jeff Bezos est l’actionnaire majoritaire avec la participation de 16.92% dans les actions. Parmi les autres principaux actionnaires figurent le groupe Vanguard, Blackrock Inc., Price T.Rowe Associates, FMR LLC et investisseurs mondiaux de capital. Fait intéressant, l’actionnaire majoritaire du groupe Alibaba est Softbank avec 32.4% de l’action, suivi de Yahoo avec 16.3%, puis de Jack Ma avec 7.8%.

 

Résultat de recherche d'images pour "amazon, e trade, financial, stock exchange"

 

Pays d’exploitation

Il va sans dire qu’Amazone est plus répandue à travers le monde qu’Alibaba. Avec des bureaux, des centres de logistique et de distribution partout en Amérique, en Asie et en Europe. C’est aussi le principal acteur du commerce électronique dans plusieurs pays. Alibaba compte un nombre relativement faible de sièges sociaux – ils ont des centres en Chine, à Taiwan, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Italie, en France, en Inde et en Australie. Cependant, leur aile logistique est expédiée presque partout – États-Unis, Canada, Belgique, Danemark, France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Norvège, Espagne et Royaume-Uni. Ils ont des fournisseurs et des acheteurs dans les pays 200.

 

Pourcentage des principaux marchés contrôlés

Le rôle d’Amazon dans la croissance du commerce électronique aux États-Unis ne peut être minimisé. Amazon représente à lui seul 53% de la croissance des ventes en ligne aux États-Unis dans 2016. Cela signifie qu’Amazon a pris des cents 53 sur chaque dollar dépensé en ligne par les Américains. En dehors de cela, Amazon a représenté 3% du volume de vente total aux États-Unis. Alibaba, cependant, est un acteur beaucoup plus important dans son pays d’origine, la Chine. Le groupe Alibaba représente 11.18% du volume total des ventes au détail en Chine.

 

Résultat de recherche d'images pour "markets, e trade, amazon, 2019"

 

Trafic direct

Le trafic direct est un indicateur de performance clé très valide qui indique la taille des bases d’utilisateurs des deux entreprises. Amazon.com génère un trafic énorme de 2.2B par mois. Le trafic d’Alibaba est réparti entre de nombreux magasins en ligne, dont Taobao.com avec un volume mensuel de 497.60M, Tmall.com avec 261.50M par mois, Alibaba.com avec 108.60M par mois et le bien connu Aliexpress.com avec 633.90M par mois. Le volume de trafic du groupe Alibaba atteint 1.5B par mois.

 

Résultat de recherche d'images pour "alibaba, exhibition, market, alibaba,"

 

Acheteurs actifs

Amazon compte un total de millions de comptes clients 310 et environ 44% d’entre eux démarrent des recherches de produits sur Amazon lui-même. Lorsque nous examinons les données démographiques, il y a des millions d’internautes 286 aux États-Unis sur une population de 321 millions. Cela ressort une pénétration d’Internet de 80% aux États-Unis.

D’autre part, les marchés d’Alibaba comptent un total de millions d’utilisateurs 493 par mois en décembre 2016, avec des millions d’acheteurs actifs. Lorsque nous examinons les données démographiques de la Chine, celle-ci compte aujourd’hui un million d’utilisateurs d’Internet sur une population de 443, ce qui signifie qu’ils ont un taux de pénétration de l’internet 731%.

 

Mesure de confiance de marque

Forbes estime la valeur de marque d’Amazon à 98.99 milliards USD et celle du groupe Alibaba à 49.3 milliards USD. Aussi, Amazon est en avance sur Alibaba dans le classement de la valeur de marché aussi : Amazon est #4 dans le monde entier, et Alibaba est #12.

 

Résultat de recherche d'images pour "amazon, technologies"

 

Taux de croissance

Le GMV ou la croissance des volumes de marchandises brutes est l’un des indicateurs de performance les plus importants qui montrent la croissance commerciale d’un commerce de détail. Les chiffres de GMV d’Alibaba sont très en avance sur ceux d’Amazon. Au cours des dernières années 4, de 2012 à 2016, les chiffres GMV d’Amazon sont passés de X milliards d’USD à X milliards d’USD. Les taux de croissance d’Alibaba ont été plus élevés – ils sont passés de USD 171 milliards dans 2012 à environ 547 milliards dans 2016.

