AUTOMOBILES/ INDUSTRIES/ MARCHES : automobiles (industries, marchés, marchés émergents, perspectives)
4 août 2019  >  By:   >  A LA UNE, ECONOMIE, STRATEGIES  >  No Comment   //   91 Views

 

« Automobile/ Avis de tempête sur l’industrie automobile mondiale : Entre chute des ventes et investissements en hausse pour électrifier leurs gammes, les principaux constructeurs automobiles mondiaux vont devoir se restructurer. « Tous les signaux passent au rouge », alerte une étude publiée mercredi par Alix Partners. Le cabinet de consultants anticipe pour cette année une baisse de 3 % des ventes mondiales, principalement à cause de la Chine. Les signaux de crise se multiplient, à l’instar des restructurations chez Ford, qui a annoncé jeudi 12 000 suppressions d’emplois et la fermeture de six usines d’ici à fin 2020.

Le même jour, l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) a prévenu que les ventes en Europe seraient cette année moins élevées que prévu… »

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, exhibition, 2018, 2019"

 

————————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "africa, china, new vehicle, china vehicle for africa, exhibition, africa"

 

1 – L’Afrique, nouveau moteur de croissance pour l’industrie automobile chinoise

 

Le Sommet de Beijing 2018 du Forum sur la coopération sino-africaine a eu lieu le 3 septembre à Beijing. Il ressort du sommet que l’industrie automobile a grandement favorisé le développement de la Chine et de l’Afrique, et que le marché africain devrait être pour les constructeurs automobiles chinois synonyme de nouveau moteur de croissance.

 

Le nombre total des véhicules chinois exportés l’année dernière s’est élevé à 1,06 million d’unités, en hausse de 31%, dont 641.000 unités exportées vers les pays de « la Ceinture et de la Route », selon des données. Comparée à Toyota et Volkswagen, la proportion des constructeurs automobiles chinois en Afrique est encore relativement faible. En raison du ralentissement de la croissance du marché automobile national, l’Afrique et l’Amérique centrale et du Sud devraient devenir le marché automobile le plus prometteur pour les constructeurs automobiles chinois.

 

Image associée

 

Le marché automobile africain a un grand potentiel. Selon des données, la population africaine représente 15% de la population mondiale, mais les ventes de voitures sur l’ensemble du continent n’étaient que de 1,196 million l’an dernier, en baisse de 9,08% en glissement annuel, représentant moins de 1,5% de la production mondiale de véhicules. L’Afrique du Sud, l’une des régions les plus développées dans le secteur de l’industrie automobile africaine, est connue sous le nom de « Detroit de l’Afrique », en référence à la ville de Detroit aux USA, véritable capitale de l’industrie automobile de l’Amérique du Nord.

 

En 2013, le gouvernement sud-africain a lancé un nouveau plan de développement de l’industrie automobile dans le but de produire 1,2 million de véhicules en 2020. De nos jours, l’industrie automobile est la deuxième plus grande industrie en Afrique du Sud, avec une valeur de production d’environ 7,5% du PIB. L’Afrique du Sud est le plus grand marché automobile du continent africain, la production automobile représentant plus de 80% de la production totale en Afrique.

 

Résultat de recherche d'images pour "afrique, vente de voitures chinoises"

 

Selon des données publiques, les ventes de véhicules à énergie nouvelle en Chine ont atteint 716.000 unités l’année dernière, soit une augmentation de 51% en glissement annuel, représentant plus de la moitié du marché mondial des voitures à énergie nouvelle. Dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route », en 2017, les ventes à l’exportation de véhicules à énergie nouvelle chinois se sont élevées à 105.000 unités, représentant 14% des exportations totales.

 

Face à de nouvelles opportunités dans le marché mondial, les marques automobiles chinoises doivent renforcer leur image et avoir une compréhension approfondie des besoins des habitants locaux. En même temps, les constructeurs automobiles doivent accélérer la transformation et la modernisation dans le marché étranger, améliorer la compétitivité de leurs produits et leur expérience après-vente, et renforcer la promotion de véhicules à énergie nouvelle.

 

BEIJING, 13 septembre (Xinhua) / French.xinhuanet.com/ Publié le 2018-09-13/

 

http://french.xinhuanet.com/2018-09/13/c_137465012.htm/

 

Image associée

 

————————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "new vehicles, exhibition, 2018, 2019"

 

2 – Automobile : Avis de tempête sur l’industrie automobile mondiale

 

Entre chute des ventes et investissements en hausse pour électrifier leurs gammes, les principaux constructeurs automobiles mondiaux vont devoir se restructurer.

« Tous les signaux passent au rouge », alerte une étude publiée mercredi par Alix Partners. Le cabinet de consultants anticipe pour cette année une baisse de 3 % des ventes mondiales, principalement à cause de la Chine. Les signaux de crise se multiplient, à l’instar des restructurations chez Ford, qui a annoncé jeudi 12 000 suppressions d’emplois et la fermeture de six usines d’ici à fin 2020.

