AUTOMOBILES/ TRANSPORT/ DANGERS/ POLLUTION : automobiles (faits et méfaits à l’étude)
4 août 2019  >  By:   >  A LA UNE, INFORMATIONS GENERALES, SANTE PUBLIQUE/ TECHNOLOGIES MEDICALES  >  No Comment   //   160 Views

 

« IMPACT ÉCONOMIQUE/ Pollution automobile/ 60 milliards d’euros en frais de santé : Dans une étude publiée ce mardi, l’Alliance européenne pour la santé publique (EPHA), ONG des associations et des professionnels de la santé, explique que la pollution automobile en Europe coûte 66,7 milliards d’euros par an en frais de santé pour les maladies respiratoire et cardiovasculaire. Sur le total de cette facture, les véhicules tournant au diesel représentent 83% de la facture. Un autre modèle de calcul, à savoir le projet TRUE (The Real Urban Emissions Initiative) du Conseil international pour un transport propre, donne un montant encore plus important : 79,8 milliards d’euros. »

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, beijing, pollution, 2018, 2019"

 

———————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "france, automobiles, controles techniques"

 

1 – ENVIRONNEMENT/ Pollution auto : quoi de neuf au 1er juillet 2019 ?

 

A compter de ce 1er juillet, de nouvelles mesures entrent en vigueur pour diminuer la pollution automobile. Voici le programme. Les automobilistes sont une nouvelle fois la cible de mesures anti-pollution. Faisons le point sur les nouveautés au 1er juillet 2019.

 

Résultat de recherche d'images pour "france, automobiles, Pastilles Crit'Air"

 

_ Pastilles Crit’Air

A Paris, c’en est fini des véhicules* badgés des vignettes 4 (c’était déjà le cas des n°5). Les essence d’avant 1997 et les diesels d’avant 2006 n’ont plus l’autorisation de circuler de 8h à 20h, du lundi au vendredi. Cette interdiction concerne également 47 des 79 communes limitrophes de la Capitale, situées dans le périmètre de l’A86. Si les contrevenants s’exposent à une amende de 68€, les PV ne devraient cependant pas tomber avant fin 2021.

 

Résultat de recherche d'images pour "france, automobiles, controles techniques"

 

_ Contrôle technique : il se durcit encore.

Autre mesure à être appliquée dès ce 1er juillet, le durcissement des contrôles anti-pollution à l’examen du contrôle technique. Dans le viseur ? principalement les diesels répondant aux Euro 4, Euro 5 et Euro 6. « C’est 60% des diesels vendus depuis 2005 et tous depuis 2008 » rappelle Auto Plus dans son dossier du n°1608 (28 juin 2019).

Les tests sur les émissions à l’échappement sont plus poussés avec mesure de l’opacité des fumées et des taux de rejets de CO2 et de NOx. D’après les tests réalisés (en sous-marin) sur une centaine de véhicule ayant passé le contrôle technique : 5% des diesels risqueraient d’être recalés contre 1,4% jusqu’alors.

 

Résultat de recherche d'images pour "france, automobiles, Malus, antipollution, pick-up 5 places, france, 2019"

 

_ Malus pour les pick-up 5 places

Enfin, depuis ce 1er juillet, les heureux propriétaires d’un pick-up doivent désormais s’acquitter d’un malus. Mais, cette mesure ne concerne que les véhicules double-cabine à 5 places. Les autres restent exempts de TVS (taxe sur les véhicules de société) et de malus écolo… Pour échapper aux taxes, les constructeurs pourraient faire le choix de supprimer la 5e assise.

 

*les deux-roues, tricycles et quadricycles à moteur en circulation avant le 1er juillet 2004 sont également bannis

 

PUBLIÉ LE 01/07/2019 – 18:03

 

https://www.autoplus.fr/actualite/Pollution-Air-Circulation-Environnement-Vignette-Critair-1540144.html/

 

Résultat de recherche d'images pour "france, automobile, normes antipollution, 2018, 2019"

 

———————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "automobile, new diesel, antipollution, technical control, 2018, 2019"

 

2 – Les nouveaux diesels seraient aussi propres que les moteurs à essence

 

Selon une étude de l’hebdomadaire Auto Plus, les nouvelles motorisations diesel n’émettent pas plus de polluants qu’un groupe à essence, et méritent l’accès à la vignette Crit’Air 1.