 

Bénéfices

Bien que les taux de croissance et les volumes de GMV soient significativement plus élevés pour Alibaba, les bénéfices sont une toute autre histoire. Les volumes de bénéfices d’Amazon ont augmenté à des taux beaucoup plus élevés qu’Alibaba, comme on peut le voir dans l’infographie.

 

Résultat de recherche d'images pour "amazon, innovations"

 

Innovations

Amazon est très connue pour être l’une des entreprises les plus innovantes de l’espace e-commerce. Leur service d’abonnement pour l’expédition accélérée et les cadeaux gratuits, Amazon Prime, a 65 million de membres payants (on estime que 60% des clients américains sont des membres principaux) qui dépensent environ 4.6-fois plus d’argent sur Amazon que les non-membres principaux.

L’innovation la plus importante et la plus importante d’Alibaba doit être Journée des célibataires, un shopping shopping annuel en Chine qu’ils ont créé. À plusieurs égards, il s’agit du plus grand événement de magasinage au monde. Étonnamment, il est presque trois fois plus grand que Cyber ​​Monday et Black Friday combinés ! En dehors de ceux-ci, Amazon et Alibaba disposent de leur propre plate-forme de paiement. Payer Avec Amazon, le nouveau service de paiement numérique d’Amazon compte 33 millions d’utilisateurs. Alipay, la plate-forme de paiement d’Alibaba, est la plus grande plate-forme de paiement mobile et en ligne au monde avec un million d’utilisateurs 400 !

 

Image associée

 

Comment sera la course en 2020

Le marché du commerce électronique aux États-Unis est actuellement indexé à 632 par 2020, alors que le marché du commerce électronique en Chine est indexé à 330 milliards de 1.7. Nos statistiques montrent clairement qu’Amazon vole tous les nouveaux clients qui dépensent en ligne aux États-Unis. Bien que Alibaba représente déjà plus de 80% de tous les achats en ligne en Chine, avec seulement un taux de pénétration de 53%, il reste encore beaucoup de marge de croissance.

Le nombre d’utilisateurs et les ventes continueront d’augmenter dans les années à venir puisque les dropshippers aiment l’idée de des plateformes de commerce électronique comme Shopify. Cela rend le processus beaucoup plus facile. Alors qu’Amazon est beaucoup plus innovant, Alibaba a un énorme potentiel de croissance sur son propre territoire.

 

Adi Suja/ 7 février 2018

 

https://ecommerce-platforms.com/fr/articles/ecommerce-war-amazon-or-alibaba/

 

Résultat de recherche d'images pour "amazon, exhibition, market, amazon"

 

—————————

 

Résultat de recherche d'images pour "alibaba, innovations, technologies, e trade, market, alibaba,"

 

4 – Amazon, eBay, Alibaba : les géants de l’e-commerce pourraient être les prochains poids lourds de la pub

 

Ils ont les espaces publicitaires et des données clients précises. Ils développent leur technologie. De quoi empêcher WPP de dormir… Ce n’est pas sa petite fille de 3 mois qui empêche de dormir Martin Sorrell, le patron de WPP. Comme il l’a expliqué le 3 mars lors de la publication de ses comptes 2017, c’est Amazon. Quel rapport avec son métier d’agence en communication ? La firme de Jeff Bezos se montre de plus en plus présente sur le métier de la publicité en ligne. Et comme les géants de ce secteur que sont Facebook et Google, elle a la capacité de court-circuiter tous les acteurs traditionnels du secteur, médias, agences, etc.

 

Résultat de recherche d'images pour "amazon, exhibition, market, amazon"

 

Bien qu’il vende de la pub sur ses pages depuis longtemps, Amazon est encore un nain sur le marché mondial de la pub online estimé par Bloomberg Intelligence à 200 milliards de dollars. Ses revenus ont atteint 1,2 milliard en 2016. Le groupe est également resté secret, comme dans tous les métiers où il se lance. Mais, si Martin Sorrell s’inquiète, ce n’est pas pour rien. Une autre diversification de son activité de supermarché en ligne, la location d’infrastructures informatiques à la demande (la branche Amazon Web Services ou AWS), est devenue en quelques années une vraie machine à cash. Or il se dit que le groupe serait en train de mettre au point des outils aussi puissants que ceux de Google dans la pub.