Le même jour, l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) a prévenu que les ventes en Europe seraient cette année moins élevées que prévu : après avoir anticipé une petite hausse, ils tablent désormais sur une baisse de 1 %. Et l’année 2019 n’est que « l’apéritif de la crise qui commence », prévient Laurent Petizon, directeur général France d’Alix Partners, qui a présenté à Paris les perspectives du secteur pour les huit prochaines années.

 

Résultat de recherche d'images pour "china, new vehicles, exhibition, china, 2018, 2019"

 

_ La Chine en panne

« Pour la première fois, la Chine connaît une récession », constate cet expert. La baisse entamée il y a un an devrait se prolonger jusqu’en 2020. Le premier marché mondial devrait « passer sous les 25 millions de véhicules vendus », avant de remonter progressivement… Mais il faudra attendre 2023 pour qu’il retrouve les 27 millions atteints l’an dernier. Lors de la dernière crise financière, en 2008, la solide croissance chinoise avait sauvé la filière. Mais « dans les années qui viennent, les trois principaux marchés (Chine, Europe, États-Unis) seront simultanément en stagnation ou en récession, ce qui est une première », poursuit M. Petizon.

Les résultats semestriels des groupes automobiles publiés fin juillet devraient refléter ces difficultés. De janvier à mars, le chiffre d’affaires des 16 principaux constructeurs automobiles a déjà baissé de 0,6 % sur un an et leurs bénéfices cumulés ont chuté de 28 %, a calculé le cabinet EY. « La crise des ventes arrive au plus mauvais moment », explique M. Petizon, car « les investissements des entreprises du secteur explosent » pour développer les véhicules électriques nécessaires au respect de normes environnementales toujours plus drastiques, notamment en Chine et en Europe.

 

Image associée

 

275 milliards d’investissements contraints

Sur les cinq prochaines années, il prévoit au moins 275 milliards de dollars (242 milliards d’euros) d’investissements (dont 80 %¨pour l’électrification des véhicules) et le lancement de 300 nouveaux modèles électriques d’ici à 2021, sans aucune certitude sur leur potentiel de ventes. Les acteurs européens sont en plus frappés par la chute des ventes de diesel, depuis le scandale des moteurs truqués de Volkswagen, le « dieselgate ». Dans l’UE, ils devront respecter dès 2020 un seuil moyen de 95 grammes de dioxyde de carbone (CO2) par kilomètre pour leur gamme de véhicules, qui paraît inatteignable pour beaucoup d’entre eux et les place sous la menace de centaines de millions d’euros d’amendes.

 

Résultat de recherche d'images pour "world automotive industries, new vehicles, exhibition, 2018, 2019"

 

Restructurations

La conversion à marche forcée vers les motorisations électriques réduit les besoins en pièces des véhicules et va accélérer les restructurations en cours. Depuis trois ans, 16 usines ont fermé dans le monde et 120 000 emplois ont été supprimés, a calculé Alix Partners. « D’ici cinq à six ans, entre 40 et 60 usines seront soit fermées soit transformées pour l’électrique », au prix de nouvelles baisses des effectifs, a souligné M. Petizon.

« Les ventes baissent, les marges baissent, les besoins d’investissement explosent… et les rendements sur capitaux investis s’effondrent, se rapprochant des niveaux atteints durant la dernière crise financière », s’inquiète-t-il. « L’élément le plus frappant au premier trimestre est la forte baisse des résultats des constructeurs » par rapport à 2018, constate aussi Jean-François Belorgey, associé EY. L’allemand Daimler (Mercedes) a revu en baisse dimanche dernier ses prévisions de bénéfices.

 

Résultat de recherche d'images pour "automotive industries, robots, new plants, automotive industries, 2018, 2019"

 

Enterrements à prévoir

Résultat : une multiplication des partenariats pour partager le fardeau de l’innovation. Les fusions restent très complexes à mener dans le secteur, comme l’a montré l’échec du projet de mariage entre Renault et Fiat Chrysler. Mais on risque aussi d’assister à « des enterrements » pour les marques qui ne réussiront pas à s’adapter, prévient M. Petizon. D’autant que la crise pourrait nettement s’aggraver en cas de guerre commerciale, de conflit armé au Moyen-Orient ou de « Brexit dur », une sortie du Royaume-Uni de l’UE sans accord…

 

Le Point Auto avec AFP/ Modifié le 28/06/2019/ Publié le 28/06/2019/ Le Point.fr

 

https://www.lepoint.fr/automobile/avis-de-tempete-sur-l-industrie-automobile-mondiale-28-06-2019-2321519_646.php/

 

Résultat de recherche d'images pour "automotive industries, robots, new plants, automotive industries, 2018, 2019"