Jugé nocif pour la santé, le gazole est dans le collimateur des pouvoirs publics. Son prix à la pompe, auparavant avantageux, a fortement augmenté. Certaines communes souhaitent même bannir les véhicules diesel de leurs rues dans un futur proche. L’accès à la vignette Crit’Air 1, réservé aux véhicules les moins polluants, est d’ailleurs interdit aux machines fonctionnant au gazole. L’huile lourde perd ainsi progressivement l’intérêt des automobilistes français, qui se tournent, pour la majorité, vers le sans-plomb. Mais est-ce vraiment justifié ?

 

Image associée

 

Selon Auto Plus, les groupes diesels de dernière génération ne méritent pas un tel traitement. L’hebdomadaire avance d’abord que les rejets de particules fines ne sont plus uniquement un problème lié au gazole. En effet, la traque au CO2 a poussé les constructeurs à adopter l’injection directe sur leurs modèles roulant au sans-plomb. Un système qui permet, certes, de diminuer les émissions de CO2, mais qui entraîne des rejets de particules. Certains véhicules à essence doivent ainsi se doter d’un filtre à particules pour se conformer aux dernières normes antipollution. Un dispositif qu’on ne trouvait auparavant que sur les engins roulant au diesel.

 

Mais le gazole est également montré du doigt pour ses rejets de NOx, des gaz fortement irritants. D’après Auto Plus, quand un essence rejette entre 10 et 60 mg de NOx par kilomètre, un diesel non équipé d’un système de dépollution opérationnel peut en recracher de 600 à 1 200 mg par kilomètre! Ces gaz seraient difficiles à traiter, et nécessiteraient de coûteux systèmes de dépollution. Selon Auto Plus, certains constructeurs n’ayant pas voulu dépenser trop d’argent, auraient reprogrammé les logiciels d’injection et de dépollution tout en utilisant des systèmes de traitement des NOx bas de gamme. Ce qui leur aurait permis de passer les tests sans encombre, quitte à ce que leurs véhicules rejettent de grandes quantités de gaz nocifs dans la «vraie vie».

 

Cette époque serait toutefois révolue, puisqu’il paraît très difficile de tricher aux nouveaux tests mis en place avec le cycle WLTP. Les examens en laboratoire sont désormais accompagnés d’un essai sur route (RDE) qui ne laisserait pas la possibilité à l’électronique embarquée d’identifier le passage du test, l’empêchant ainsi de s’y adapter. Certains rétorqueront que les constructeurs trouveront toujours un moyen de falsifier les résultats, mais le risque de procès pouvant aboutir à des amendes colossales et à un effet dévastateur sur l’image de la marque devrait leur faire oublier cette idée. Si l’on se base sur les résultats de cette étude, les nouveaux diesels semblent mériter le droit à la vignette Crit’Air 1.

 

Résultat de recherche d'images pour "us, vehicles, and pollution, technical control, us"

 

Si les normes et les tests sont plus stricts, et que les systèmes de dépollution ont fait de grands progrès, les diesels récents sont-ils véritablement aussi propres que les essences en conditions réelles? Pour répondre à cette question, Auto Plus a comparé les rejets de modèles roulant au gazole à ceux de leurs équivalents fonctionnant au sans-plomb. D’après les résultats de cette enquête, l’huile lourde est critiquée injustement. Les diesels récents émettraient autant voire moins de NOx que leurs homologues à essence.