 

Comme eBay aux Etats-Unis, Alibaba en Chine et désormais la FNAC en France (voir ci-contre), Amazon est à la tête d’un trésor en matière de données relatives à ses millions de clients. Il sait ce qui les intéresse, ce qu’ils achètent et même très précisément comment ils se divertissent grâce à son segment Amazon Premium, qui offre de la vidéo et de la musique. Autant de données précieuses pour vendre des espaces publicitaires sur ses pages, notamment lorsque le client en ligne a fait une demande précise d’objets qu’il voudrait acheter.

 

Image associée

 

Un filon en or

Ses données sur ses clients, Amazon peut même les utiliser pour servir de régie à des sites tiers. L’avantage de ce métier pour un site marchand qui prend des petites commissions sur chaque transaction ? C’est qu’il est bien plus rentable. Selon Recode, eBay est lui aussi en train de muscler sa division pub, encore petite. De plus en plus, les choses qui vendues sur cette plate-forme sont neuves (80 %) et les transactions se passent de moins en moins par enchères (le segment pèse seulement 13 %).

 

En se « normalisant » et en s’éloignant de ses origines, le site ne peut qu’intéresser davantage les annonceurs. D’après Recode, eBay s’intéresse même de près au modèle économique de Taobao, la place de marché d’Alibaba. Les revenus ne sont plus générés par les commissions demandées aux vendeurs, mais par la publicité vendue.

 

Par Nicolas Madelaine/ Publié le 24/04/17/

 

https://www.lesechos.fr/2017/04/amazon-ebay-alibaba-les-geants-de-le-commerce-pourraient-etre-les-prochains-poids-lourds-de-la-pub-158158/

 

Résultat de recherche d'images pour "eBay, exhibition, innovations, technologies, eBay"

 

—————————

 

Résultat de recherche d'images pour "amazon headquarter, market, exhibition, amazon"

 

5 – E-Commerce : caractéristiques et développement

 

E-commerce, commerce électronique, commerce en ligne ou online : tous ces termes désignent l’achat et la vente de biens ou de services utilisant les technologies de l’information électronique. Internet en est la technologie de base. Mais d’autres formes de transmission et de traitement de données numériques, tels que la téléphonie mobile, les bases de données clients électroniques ou les logiciels de comptabilité, sont également utilisées dans ce domaine. Alors, qu’est-ce que le commerce électronique, quels sont ses avantages et ses inconvénients et quelles en sont les tendances actuelles ?

 

Résultat de recherche d'images pour "alibaba, innovations, technologies, e trade, market, alibaba,"

 

_ Caractéristiques du e-commerce

Pour les entreprises, le but du commerce électronique est d’optimiser les processus de vente afin de pouvoir générer plus de chiffre d’affaires. On cherche ainsi à rendre toutes les opérations liées à la vente plus efficaces et à réduire les coûts associés. Les entreprises ont gagné de nouveaux canaux de vente via Internet par le biais de boutiques en ligne, de places de marché (par exemple Amazon) ou de plateformes d’enchères (comme eBay). Grâce aux médias sociaux, aux annonces publicitaires sur le Net, aux newsletters et aux systèmes CRM automatisés, les commerçants peuvent gagner de nouveaux clients et améliorer leurs relations avec eux en relativement peu d’efforts.

 

Résultat de recherche d'images pour "jumia"

 

Les commerçants en ligne décident souvent des technologies et des canaux de vente qu’ils veulent utiliser en fonction de leur industrie et des objectifs commerciaux. Il n’est en aucun cas nécessaire de numériser tous les processus. La tendance est plutôt au marketing multicanal et cross canal, qui englobent simultanément plusieurs canaux dans leur stratégie. Un magasin de meubles peut par exemple gagner des clients en ayant une présence en ligne. En même temps, il devrait toujours offrir un magasin en physique ou au moins un showroom. De cette manière, les clients peuvent jeter un œil sur leur article présélectionné avant de valider ou de récupérer eux-mêmes la marchandise commandée. Ils économisent ainsi des frais d’expédition parfois dissuasifs pour les gros colis.