 

————————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, export, port, automotive industries"

 

3 – Automobile : coup de frein sur les marchés émergents

 

Alors que la Chine devrait signer une deuxième année de baisse en 2019, la situation n’est guère meilleure sur les autres grands marchés émergents. Après un premier semestre négatif, les experts tablent sur un recul des ventes de voitures neuves en Russie et en Inde sur l’année. Seul le Brésil s’en tire bien pour le moment. Le réconfort ne viendra pas des pays émergents. Alors que les deux grands marchés automobiles matures, les Etats-Unis et l’Europe, sont plutôt partis pour stagner ou légèrement reculer cette année, les constructeurs automobiles qui comptaient sur  la Chine, l’Inde ou la Russie pour trouver de la croissance risquent d’en être pour leurs frais.

 

Partout, ou presque, et même si le faible taux d’équipement promet en théorie de belles perspectives sur le long terme, les ventes de voitures neuves ne sont pour l’heure pas folichonnes. Cette année encore, le plus grand marché au monde, la Chine, devrait reculer. Après avoir déjà baissé l’an dernier pour la première fois depuis les années 1990 (-2,8 %), il a chuté de 12,4 % sur les six premiers mois de 2019. LMC automobile table sur -5 % sur l’année.

 

Image associée

 

Les autres grands émergents ne font guère mieux. En Russie, la dynamique engagée depuis deux ans  semble bel et bien enrayée . Après s’être effondrées de moitié (avec un pic de 2,9 millions d’immatriculations en 2012), les ventes de voitures neuves avaient commencé à se redresser il y a deux ans (+11,9 % en 2017, +12,8 % en 2018, à 1,8 million d’unités).

 

Mais la hausse de la TVA de 2 points au 1er janvier dernier, et la suppression de subventions gouvernementales ont provoqué un coup de frein : les ventes de véhicules neufs légers (passagers et utilitaires) ont reculé de 2,4 % sur les six premiers mois de l’année. « Une hausse du marché sur l’année 2019 n’est clairement plus un scénario réaliste », a indiqué Joerg Schreiber, président du comité automobile de l’Association of European Businesses (AEB). Barclays prévoit même une chute de 5 %, évoquant aussi « la confiance déclinante des consommateurs et la hausse des taux d’intérêt et de l’inflation ».

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, export, port, automotive industries"

 

_ Perspectives contrastées

En Inde, les ventes se sont de même effondrées. Selon le SIAM (Society of Indian Automobile Manufacturers) les immatriculations de voitures particulières ont baissé de 18 % sur la période avril-juin 2019, premier trimestre de l’exercice en cours – après avoir déjà accusé un recul de 1,3 % sur les trois premiers mois de l’année. Les élections de mai ont créé de l’incertitude, et malgré les promesses du Premier ministre réélu Narendra Modi de relancer le pouvoir d’achat, les experts de LMC Automotive tablent désormais sur une baisse des ventes de véhicules légers cette année de 3 %, à 3,87 millions d’unités.

 

Résultat de recherche d'images pour "brasil, automotive industries, new vehicles, exhibition, brazil"

 

Enfin l’Amérique latine offre des perspectives contrastées. Alors que les ventes plongent en Argentine (-50 % sur les six premiers mois de 2019), où la crise économique et les taux d’intérêt élevés pèsent sur les achats de voitures, le marché brésilien  continue de se porter comme un charme , avec des ventes en hausse pour le 25e mois consécutif en juin.

Sur le premier semestre, les immatriculations de véhicules légers y ont augmenté de 10,8 %, après avoir crû de 13,7 % en 2018, à 2,5 millions d’unités – encore loin cependant des meilleures années à plus de 3 millions. Et l’organisation locale Fenabrave table sur une croissance de 8,4 % cette année. De quoi mettre un peu de baume au coeur des constructeurs bien implantés dans le pays, comme Fiat Chrysler, Chevrolet (General Motors), Volkswagen ou encore… Renault.

 

Par Anne Feitz/ Publié le 12/07/ 2019/ Mis à jour le 12/07/2019

 

https://www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/automobile-coup-de-frein-sur-les-marches-emergents-1037582/

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, export, port, automotive industries"

 

————————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "china, automotive industries, new plants, new vehicles, china, 2018, 2019"

 

4 – 2019, année à haut risque pour l’industrie automobile

 

Les constructeurs vont devoir affronter un retournement des ventes, le Brexit et des conflits commerciaux potentiels. Et ce, au moment où la pression s’accroît pour limiter les émissions polluantes. C’est la fin d’une époque pour l’industrie automobile. Après plusieurs années de croissance ininterrompue, les ventes de voitures neuves dans le monde pourraient marquer le pas en 2019. « On est clairement à la fin d’une période de croissance qui a duré près de 10 ans », estime Laurent Petizon, chez AlixPartners.