 

Au chapitre des particules, le sans-plomb est un bon élève, mais les nouveaux diesels feraient encore mieux. Il faut bien noter que les filtres à particules actuels ne sont pas parfaits, et laissent ainsi passer les particules les plus fines (diamètre inférieur à 2,5 microns). La masse de particules émise par un diesel est à présent comparable à celle rejetée par un essence, mais d’après les résultats de l’enquête, le nombre de particules ultrafines serait entre 30 et 500 fois supérieur sur un modèle au sans-plomb. Toutefois, aucun engin n’a dépassé le seuil autorisé par la législation.

 

Pour finir, Auto Plus a comparé les rejets d’anciens modèles à essence (dépourvus de filtre à particules) ayant droit à la vignette Crit’Air 1, à ceux de véhicules diesels de dernière génération cantonnés à la vignette Crit’Air 2. Le verdict est sans appel: les modèles fonctionnant au gazole émettent environ la même quantité de NOx, mais beaucoup moins de particules que les essences.

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, antipollution, medical, health, hospitals"

 

Si l’on se base sur les résultats de cette étude, les nouveaux diesels semblent mériter le droit à la vignette Crit’Air 1. Ils ne sont, en effet, pas plus sales que les essences lorsque leurs systèmes de dépollution fonctionnent correctement. De plus, le diesel reste de loin le meilleur choix pour les gros rouleurs, et ses émissions de CO2 inférieures a celles de l’essence sont un atout pour se conformer aux normes européennes de plus en plus strictes. À ce sujet, une comparaison des émissions basée sur le cycle WLTP (également réalisée par Auto Plus) révèle une donnée inattendue: l’écart entre les rejets de CO2 des véhicules diesel et essence tend à se réduire. Mais ceci est un autre débat.

 

Par Journaliste Figaro/ Jules Humbert/ Mis à jour le 03/04/2019/ Publié le 02/04/2019/

 

http://www.lefigaro.fr/automobile/les-nouveaux-diesels-seraient-aussi-propres-que-les-moteurs-a-essence-20190402/

 

Résultat de recherche d'images pour "automobile, new diesel, antipollution, technical control, 2018, 2019"

 

————————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "europe, transport, pollution, santé"

 

3 – IMPACT ÉCONOMIQUE/ Pollution automobile : 60 milliards d’euros en frais de santé

 

Selon une étude relayée par Le Monde ce mardi, la prise en charge des maladies associées au trafic routier est très coûteuse. Voici un argument qui pourrait peser dans l’actuel débat sur la taxe carbone. Dans une étude publiée ce mardi, l’Alliance européenne pour la santé publique (EPHA), ONG des associations et des professionnels de la santé, explique que la pollution automobile en Europe coûte 66,7 milliards d’euros par an en frais de santé pour les maladies respiratoire et cardiovasculaire.  

 

Résultat de recherche d'images pour "europe, transport, pollution, santé, hopital, santé, pollution, europe"

 

66 milliards d’euros… au moins

Le Monde, qui relaie l’étude, note que « ce sont les très toxiques oxydes d’azote (NOx) rejetés par les moteurs diesel qui en sont les principaux responsables ». Les données utilisées ont été récoltées dans neuf pays européens possédant des parcs automobiles plus ou moins importants comme l’Allemagne, la Pologne, l’Espagne et plusieurs pays de l’est.  

Sur le total de cette facture, les véhicules tournant au diesel représentent 83% de la facture. Un autre modèle de calcul, à savoir le projet TRUE (The Real Urban Emissions Initiative) du Conseil international pour un transport propre, donne un montant encore plus important : 79,8 milliards d’euros.  

 

Résultat de recherche d'images pour "pollution, santé, hopital,"

 

_ Un parc automobile trop polluant

Si les assurances maladie en place dans les pays concernés prennent en charge environ 75% des coûts médicaux, ces derniers pourraient logiquement être réduits grâce à la réduction des énergies fossiles. « D’ici à 2030, ils pourraient chuter d’environ 80 % avec une généralisation des véhicules à faibles émissions. »  Un objectif très ambitieux, notamment parce que la proportion de véhicules électriques et hybrides à très peu progressé en Europe ces dernières années.