 

Dans le domaine du commerce en ligne, il est important que tous les canaux soient parfaitement coordonnés. Les technologies électroniques utilisées doivent être intégrées au mieux dans la chaîne de valeur, c’est-à-dire de la logistique à la commercialisation tout en passant par le service à la clientèle. Par exemple, un produit annoncé sur le site Web comme disponible doit bel est bien se trouver dans l’entrepôt pour pouvoir respecter les délais annoncés.

 

Résultat de recherche d'images pour "amazon headquarter, market, exhibition, amazon"

 

Le commerce électronique vise à accroître son efficacité. Il permet par exemple d’accélérer les processus de vente. Les clients peuvent facilement parcourir la gamme à partir de leur smartphone ou de leur ordinateur personnel et commander à tout moment. Les systèmes assistés par ordinateur automatisent les processus et permettent ainsi de gagner du temps. Parallèlement, les frais de personnel sont également réduits.

 

Si vous n’avez pas de boutiques en propre, l’e-commerce permet même d’économiser un ou plusieurs loyers. De plus, distribuer des offres par Internet est bien moins cher que de les envoyer par la poste ou d’embaucher une personne chargée de donner des flyers. Les entreprises peuvent par ailleurs s’ouvrir beaucoup plus facilement et à moindre frais à de nouveaux marchés, et notamment se lancer à l’international. Le e-commerce permet tout type de transaction commerciale. Ces dernières peuvent en effet être traitées à la fois en B2C (commerce entre entreprises et consommateurs) mais aussi en B2B (relations commerciales entre entreprises).

 

 

_ Avantages du commerce électronique

Les entreprises peuvent bénéficier du commerce électronique de plusieurs façons. Voici quelques-uns de ses grands avantages :

  • Des distances surmontées : Internet permet d’éviter que les commerçants soient dépendants d’un lieu de vente fixe. Ils peuvent se lancer dans de nouveaux marchés de vente à travers les régions de France, d’Europe ou plus encore. Bien que la distribution de biens matériels continue d’exiger l’expansion des capacités logistiques, il n’est pas nécessaire d’ouvrir de nouveaux sites. Les facilités de communication qu’Internet offre permettent souvent de réduire quelques besoins en voyages d’affaires. Du point de vue des consommateurs, l’avantage du commerce en ligne est qu’ils peuvent choisir parmi une vaste gamme de produits et comparer directement la qualité et les prix.
  • Des processus d’achat plus rapide : le e-commerce permet d’effectuer des achats sans délai. Les acheteurs n’ont plus besoin de se rendre en magasin pour acheter leurs produits. Au lieu de cela, ils peuvent passer des commandes 24 heures sur 24 de chez eux ou de n’importe quel ordinateur ou mobile. Une confirmation de commande automatisée est immédiatement envoyée par des systèmes dédiés. Côté vendeur, il est très simple de proposer ses services en ligne et de les gérer. Une agence de voyages peut par exemple aisément conseiller des personnes intéressées par une destination et traiter les réservations.
  • Des coûts de transactions réduits par le commerce électronique: le e-commerce peut éventuellement permettre d’éviter le besoin de louer de nouvelles boutiques et de nouveaux entrepôts. Les systèmes d’inventaire, de caisse enregistreuse et autres systèmes conçus spécifiquement pour la gestion des boutiques en ligne, suivent automatiquement l’inventaire et les flux de trésorerie. La coordination des différents départements est alors facilitée et de nouveaux business model peuvent être développés. Afin d’accroître leur compétitivité, les petites et moyennes entreprises peuvent en outre coopérer avec des fournisseurs de service en ligne : par exemple, au lieu d’utiliser leur propre boutique en ligne, elles peuvent utiliser le marché Amazon ou la plateforme d’enchères eBay pour externaliser leurs ventes en partie et profiter en même temps de la grande portée de ces plateformes.
     