 

« Il y a un vrai risque de baisse du marché cette année : nous prévoyons un nouveau recul des ventes en Chine et aux Etats-Unis en 2019, et une croissance plutôt faible en Europe. » L’expert n’anticipe toutefois pas à ce stade d’effondrement, « toutes choses égales par ailleurs »,poursuit-il. « Il ne faut pas oublier que l’évolution du secteur est largement corrélée à celle du PIB sur le long terme. »

 

Résultat de recherche d'images pour "china, automotive industries, new plants, new vehicles, china, 2018, 2019"

 

_ Grains de sable

L’euphorie a déjà subi un coup d’arrêt en 2018, sous l’effet notamment du  ralentissement en Chine, premier marché mondial : les ventes y ont reculé l’an dernier, pour la première fois depuis plusieurs décennies. Mi-décembre, les analystes de RBC Capital Market estimaient même que la production automobile mondiale allait baisser dès 2018, à 94,6 millions de véhicules (-0,6 % par rapport à 1997), ce qui n’était pas arrivé depuis 2009. Ils prévoyaient une nouvelle baisse de -0,4 % en 2019.

 

Non seulement les facteurs cycliques et macroéconomiques sont susceptibles de plomber les achats de voitures neuves, sur les grands marchés comme dans plusieurs pays émergents ( Turquie , Argentine…), mais d’autres grains de sable risquent de venir gripper la machine. La guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine est toujours latente – même si  les autorités chinoises ont annoncé mi-décembre la suspension, pour 3 mois et à compter du 1er janvier, des surtaxes douanières sur les voitures américaines.

 

Il n’y a jamais eu autant de changements structurels à venir dans le secteur/. En outre, l’épée de Damoclès de droits de douane  imposés par les Etats-Unis sur les véhicules européens plane toujours au-dessus de la tête des constructeurs. Enfin le scénario d’un Brexit sans accord n’est toujours pas écarté, exposant l’industrie à de graves conséquences financières .

 

Image associée

 

_ Révolution sans précédent

Ces revers commerciaux surviennent au moment même où l’industrie automobile est confrontée à une révolution sans précédent. « Il n’y a jamais eu autant de changements structurels à venir dans le secteur », rappelle Laurent Petizon. La course à la voiture autonome et connectée contraint les constructeurs à investir d’énormes sommes en R & D, alors même que la pression réglementaire s’accroît pour réduire les émissions polluantes.

Un certain nombre de constructeurs comme Volkswagen ou BMWont ainsi  subi les nouvelles normes d’homologation (WLTP)instaurées en septembre dernier, « mais cette question devrait être totalement derrière nous d’ici au deuxième trimestre de 2019 »,estime Frank Schwope, analyste chez Nord/LB, cité par l’agence Bloomberg. En attendant, les ventes en Allemagne ont reflué de 0,2 % l’an dernier.

 

Image associée

 

_ Lourdes amendes potentielles

Les préoccupations sont plutôt aujourd’hui concentrées sur les émissions de CO2, compte tenu des lourdes amendes qui pourraient être infligées par Bruxelles en cas de non-respect des objectifs 2021. Selon de  nouvelles estimations du cabinet PA Consulting , huit groupes automobiles sur les treize présents en Europe pourraient ne pas remplir leurs objectifs à l’échéance. Plusieurs d’entre eux (comme Volkswagen, Fiat-Chrysler, ou PSA) risqueraient des amendes de plus de 500 millions d’euros.

Pour passer l’obstacle, les constructeurs ont annoncé des investissements massifs pour électrifier leur gamme. « Encore faudra-t-il arriver à vendre des voitures potentiellement plus chères, alors que le premier critère de choix des consommateurs est le prix »,s’inquiète Laurent Petizon. Quant aux nouveaux objectifs européens qui s’annoncent, une  réduction de 37,5 % des émissions de CO2 à horizon 2030 , ils ont été qualifiés de « totalement irréalistes » par l’association des constructeurs européens. De quoi assombrir encore un peu l’horizon du secteur.

 

Par Anne Feitz/ Publié le 05/01/2019

 

https://www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/2019-annee-a-haut-risque-pour-lindustrie-automobile-321351/

 

Résultat de recherche d'images pour "usa, automotive industries, trucks exhibition, usa"

 

————————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "usa, usa, new vehicles, exhibition, las vegas, 2018, 2019"

 

5 – ÉCONOMIE/ INDUSTRIE AUTOMOBILE : A part au Brésil et au Japon, le marché automobile est en récession

 

Le nombre de voitures neuves vendues dans le monde a chuté de 6,6 %au premier semestre. Cette fois, la tempête est bien là. Elle est globale. Et aucun industriel de l’automobile n’est en mesure d’y échapper. Les constructeurs français, qui viennent de publier leurs chiffres commerciaux semestriels, lundi 15 et mardi 16 juillet, ne font pas exception. Les six premiers mois de l’année 2019 se sont soldés par un recul des ventes de Renault et de PSA, respectivement de 6,7 % et de 12,8 % par rapport à la même période de 2018. Le Groupe Renault a vendu 1,94 million de voitures dans le monde au premier semestre 2019, dont 55 % en Europe. Le groupe PSA aux cinq marques (Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall), a, lui, écoulé 1,90 million de véhicules sur la planète entre janvier et juin, dont 88 % sur le Vieux Continent.