 

Par LEXPRESS.fr/ Publié le 27/11/2018/

 

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/pollution-automobile-60-milliards-d-euros-en-frais-de-sante-par-an_2050633.html/

 

Résultat de recherche d'images pour "pollution, maladies respiratoires"

 

————————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "pollution automobile, santé publique, maladies respiratoires, pollution automobile,"

 

4 – Pollution : pourquoi les voitures les plus récentes sont-elles les plus polluantes ?

 

Associations et médecins pointent du doigt les technologies de dépollution des moteurs diesel ou essence qui s’avèrent particulièrement nocives pour la santé. Alors que l’Etat et les collectivités territoriales doivent transmettre leurs feuilles de route pour la qualité de l’air dans quelques jours à la Commission européenne, associations et médecins regrettent la non prise en compte des nouvelles sources de pollution, en particulier celles liées aux nouvelles technologies.

 

En matière automobile par exemple. Filtres à particules, moteurs hybrides, ou encore moteurs à injection directe… autant d’innovations technologiques qu’on pourrait penser vertueuses pour la santé publique. Mais loin s’en faut : elles produisent une pollution complexe qui touche tous les organes du corps. Petit tour d’horizon des coupables et de leurs méfaits : 

 

Résultat de recherche d'images pour "technical control, vehicles, pollution"

 

  • Les filtres à particules des moteurs diesel ? Ils sont à l’origine de nanoparticules qui s’infiltrent jusque dans nos cerveaux

Apparus il y a quelques années, les filtres à particules diesel étaient censés rendre l’air plus respirable dans un pays comme la France, qui a décidé il y a quelques années de miser sur le « tout diesel ». Il s’avère qu’ils ont, au contraire, un effet pervers sur ce qui sort des voitures et se retrouve dans l’air que nous respirons.

« Avant  d’atteindre le filtre, les particules sont agrégées et donc un peu plus grosses. Le filtre va retenir les substances agrégeantes et les séparer en nanoparticules, qui ne sont pas toutes retenues, explique le Dr Gilles Dixsaut, médecin hospitalier, à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris et Président du Comité de Paris contre les maladies respiratoires. « Avec le filtre, les voitures émettent des particules plus nocives. Ces filtres ont un effet contre-productif pour la santé publique. »

 

Résultat de recherche d'images pour "automobile, filtres à particules, moteurs diesel"

 

Contre ces nanoparticules  (contrairement aux particules fines PM10 ou PM2,5, de diamètre plus large), nos bronches ne peuvent rien : elles s’infiltrent partout. Elles seraient même capable de passer directement de nos fosses nasales à notre cerveau et seraient susceptibles de causer des maladies neurodégénératives. « A l’origine, la pollution était un problème de pneumologues. Maintenant, elle concerne tous les organes et toutes les spécialités », constate le radiologue.

 

Rappelons que les particules émises par les moteurs diesel sont par nature très nocives pour notre santé. « Le centre de la particule est constitué de carbone pur, qui a peu d’effets sur la santé. Mais ce carbone est recouvert en surface par ce qu’on appelle des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) qui eux sont très nocifs, explique le Dr Thomas Bourdrel, radiologue et responsable de la question « santé et air » pour l’Association Santé Environnement France (ASEF).

Les particules diesel sont classées comme cancérigène certain par l’organisation mondiale de la santé (OMS). Il est désormais bien établi qu’elles sont aussi très nocives pour le système cardiovasculaire et qu’elles sont capables d’aller affecter le poids de naissance des bébés lorsque les femmes enceintes y sont exposées.

 

Résultat de recherche d'images pour "automobile, systèmes de dépollution"

 

  • Les systèmes de dépollution ?  Ils provoquent une augmentation des oxydes d’azote

Autre technologie à l’effet pernicieux sur les nouvelles voitures diesel : les système de dépollution des oxydes d’azote (NOX). Ces gaz émis par la circulation automobile sont les deuxièmes grands ennemis de la santé publique en matière de pollutions de l’air. « Les NOX ont une toxicité directe sur les poumons, qu’ils irritent, et ils favorisent les infarctus, rappelle le Dr Bourdrel. « Les NOX ont un pouvoir irritant qui se cumule avec celui des particules. Cela est nocif pour les asthmatiques, mais aussi les personnes saines, qui peuvent souffrir d’une irritation chroniques des voies respiratoires. Pas forcément symptomatique, mais qui peut évoluer », ajoute le Dr Dixsaut.