  • Marketing omnicanal et multicanal simple : si la situation le permet, il vaut la peine d’engager une présence en ligne et hors ligne en utilisant tous les canaux à votre disposition. Si vous utilisez une boutique en ligne, les médias sociaux et un commerce en propre, alors les consommateurs ont davantage de points de contact vers lesquels se tourner pour accéder à votre offre.
  • Des publicités à grande portée: les médias sociaux, blogs et sites Web d’entreprise offrent des moyens peu onéreux d’attirer l’attention sur les offres. Les entreprises actives sur Facebook bénéficient notamment de la grande portée de ce réseau. Le marketing SEO et les annonces en ligne peuvent être élaborées de manière efficace avec un budget publicitaire souvent bien moindre que les publicités traditionnelles, telles que celles imprimées en magazines ou diffusées à la télévision. De plus, la publicité en ligne est plus facile à personnaliser que la publicité traditionnelle.
     
  • Des possibilités d’être plus près du client: les médias sociaux vous permettent d’établir un contact plus personnel avec les clients potentiels et d’améliorer l’image de votre entreprise. Les outils de suivi et d’analyse facilitent la collecte de données personnelles et la création de profils clients précis. Il est ainsi plus simple de planifier des campagnes publicitaires et d’adapter la gamme de produits à la demande. Les systèmes CRM vous permettent de rester plus aisément en contact avec vos clients.
     
  • Des clients plus satisfaits : les services client par email, les formulaires de contact en ligne ou les messageries instantanées permettent de surpasser la timidité de certains pour demander des conseils. Grâce à ces technologies, les clients peuvent poser des questions 24 heures sur 24 et recevoir une réponse rapide. La simplification des processus pour passer et payer une commande réduit considérablement les efforts des clients comme des entreprises.

 

Résultat de recherche d'images pour "hypermarché, libre service"

 

_ Les inconvénients du commerce électronique

Le e-commerce peut également présenter certains inconvénients pour les entreprises et les clients. Ceci dépend en grande partie de l’industrie dans laquelle vous exercez votre activité et des capacités dont vous disposez.

  • Mise en œuvre complexe :la construction d’une infrastructure numérique demande du temps et de l’argent. Tous les petits détaillants n’ont pas le savoir-faire ou les capacités humaines et financières requises pour mettre en place une boutique en ligne ou gérer de manière régulière leurs médias sociaux. Il ne sert à rien d’entretenir un site Web par intermittence. Par ailleurs, les modalités d’expédition et les plaintes peuvent constituer de gros freins dans le domaine du commerce en ligne.
     
  • Expertise et travail sur la publicité :pour évaluer dans quelle mesure vous pourrez économiser des coûts, il est nécessaire de prendre en compte l’industrie dans laquelle vous travaillez. Sur des marchés très concurrentiels, les entreprises doivent se battre bec et ongles pour attirer l’attention sur le World Wide Web. Une simple campagne publicitaire Google AdWords n’est pas suffisante. De plus, avec les smartphones et les médias sociaux, la durée d’attention des utilisateurs est devenue plus courte. Quant au marketing sur les moteurs de recherche (SEO), il nécessite du savoir-faire ou parfois le soutien plus onéreux d’une agence spécialisée. Ici, les petites entreprises n’arrivent généralement pas à concurrencer les grandes entreprises.
     
  • Concurrence accrue et pression sur les prix :le commerce mondial en ligne a fait croître le nombre de concurrents de manière exponentielle. Si l’offre dépasse la demande, une pression énorme est portée sur les entreprises dans leurs stratégies de prix. Les portails de comparaison des prix permettent de plus aux consommateurs de choisir l’offre la moins chère en quelques clics. Du point de vue des entreprises locales, il est très difficile, selon les industries, de s’opposer à de telles guerres de prix et de générer des profits.
     
  • Manque de conseils personnalisés :tous les détaillants en ligne ne peuvent offrir un service à la clientèle 24 heures sur 24 ou disposer des ressources nécessaires pour intégrer des chat-bots à leur site Web. Contrairement à la traditionnelle boutique en physique, le client n’aura pas de contact direct pour être conseillé. Des conseils d’achat promulgués par un personnel formé restent encore plus efficaces que ceux envoyés par chat. Le e-commerce ne peut remplacer complétement les conseils sur place, en particulier pour les produits et services qui nécessitent beaucoup d’explications et éventuellement une démonstration, comme un équipement de trekking ou des appareils médicaux.
     