 

Cette chute des ventes témoigne de la récession de grande ampleur dans laquelle est plongée le secteur. Une baisse comparable à celle enregistrée en 2008-2009, liée à la crise financière mondiale. Selon LMC Automotive, il s’est vendu 45 millions de voitures particulières et utilitaires légers neufs dans le monde au premier semestre 2019, soit une baisse de 6,6 % par rapport aux six premiers mois 2018.

 

Résultat de recherche d'images pour "china, china, vehicles, exhibition, 2018, 2019"

 

_ Le marché chinois a plongé

La situation est même aujourd’hui plus inquiétante. Il y a dix ans, la Chine en pleine expansion avait sauvé la mise de nombreux constructeurs et équipementiers. Ce n’est plus le cas aujourd’hui : aucune grande zone n’est épargnée par la baisse. Le marché chinois – le premier au monde avec 12 millions de véhicules immatriculés depuis janvier – a plongé de 12,4 %. Sur les autres grands marchés, même si la chute est moins forte, ce n’est guère brillant : – 2,9 % en Europe de l’Ouest, – 2,4 % aux Etats-Unis. Seul le Brésil et le Japon ont connu une phase positive au premier semestre 2019. Partout ailleurs c’est négatif.

 

Difficile de faire des étincelles dans une telle ambiance. Sans compter que s’ajoutent pour chaque constructeur des difficultés propres. Pour PSA, les gros points noir se situent en Iran (le français s’en est retiré brutalement pour échapper aux sanctions américaines), et surtout en Chine où la chute est vertigineuse. Non seulement elle n’a pas cessé depuis le pic de 2014 mais elle s’est même accélérée.

 

Il y a cinq ans, le groupe français vendait 740 000 véhicules dans l’année, il n’en a écoulé que 64 000 ce semestre (– 60,6 % par rapport aux six premiers mois de 2018), soit quasiment 100 000 ventes évaporées en un an. Conséquence de cette débâcle : Citroën perd sa place de deuxième marque du groupe au profit d’Opel-Vauxhall, alors qu’elle bat des records de performance commerciale en Europe depuis le début de l’année.

 

Résultat de recherche d'images pour "psa, france, new vehicles, exhibition, 2018, 2019"

 

_ Vers des mesures de réduction des capacités

Or, PSA dispose de cinq usines en Chine avec ses alliés locaux (Dongfeng, qui est aussi son actionnaire, et Changan), permettant de fabriquer 1 million de véhicules. Ces sites ne tournent aujourd’hui qu’à 26 % de leurs capacités selon le cabinet AlixPartners. Une situation inacceptable pour Carlos Tavares, le président du groupe. Le communiqué de PSA, publié pour présenter les résultats, laisse entendre que des mesures de réduction des capacités ne devraient pas tarder à être prises : « Le groupe travaille sur des plans d’action avec ses partenaires pour (…) abaisser le seuil de rentabilité », indique PSA.

 

Chez Groupe Renault, qui souffre aussi en Chine (ventes en baisse de 24 %, usines tournant à 33 % de leurs capacités), le problème c’est plutôt la faiblesse de sa marque-phare au célèbre losange. Les ventes de voitures griffées Renault ont reculé de 11,5 % quand les marques Dacia (+ 4,5 %) et Lada (+ 6,8 %) naviguent en territoire positif. « Les principaux marchés qui ont chuté sont ceux où la marque Renault est très présente, explique Olivier Murguet, directeur du commerce et des régions du groupe. Baisse en Turquie, en Argentine… Notre départ de l’Iran qui nous a coûté 77 000 voitures. Heureusement, les prochains lancements de modèles sont sous marques Renault : Arkana en Russie, Triber en Inde, KZE en Chine, ainsi que les nouvelles Clio et Zoe. Cela devrait améliorer nos positions. »

 

Résultat de recherche d'images pour "renault, vehicles, exhibition, 2018, 2019"

 

Chez Renault, le discours est aussi en train de changer sur l’importance de pousser les volumes de ventes parfois au détriment de la rentabilité. « Dans ces contextes incertains, il faut absolument fixer des prix qui permettent de protéger nos profits, dit M. Murguet. Ce sera le cas avec la Clio V. » Un principe qui, lui, est en vigueur chez PSA depuis 2013, lorsque M. Tavares en a pris les rênes.