 

Résultat de recherche d'images pour "automobile, systèmes de dépollution"

 

Pour limiter leur émission, les constructeurs ont commercialisé plusieurs systèmes de dépollution, qui reposent sur un système de catalyse. Là aussi, l’innovation est contre-productive. « Les pièges à NOX, ne fonctionnent que si le moteur est très chaud. Tous les moteurs qui circulent en ville n’ont pas le temps de chauffer et vont donc émettre une grande quantité d’oxydes d’azote. Et il y a une production, par réaction chimique dans le catalyseur, de particules secondaires : des particules de nitrate d’ammonium. »

 A noter que les voitures diesel qui sortent des usines sont majoritairement équipées à la fois d’un filtre à particules et d’un système de dépollution des NOX…Le salut pourrait-il venir du biodiesel ? Non, à en croire le Dr Bourdel. « Il aboutit aussi à l’émission de particules nocives. »

 

Image associée

 

  • Les moteurs essence à injection directe ? De grands pourvoyeurs de particules fines.

Encore un faux nouvel ami pour nos cœurs et nos artères. Dans les anciens moteurs, l’essence était mélangée à de l’oxygène pour qu’elle brûle mieux. La combustion était pratiquement complète, ce qui émettait très peu de particules ultrafines et nanoparticules dans l’air. Mais ça, c’était avant l’arrivée des moteurs à injection directe. Le mélange air / essence ne se fait plus et la combustion est désormais incomplète : les moteurs essences sont devenus des pourvoyeurs de particules ultrafines.  « Les véhicules les plus récents produisent une pollution cachée.

 

Résultat de recherche d'images pour "moteurs essence à injection directe"

 

Les voitures essences nouvelle génération sont celles qui sont les plus polluantes en termes de pollution particulaire. Ce sont pourtant elles qui ont la vignette critère numéro 1″, déplore le Dr Dixsaut. « La toxicité des particules essence est plus difficile à appréhender que celle des particules diesel, continue le Dr Bourdrel. Leur composition dépend du type d’essence. Mais une chose est sûre : elles se comportent de manière identique dans le corps et sont considérées comme cancérigène probable ». Bon point, en revanche, pour les voitures à essences : leur émission de NOX ont diminué.

 

Résultat de recherche d'images pour "moteurs diesel hybrides"

 

  • Les moteurs diesel hybrides : oubliez-les !

Pour le Dr Dixsaut, ces  moteurs hybrides diesel sont aussi problématiques. « Les NOX vont aussi être dépollués par un système catalytique. Pour fonctionner, il doit atteindre une température de 200 degrés. Les véhicules hybrides voient leur moteur s’arrêter régulièrement en ville : le système catalytique ne sera quasiment jamais à la bonne température pour fonctionner. »

Les nouvelles sources de pollution ne sont pas prises en compte par les autorités sanitaires. « On continue de se focaliser sur les PM10 et PM2,5 et d’ignorer les nanoparticules. Alors qu’elles représentent un problème majeur pour la santé publique. La  pollution est, comme les voitures, de plus en plus technologique », déplore le Dr Dixsaut.

 

La rédaction d’Allodocteurs.fr/ France Télévisions/ Mis à jour le 29/03/2018/ Publié le 29/03/2018/

 

https://www.francetvinfo.fr/sante/environnement-et-sante/pourquoi-les-voitures-les-plus-recentes-sont-elles-les-plus-polluantes_2680058.html/

 

Résultat de recherche d'images pour "technical control, vehicles, pollution, 2018, 2019"

 

————————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "pollution, paquebots"

 

5 – Sciences & Environnement/ Europe: 94 paquebots émettent dix fois plus de dioxyde de soufre que 260 millions de voitures

 

Selon une étude publiée ce mercredi, le leader mondial de la croisière de luxe, Carnival Corporation, asphyxie les côtes européennes en éméttant à lui seul plus d’oxyde de soufre que l’ensemble des véhicules du continent. En mer, les teneurs en soufre admises sont jusqu’à 1500 fois plus élevées que celles autorisées pour le diesel des voitures (1,5 % contre 0,001 %).