  • Mise à mal des commerces en propre:le commerce Internet en plein essor se fait aux dépens des détaillants en boutique. De nouvelles stratégies doivent être développées par les boutiques physiques qui voient le nombre de leurs visiteurs diminuer. On pense notamment aux librairies, qui souffrent drastiquement du succès du géant Amazon.
     
  • Sécurité de paiement et protection des données :certains internautes continuent d’éviter les achats en ligne pour des raisons de sécurité ou parce qu’ils ne souhaitent pas communiquer leurs données personnelles. Toutefois, le nouveau règlement de base sur la protection des données de l’UE vise à définir des règles plus strictes et sanctionne les infractions par de lourdes amendes.

 

Vendre sur internet/ 1&1 IONOS/ Digitalguide/ Web marketing/ Vendre sur internet/ E-Commerce/ 10.07.2019/

 

https://www.ionos.fr/digitalguide/web-marketing/vendre-sur-internet/e-commerce/

 

Image associée

 

—————————

 

Image associée

 

6 – E-COMMERCE / WEBMARKETING : Cartographie du e-commerce : les chiffres clés au 1er semestre 2019

 

La FEVAD publie son rapport sur l’état du marché e-commerce au second trimestre 2019. L’e-commerce auprès des particuliers maintient sa croissance : les acheteurs sont toujours plus nombreux, achètent plus souvent et ont tendance à s’internationaliser.

 

Résultat de recherche d'images pour "jumia, commerce en ligne"

 

_ 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019

Le chiffre d’affaires des ventes en ligne continue sa progression et maintient une croissance à deux chiffres. La FEVAD estime que le chiffre d’affaires du e-commerce dépassera les 100 milliards d’euros au cours de l’année 2019. En 2018, on compte 92,6 milliards de chiffre d’affaires, une augmentation de 13,4% depuis 2017.

 

Résultat de recherche d'images pour "achat en ligne, commerce électronique"

 

_ 87,5% des internautes français achètent en ligne

Près de 9 internautes sur 10, soit 38,8 millions de français, achètent en ligne, sur n’importe quel écran. L’étude note un rôle croissant du smartphone, puisque 13,8 millions de consommateurs ont déjà effectué un achat à partir de leur téléphone, ce qui représente 33% des mobinautes le mois dernier. L’ordinateur reste encore majoritaire au niveau du CA, puisqu’il génère à lui seul 78% du chiffre d’affaires de 2018.

 

Résultat de recherche d'images pour "market, e trade"

 

_ L’e-commerce comme source d’emploi

Le commerce en ligne est aussi un incroyable vecteur d’emploi. La plupart (51%) des dirigeants d’entreprises du secteur ont en effet augmenté leur effectif en 2018, et 49% prévoient de le faire en 2019. Pour les TPE et PME, la croissance est plus timide : 16% de ces structures on recruté au moins un salarié en 2018 et 23% prévoient le recrutement d’au moins un salarié en 2019.

Question rentabilité des e-marchands, les sites leaders sont 60% à déclarer qu’ils sont rentables, contre 53% chez les TPE/PME. 13% des sites leaders sont à l’équilibre contre 30% des TPE/PME.

 

_ Fréquence d’achats en hausse

Les consommateurs français continuent d’acheter de plus en plus de produits en ligne. 55,5% des internautes ont acheté au cours du dernier mois au T1 2019, ce qui représente une hausse de 1,3% par rapport à l’année précédente. En moyenne, chaque acheteur a effectué 39 transactions en ligne et dépensé 2420 € en 2018. Toutefois, la FEVAD note que le prix du panier moyen est en baisse. Le montant d’une transaction est de 61,5 € en moyenne, soit 6% de moins qu’en 2017.