 

Par Éric Béziat / Publié le 16 juillet 2019 / Mis à jour le 16 juillet 2019/

 

https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/07/16/le-marche-automobile-entre-en-recession_5489957_3234.html/

 

Résultat de recherche d'images pour "india, new vehicles, exhibition, india"

 

———————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "world automotive industries, new vehicles, exhibition, 2018, 2019"

 

6 – Vers un nouveau recul du marché automobile chinois en 2019

 

L’Association chinoise des constructeurs automobiles (CAAM) a dit mercredi prévoir une nouvelle contraction du marché national cette année, au lieu de sa précédente prévision d’une stabilité, au vu des chiffres de juin qui montrent un 12e mois consécutif de baisse des ventes. Les ventes du premier marché mondial s’étaient contractées de 2,8% en 2018, leur première baisse depuis les années 1990.

 

Leur recul cette année pourrait être de moins de 5% si Pékin met en oeuvre des politiques de soutien efficaces, estime désormais la CAAM. Les ventes ont diminué de 9,6% en juin par rapport au même mois de 2018, à 2,06 millions de véhicules, et sur l’ensemble du premier semestre elles ont reculé de 12,4% à 12,3 millions d’unités. Les mesures d’incitation mises en place par le pouvoir n’ont pas été jusqu’ici «aussi efficaces et fortes que ce qu’attendaient les consommateurs», a déclaré un haut responsable de la CAAM, Shi Jianhua, devant la presse.

 

Résultat de recherche d'images pour "china, automotive industries, new plants, new vehicles, china"

 

Le marché chinois des véhicules à énergie nouvelle (NEV) est en revanche resté dynamique avec 152.000 véhicules électriques ou hybrides vendus en juin, soit une hausse de 80% sur un an. Sur la période janvier-juin, ces ventes ont augmenté de près de 50% à 617.000, après un bond de pratiquement 62% sur l’année 2018.

 

Par Le Figaro avec Reuters/ Publié le 10/07/2019/

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/vers-un-nouveau-recul-du-marche-automobile-chinois-en-2019-20190710/

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, export, port, automotive industries"

 

————————————–

 

Image associée

 

7 – Automobile : S&P abaisse ses prévisions pour le marché mondial

 

Le marché automobile mondial devrait stagner cette année, voire légèrement reculer comme en 2018, selon l’agence de notation S&P, qui a simultanément abaissé lundi ses prévisions pour la Chine, l’Europe et les Etats-Unis. Les experts de l’agence américaine pronostiquent désormais une évolution des volumes de ventes de véhicules légers dans le monde comprise entre -0,5 % et 0 % en 2019, selon un communiqué. Ils tablaient jusqu’ici sur une croissance de 1 à 2 %.

 

L’an dernier les ventes automobiles mondiales avaient reculé de 0,5 % pour atteindre 94 millions de véhicules légers, essentiellement à cause d’une baisse en Chine (-3 %), la première en trois décennies. La Chine, premier marché mondial avec 27,7 millions d’unités l’an dernier, reste un sujet de préoccupation pour S&P. Pour ce pays, l’agence « prévoit désormais au mieux une baisse de 3 % en 2019 identique à la performance de 2018 », après un premier trimestre en recul de 11 %. « Le gouvernement chinois a abaissé la TVA de 16 % à 13 % à partir d’avril pour les produits industriels, incitant certains constructeurs à baisser leurs prix, mais cette mesure est trop timide pour soutenir une reprise sur le reste de l’année », estime S&P.

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, export, port, automotive industries"

 

En Europe, deuxième marché avec 20,6 millions de véhicules en 2018, l’agence ne prévoit plus qu’une stagnation (0,0 %) des volumes, alors qu’elle anticipait 1 à 2 % de croissance jusqu’ici, un abaissement lié notamment à « la faiblesse des marchés des pays du sud, Espagne et Italie, et la sous-performance du marché britannique ».

Aux Etats-Unis (17,3 millions d’unités vendues en 2018), S&P anticipe une baisse de 3,6 %, contre une baisse de 2,5 % précédemment, sur un marché qui amorce un repli cyclique. « Nous prévoyons une poursuite du recul jusqu’à 16,3 millions de véhicules en 2021, soit le plus bas niveau depuis 2014 ».