 

Plus de 7 millions de passagers et 20 milliards d’euros de retombées économiques: en Europe, le succès de la croisière ne se dément pas. Costa, MSC, CroisiEurope ou encore Ponant: un total de 40 compagnies de croisières, gérant 137 navires, sont domiciliées en Europe, où 75 autres navires sont également déployés par une vingtaine de compagnies non européennes.

 

Résultat de recherche d'images pour "pollution, paquebots"

 

En 2018, un total de 7,17 millions de passagers européens ont effectué une croisière maritime, soit une progression de 3,3% sur un an. Pourtant, au-delà de l’enjeu économique, les navires de croisière représentent un risque majeur de santé pour les populations vivant dans les grandes villes portuaires européennes.

 

Selon un rapport publié ce mercredi par l’ONG Transport & Environment, le leader mondial de la croisière de luxe, Carnival Corporation, a émis à lui seul en 2017 dix fois plus d’oxyde de soufre autour des côtes européennes que l’ensemble des 260 millions de voitures du parc européen. Un chiffre colossal pour une entreprise qui possède une flotte de 94 bateaux, dont la moitié opère en Europe. Le numéro deux mondial, Royal Carribean, notamment propriétaire du plus gros paquebot du monde – le Symphony of the Seas – en a, lui, rejeté quatre fois plus.

 

Résultat de recherche d'images pour "pollution, paquebots"

 

60.000 décès prématurés par an

Le Vieux Continent est la deuxième destination pour les croisières, derrière les Caraïbes. En Méditerranée, Barcelone est le premier port en nombre de passagers, suivi par Civitavecchia, Palma de Majorque, Marseille et Venise. L’Espagne, l’Italie, la Grèce, la France et la Norvège sont donc les pays les plus exposés aux émissions de dioxyde de soufre, selon l’étude de Transport & Environment. À Marseille, huitième ville la plus impactée du continent, les 57 bateaux de croisière qui y ont fait escale en 2017 ont émis quatre fois plus de dioxyde de soufre que tous les véhicules circulant en ville.

 

En 2015, des chercheurs de l’université de Rostock, en Allemagne, avaient déjà alerté sur les effets de la pollution liée au transport maritime, qui serait responsable de 60.000 décès prématurés par an en Europe. L’une des principales raisons serait la qualité médiocre des carburants utilisés par ces mastodontes des océans: un fioul lourd dont les émanations sont bien plus toxiques que le diesel, pourtant lui aussi décrié.

 

Résultat de recherche d'images pour "pollution, paquebots"

 

Vers des «ports à zéro émission»?

Mais, selon ce rapport, la pollution s’étend également aux émanations d’oxydes d’azote, un autre gaz très toxique, mais aussi des particules fines en grande quantité. Un cocktail qui nuit dangereusement à la qualité de l’air dans les grandes villes portuaires européennes. À Marseille, les navires seraient ainsi à l’origine de 10% de la pollution atmosphérique. Et cela ne risque pas de s’arrêter. Une soixantaine de navires figurent dans les carnets de commandes des grandes compagnies pour des livraisons d’ici à 2021. «Nous sommes souvent accusés dans les médias d’être la cause du surtourisme, parce qu’on est visibles, surtout quand tous les passagers descendent en même temps du bateau. Mais nous ne représentons que 5% des visiteurs de Venise ou Barcelone, le reste arrivant par avion notamment», avait affirmé en avril dernier Tor Christian Sletner, vice-président en charge des affaires gouvernementales de Clia Europe, l’association fédérant la profession.