 

Résultat de recherche d'images pour "computer, e trade"

 

_ Le mobile sert le magasin physique

La croissance du e-commerce marque-t-elle la fin des magasins physiques ? Bien au contraire. Pour la FEVAD, e-commerce, magasins physiques et mobiles forment une « alliance gagnante ». Un bon catalogue en ligne est en effet une excellente vitrine pour les magasins. 79% des e-commerçants constatent que le site web participe à l’augmentation de la fréquentation en magasin physique, 63% estiment qu’il participe à l’augmentation du CA en boutique et 42% y voit l’opportunité d’un élargissement de la zone de chalandise.

Côté consommateurs, 28 % d’entre eux ont profité du retrait d’une commande dans un point relais ou un magasin pour y acheter d’autres produits. Le mobile quant à lui, sert principalement à faire des recherches avant achat (56%), suivre les achats en ligne (56%) ou encore rechercher et localiser des magasins (52%).

 

Résultat de recherche d'images pour "jumia, livraison"

 

_ De plus en plus d’achats à l’étranger

Enfin, le e-commerce continue de représenter une opportunité pour vendre ses produits ou ses services au-delà des frontières. « En France, la proportion d’e-acheteurs cross-border dépasse celle du Royaume-Uni et de l’Allemagne, indique la FEVAD. Plus de la moitié des sites marchands (66%), petits ou gros marchands vendent à l’international. »

 

En effet, 50% des acheteurs en ligne dépensent leur argent auprès des vendeurs d’autres pays (UE ou hors UE) et 40% d’entre eux achètent auprès des vendeurs d’autres pays de l’UE. « L’Europe représente aujourd’hui 30 % du chiffre d’affaires e-commerce mondial, relève l’étude. La France est le 2e marché e-commerce d’Europe après le Royaume-Uni. Ramené à la population, le Royaume-Uni est le 1er marché au monde. » En 2018, l’Europe a généré 547 milliards d’euros de CA en e-commerce (+12% par rapport à 2017), le marché mondial a quant à lui généré 2131 milliards de dollars (+14%).

 

Cyrielle Maurice / Publié le 28 juin 2019/

 

https://www.blogdumoderateur.com/e-commerce-chiffres-1er-semestre-2019/

 

Image associée

 

—————————

 

Résultat de recherche d'images pour "Meilleurs sites de commerce en ligne 2019, Onatera"

 

7 – Meilleurs sites de commerce en ligne 2019 : vous nous avez élu N°1 !

 

Plus de 3 000 d’entre vous ont été interrogés et ont contribué à nous élire meilleur site de e-commerce de produits naturels et bien-être. 

 

Conjointement à votre participation, des analystes* ont effectué une série de tests techniques basés sur plus de 50 critères objectifs et ont ainsi pu noter Onatera sur 6 grands thèmes :

  • L’ergonomie et la construction du site
  • La confiance et la sécurité
  • Les moyens de paiement à votre disposition
  • L’expérience d’achat et la livraison
  • Le service et la communication
  • Les performances techniques

 

A l’issue de cette double étude, Onatera a obtenu la première place avec l’excellente note de 7,6/10. Cette année encore, nous sommes heureux de figurer parmi les 500 sites français primés pour leur excellence, et ce, grâce à vous. Cette distinction nous encourage davantage à poursuivre nos efforts pour vous offrir le meilleur de la nature.

 

https://www.onatera.com/meilleur-site-e-commerce-2019.html/

 

Résultat de recherche d'images pour "Meilleurs sites de commerce en ligne 2019, Onatera"

 

—————————

 

Résultat de recherche d'images pour "jumia, e trade"

 

8 – ENTREPRISES & MARCHÉS/ E-commerce : Jumia présente des résultats mitigés pour début 2019, après des accusations de fraude

 

Accusé de « fraudes » par le cabinet Citron Research, concernant ses informations adressées aux autorités boursières américaines, Jumia doit faire face à la chute de ses actions en bourse et à des résultats mitigés pour le premier trimestre 2019. Qualifiés d’« exceptionnels », les résultats financiers de Jumia au premier trimestre 2019, présentés lundi 13 mai en conférence de presse, ont difficilement caché des pertes toujours en hausse (voir encadré ci-dessous). Depuis sa fondation en 2012, Jumia a enregistré des pertes cumulées d’environ un milliard de dollars, dont 195,2 millions en 2018, pour un chiffre d’affaires de 149,6 millions de dollars.