 

06/05/2019 / Paris, 6 mai 2019/ © 2019 AFP/ Publié le 06/05/2019/

 

https://www.eulerhermes.fr/actualites/etude-marche-automobile-2017.html/

 

Image associée

 

————————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "2019, france, automobile, top vente, meilleures ventes de voitures, france, 2019"

 

8 – Les voitures les plus vendues en France/ Juin 2019 (CLASSEMENT)

 

La Renault Clio et la Peugeot 208 restent les voitures les plus vendues en France sur les six premiers mois de l’exercice 2019. Découvrez le Top 30. La Renault Clio et la Peugeot 208 ont récemment été renouvelées à travers une toute nouvelle génération. La première citée est déjà arrivée en concessions, en juin, alors que sa rivale doit patienter jusqu’au mois d’octobre prochain. Dans le même temps, les modèles actuels continuent de briller sur le marché français. Depuis plusieurs années, la Renault Clio IV est la référence des ventes de voitures neuves aux particuliers. Une position conservée sur les cinq premiers mois de l’exercice 2019 avec un total de 63 278 immatriculations, selon les chiffres publiés par le Comité des Constructeurs Français d’Automobiles (CCFA).

 

Bien que toujours commercialisée, sa part de marché a logiquement baissé en l’espace d’un mois, en raison du début de carrière de sa remplaçante, de 5,8 à 5,4%, alors qu’elle avait arrêtée à 5,7% l’année dernière. A noter d’ailleurs que la Clio V se classe 32e avec 9 630 immatriculations (0,8%). Suivant la tendance de l’an dernier, la Peugeot 208 reste dans le sillage de la Clio. Sur les six premiers mois de l’année, elle a totalisé 56 199 unités, soit une part de marché de 4,8%, contre 4,7% en 2018. Rivales sur le segment B, la Clio IV et la 208 rassemblent ainsi 10,2% des ventes aux particuliers en France.

 

Résultat de recherche d'images pour "2019, france, Citroën C3 III, usines, usines, france"

 

Arrivée sur la troisième marche du podium à l’issue du mois de février, la Citroën C3 III conserve son rang derrière ses deux concurrentes directes avec 42 640 immatriculations (3,7%). Le statut de SUV le plus vendu actuellement en France revient au Peugeot 3008 II40 204 unités (3,4%). LLe Top 5 est complété par le Renault Captur qui progresse d’un rang en juin au détriment de la Dacia Sandero. Dans l’ordre, on trouve ensuite deux modèles Peugeot, le 2008 et la 308 II, alors que le Dacia Duster et le Citroën C3 Aircross se tiennent dans un mouchoir de poche.

 

Sur l’ensemble de l’année dernière, la Volkswagen Polo VI avait battu la Toyota Yaris III au titre de voiture étrangère la plus vendue en France au terme d’un intense chassé-croisé. A l’issue du mois de juin, la première citée est redescendue derrière sa rivale (14e à 20 580 unités contre 13e à 20 926 unités). A noter la 35e place de la Renault Zoe, leader du segment 100% électrique. Sur les cinq premiers mois de l’année, elle est créditée de 8 877 immatriculations, représentant une part de marché de 0,8%, comme lors de l’année 2018.

 

Résultat de recherche d'images pour "WLTP, france, automobile, homologation WLTP "

 

_ WLTP : des changements sur le marché français ?

Le 1er septembre 2018, le cycle d’homologation WLTP a été officiellement mis en place dans les 28 états-membres de l’Union européenne. Tous les nouveaux véhicules homologués doivent désormais s’y soumettre. Par rapport au système NEDC qui était jusqu’ici en vigueur, le cycle WLTP est supposé mieux refléter les consommations et émissions de CO2 réelles. Logiquement, les valeurs affichées par les véhicules vont grimper. Les SUV pourraient ainsi être les véhicules les plus pénalisés en raison de leur poids. Ceci pourrait avoir un impact non-négligeable sur ce classement.

 

[Mis à jour le 05/07/2019 à 16h45]

 

https://www.auto-moto.com/actualite/en-chiffres/voitures-plus-vendues-france-mois-par-mois-2018-classement-30-premiers-modeles-marche-francais-157732.html#item=1/

 

Résultat de recherche d'images pour "2019, france, automobile, top vente, meilleures ventes de voitures, france, 2019"

 

————————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "monde, autos, TOP 50, vente, 2018"

 

9 – Voici les 50 voitures les plus vendues dans le monde en 2018

 

Entre janvier et avril 2018, près de 29 millions de véhicules neufs ont été vendus dans le monde. Parmi les 50 voitures les plus appréciées des conducteurs, on trouve plusieurs modèles américains, allemands ou encore japonais, mais un seul français, en 39ème position.

Le marché de l’automobile se porte bien et certains constructeurs en bénéficient tout particulièrement. Entre janvier et avril 2018, 28,81 millions de voitures ont en effet été commercialisées dans le monde, selon une étude menée par l’expert automobile Jato Dynamics. Parmi la liste des modèles les plus populaires auprès des consommateurs mondiaux, les constructeurs Ford, Toyota, Volkswagen ou encore Honda apparaissent à plusieurs reprises. L’industrie française n’est, elle, présente qu’une seule fois dans ce classement, représentée par la marque Renault.