 

Résultat de recherche d'images pour "pollution, paquebots"

 

Transport & Environment demande à l’Union européenne d’étendre la zone d’émission contrôlée de soufre (SECA) – qui contraint depuis 2015 les navires à utiliser un carburant dont la teneur en soufre ne peut pas excéder 0,1 % – à toute l’Europe, car aujourd’hui elle ne concerne pas les ports du bassin méditerranéen. L’ONG demande également d’accélérer la transition vers des «ports à zéro émission» en misant sur l’électrification des quais.

 

Et d’en appeler aussi aux municipalités qui «interdisent à juste titre les voitures diesel», mais qui «accordent toujours un laissez-passer aux compagnies maritimes qui menacent la santé des croisiéristes et des riverains». À l’initiative du gouvernement français, un groupe de travail a été constitué pour convaincre l’Organisation maritime internationale (OMI) de classer le pourtour méditerranéen et les côtes Atlantique en SECA. Un bateau de croisière hors de contrôle à son arrivée à Venise a suscité la panique ce dimanche 2 juin en heurtant un quai puis un bateau touristique pour aller s’amarrer. L’accident a fait deux blessés légers.

 

Résultat de recherche d'images pour "accidents, paquebots"

 

La question des risques liés aux accidents est également posée. À Venise dimanche, un énorme paquebot de MSC a heurté un quai puis un bateau touristique en voulant s’amarrer, suscitant la panique et faisant quatre blessés légers, et relançant également le débat sur les risques et dommages qu’entraînent pour la Sérénissime ces géants des mers accostant tout près de la place Saint-Marc. Mercredi dernier sur le Danube, au cœur de Budapest, une collision entre un bateau de croisière de 135 mètres et une embarcation de 26 mètres transportant des touristes sud-coréens, a fait sept morts et 21 disparus.

 

Par Journaliste Figaro/ Yohan Blavignat/ Mis à jour le 06/06/2019/ Publié le 05/06/2019/

 

http://www.lefigaro.fr/sciences/en-europe-les-navires-de-croisiere-polluent-dix-fois-plus-que-l-ensemble-des-voitures-20190605/

 

Résultat de recherche d'images pour "pollution, paquebots"

 

————————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, beijing, pollution, 2018, 2019"

 

6 – Pic de Pollution : Focus sur Pékin, New Delhi et Paris

 

Avec une croissance à deux chiffres l’Inde et la Chine sont les deux principaux  mauvais élèves de la planète en termes de pollution. A la surprise générale et ce même avec un développement économique bien moindre, la ville des lumières a dernièrement  réussi  à les égaler. Focus sur ces 3 grandes villes.

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, new delhi, pollution, 2018, 2019"

 

_ New Delhi, Ville la plus irrespirable.

C’est un fait, New Delhi est la ville la plus irrespirable du monde, selon l’organisation mondiale de la santé. En cause, de nombreux facteurs mais principalement une circulation anarchique qui ne cesse d’augmenter avec près de 1400 nouvelles immatriculations mises en circulation par jour. Le chauffage au bois n’améliore pas la situation, 60 % de l’électricité indienne provient du Charbon. La principale source de pollution proviendrait de la combustion des énergies fossiles.

 

Au niveau politique, la réduction du taux de pollution reste un sujet sensible car ce facteur reste malencontreusement étroitement liée à la croissance. Cependant, poussé par les jeux du Commonwealth dès 2010, l’état avait alors mené une politique de délocalisation et de reconversion énergétique en construisant des usines nouvelles générations et en multipliant l’utilisation de panneaux solaires. Selon ce même gouvernement, plus 1,6 million de morts seraient liées à la pollution, soit environ 20 à 40 morts par jour. A qui la faute ? Aux particules les plus fines bien-sûr et plus particulièrement les PM 2.5, responsables de nombreux cas de personnes sous assistance respiratoire car, ce sont celles qui s’introduisent le plus facilement dans le corps humain.

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, beijing, pollution, 2018, 2019"

 

_ La capitale chinoise n’est pas « faite pour y vivre »,  selon Wang Anshun, Maire de Pékin.