 

Après son introduction remarquée au New York Stock Exchange (NYSE) début avril, la figure du proue du e-commerce en Afrique, dont les actions avaient ainsi gagné plus de 200% après son IPO, a vue ses gains largement effacés (80%) la semaine dernière, après la publication d’un rapport de Citron Research. Ce cabinet d’analyse financière y accusait Jumia de « fraudes » dans ses déclarations préalables à son introduction au NYSE. Des accusations et une chute du cours des actions suffisamment importantes pour que Citigroup Global Markets Inc, l’une des banques d’investissement de Jumia, suggère au groupe de dévoiler plus en détail l’évolution de ses performances sur la période concernée (voir encadré).

 

En s’appuyant sur une présentation confidentielle de Jumia, faites à ses investisseurs en octobre 2018, Citron Research affirme en effet dans son rapport qu’il existe « d’importantes divergences » entre les chiffres du dossier d’introduction en bourse et ceux présentés aux investisseurs cinq mois plus tôt. Selon le cabinet d’analyse financière, Jumia comptait, dans son rapport de 2018, 2,1 millions clients et 43 000 vendeurs actifs, alors que dans sa déclaration faite aux autorités boursières new-yorkaises, le e-commerçant affichait 2,7 millions clients actifs et 53 000 vendeurs.

 

Image associée

 

41 % de commandes inabouties ?

« Afin d’obtenir plus d’argent auprès des investisseurs, Jumia a gonflé de 20 à 30 % le nombre de ses consommateurs et vendeurs actifs », explique le cabinet pour appuyer ses accusations de « fraudes ». Selon l’observateur, Jumia a également omis de présenter aux autorités boursières ses 41 % de commandes retournées, non livrées ou annulées, comme elle l’indiquait pourtant dans son rapport confidentiel. À la place, Jumia affirmait aux autorités que « des commandes représentant 14,4 % du volume brut de marchandises étaient soit des livraisons échouées, soit retournées par (ses) consommateurs » en 2018, laissant ainsi Citron Research en déduire que près de 30 % des commandes ont été annulées la même année.

 

 « Lorsqu’une entreprise courtise des investisseurs avant son IPO, et quelques mois plus tard omet des faits importants et modifie ses indicateurs financiers clés pour donner l’impression que son activité est viable, c’est une fraude sur titres », affirme l’observateur. Citron Research a fait de la publication de rapports sur des groupes côtés en bourse sa spécialité. Le bureau a participé à l’effondrement du cours du groupe pharmaceutique Valeant en 2015, après avoir suscité des craintes sur son endettement et ses pratiques comptables. 

 

De son côté, le fondateur de Citron Research – Andrew Left, un analyste controversé – , a été cité dans plusieurs affaires de « short selling », technique permettant de réaliser d’intéressantes plus-values en revendant des actions en chute. En 2016, un tribunal chinois lui avait notamment interdit d’exercer ses activités à Hong Kong pendant cinq ans, en raison d’allégations « fausses et trompeuses » contenues dans un rapport publié en 2012 sur le promoteur immobilier chinois Evergrande.

 

 Résultat de recherche d'images pour "jumia, e trade"

 

« D’excellents résultats » au premier trimestre 2019

Les résultats financiers présentés le 13 mai n’ont pas encore été audités, mais dans son rapport d’activité pour le premier trimestre de 2019, Jumia fait état de chiffres qualifiés « d’excellents ». Est notamment mise en avant l’augmentation de 58 % de son volume brut de marchandises vendues par rapport au premier trimestre 2018, menant à une augmentation de 102 % de ses revenus tirés de l’activité de marketplace (plateforme de mise en relation entre clients et vendeurs). En revanche, sur la même période, les pertes du groupe ont continué d’augmenter : elles étaient de 45,8 millions de dollars en 2019, contre 34,1 millions l’année précédente.

 

13 mai 2019/ Par Théau Monnet/ Mis à jour le 30 juillet 2019

 

https://www.jeuneafrique.com/773925/economie/e-commerce-jumia-presente-des-resultats-mitiges-pour-debut-2019-apres-des-accusations-de-fraude/

 

Image associée

 

—————————

 

Image associée

 

 

Leave a reply