Dans le classement des modèles les plus vendus depuis le début de l’année 2018, la première place est en effet occupée par l’américaine F-Series (F-150, 250, 350) de Ford avec plus de 336.000 unités commercialisées. Une pole position qu’elle conserve notamment grâce à sa domination du marché américain, où elle concentre près de 85% de ses volumes de ventes. En deuxième position, on trouve la Corolla de la marque japonaise Toyota avec 309.166 voitures vendues, portée par sa croissance sur le marché chinois (+19%). La Volkwsagen Golf (291 648 unités), qui réalise plus 20% de ses ventes en Allemagne, complète le trio de tête.

 

Résultat de recherche d'images pour "Renault Clio 2018,"

 

128.530 Renault Clio vendues entre janvier et avril 2018

Dans le reste du Top 10, suivent la Honda Civic (262.138 unités), la Nissan X-Trail/Rogue (260.301 unités), la Toyota Rav4 (249.590 unités), la Volkswagen Tiguan (244.200 unités), la Volkswagen Passat/Magotan (243.436 unités) ainsi que deux modèles du constructeur japonais Honda, le HR-V (220.918 unités) et le CR-V (210.839 unités). Le premier modèle français, la Clio de Renault, ne fait son apparition qu’à la 39e position avec 128.530 véhicules vendus.

La Toyoya Vitz/Yaris (118.627), la Bora de Volkswagen (116.195), la Toyota Highlander/Kluger (111.639), la Cerato de Kia (11.502) et enfin la Ford Mondeo (108.181) ferment le classement des meilleures ventes mondiales.

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, exhibition, 2018, 2019"

 

TOP 50 des modèles automobiles les plus vendus

ENTRE JANVIER ET AVRIL 2018

Modèles les plus vendus Unités (2018) Variation 2018/2017 (en %)
F-SERIES 336 599 2
COROLLA 309 166 3
GOLF 291 648 6
CIVIC 262 138 6
XTRAIL / ROGUE 260 301 -3
RAV4 249 590 9
TIGUAN 244 200 9
PASSAT / MAGOTAN 243 436 12
HR-V / XR-V / VEZEL 220 918 -6
CR-V 210 839 -11
QASHQAI / ROGUE SPORT 204 945 27
CAMRY / AURION 203 218 14
SILVERADO 198 400 5
POLO 197 751 4
ESCAPE/KUGA 193 167 -4
HONGGUANG 184 559 -3
AVANTE / ELANTRA/135 180 862 -7
FOCUS 179 101 -18
RAM PICKUP 175 363 -12
510 172 232 258
TUCSON 170 460 2
HAVAL / HOVER H6 162 638 4
C-CLASS 161 915 -5
CX-5 159 120 28
BORA / JETTA / SAGITAR / VENTO 152 696 -8
FIESTA 145 725 -5
EQUINOX 142 883 42
ACCORD 141 655 -8
E-CLASS 141 639 15
JAZZ-FIT 141 435 -2
LAVIDA 139 025 -13
COMPASS 137 388 186
IMPREZA / WRX / STI/XV 137 344 14
SPORTAGE / KX5 136 096 5
OCTAVIA 133 504 -1
MAZDA3 / AXELA 132662 -6
SLYPHY CLASSIC / ALMERA 131823 10
GLC-CLASS/COUPE 129716 32
CLIO 128530 -1
SERIE 3 127146 -4
A4 126804 17
SERIE 5 123661 15
SANDERO 123641 1
HILUX 123485 6
SWIFT 123374 -27
VITZ / YARIS HB EUROPE 118627 3
BORA / C-TREK 116195 8
HIGHLANDER / KLUGER 111639 -1
CERATO / FORTE /K 3 111502 -5
FUSION / MONDEO 10181 -16

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, exhibition, 2018, 2019"

 

Si les marchés américains, européens et chinois concentrent plus des deux tiers des ventes de véhicules entre janvier et avril 2018, la croissance des marchés de plusieurs pays émergents dont l’Inde, le Brésil et la Russie ne doit pas être négligée, d’après Jato Dynamics. Entre 2017 et 2018, les deux premiers affichent respectivement une croissance de 10,9% et 20,5%, contre seulement +4,7% pour la France et +5,1% pour l’Allemagne.

Si les ventes chinoises n’ont augmenté que de 4,4%, la Chine reste néanmoins loin devant les autres pays avec plus de 8,3 millions de véhicules commercialisés, bien au-delà des États-Unis, qui n’en comptent «que» 5,4 millions sur la même période.

 

Par Journaliste Figaro Le figaro.fr / Mis à jour le 25/06/2018/ Publié le 25/06/2018/

 

http://www.lefigaro.fr/conso/2018/06/25/20010-20180625ARTFIG00138-voici-les-50-voitures-les-plus-vendues-dans-le-monde-en-2018.php/

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, exhibition, 2018, 2019"

 

————————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "vehicles, exhibition, 2018, 2019"

 

 

Leave a reply