Mars 2014,  « Nous punirons d’une main de Fer les contrevenants qui détruisent l’écologie et l’environnement, sans exception ». Voilà ce que promettait (paradoxalement) le chef du gouvernement juste après avoir censuré une enquête « le Dome »sur la pollution. Réalisée par une ancienne star télé, elle mettait en avant les conflits d’intérêt qui existaient entre l »état et les différents secteurs de l’industrie.

 

La Chine demeure à ce jour le berceau de la pollution, cela ne trompe plus personne. Cependant, le gouvernement chinois prévoit une balance énergétique à 50 % d’énergie renouvelable d’ici à 2030,  puis une vaste campagne de réduction des chaudières à charbon et des volumes de gaz d’échappement. Face à cette problématique pointée du doigt par le monde entier, la Chine recherche actuellement d’autres alternatives énergétiques en explorant la piste des hydrocarbures,  panneaux solaires et autres centrales hydrauliques. De nombreux sites industriels polluants ont déjà été déplacés ou bien fermé et une modernisation des équipements de filtration ont été effectués. Une étude a démontré que la pollution avait prématuré la mort de 1 200 000 personnes.

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, paris, pollution, paris, pollution automobile"

 

_ Et Paris dans tout ça ?

Mars 2015, les 30 plus grandes villes européennes signaient une déclaration en faveur d’une réduction de 40 % de leurs émissions de gaz. Le lundi 20 mars, Paris mettait en place la circulation alternée dans l’objectif de réduire la pollution engendrée par les véhicules. En effet, l’automobile représente 51 % des particules que l’on respires, selon l’ANSES puis c’est le chauffage qui vient en second.

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, paris, pollution, paris, pollution automobile"

 

Niveau politique, hors mis les chamailleries entre Maire et Gouvernement, Paris a mis en place un plan de lutte contre la pollution, décrié comme étant contraignant  par certain. Lié au trafic routier, ce plan qui  prévoit de faire diminuer la vitesse de circulation et d’augmenter les emplacements Vélib’ et Deux-roues.  Sur le long terme, ce plan a pour objectif d’interdire la circulation des véhicules les plus polluants en ville tout en incitant les utilisateurs à prendre un abonnement de transport ou de voiture en libre service.

 

Paris plus pollué que Beijing et Shanghai ? Si surprenant que cela puisse paraître, Paris a été temporairement plus pollué que Beijing et Shanghai pendant le pic de pollution. Retrouvez le rapport complet du triste pic de pollution observé à Paris les mercredi 18 mars, vendredi 20 mars et samedi 21 mars 2015. Finement ficelé par la prometteuse Start Up Française Plume Labs.

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, new delhi, pollution, 2018, 2019"

 

_ Pollution intérieur VS Pollution extérieur.

Bengt Rittri, fondateur de Blueair, la marque de purificateurs d’air suédois, tire la sonnette d’alarme avec une déclaration déconcertante : rester confiné à l’intérieur de nos maisons ne serait pas forcément la meilleure des solutions. En effet, aucun logement n’étant parfaitement étanche, les particules fines (PM10 et PM2,5) d’infiltre dans nos logements et ont plutôt tendance à y rester. Dans ce contexte, le spécialiste français du traitement de l’air Air and Me conseille d’aérer au moins 15 minutes par jour, et ce même lors des pics de pollution. Suprenant non?

 

Aux Etats Unis ou en Chine,  les agences de protection environnementale admettent que l’air intérieur peut être 100 fois plus pollué que l’air extérieur. Par ailleurs, les individus chinois et américains ont depuis longtemps le réflexe de purifier l’air de leur maison, principalement grâce à une filtration HEPA, principe de filtration mécanique, plébiscité par les experts et à ce jour inégalé.

 

by nicolas/ 21 décembre 2018

 

https://www.airandme.fr/blog/analyse-et-purification-de-lair/focus-sur-pekin-new-delhi-et-paris/

 

Image associée

 

————————————–

 

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, paris, pollution, paris, pollution automobile"

 

 

Leave a reply